Un historien sans archives ?

Portrait de Jules Michelet par T. Couture, CC Wikimedia

On a souvent l’image de l’historien avec son lorgnon et sa  moustache, la lèvre tremblante, en train de lire de vieilles archives dans un coin sombre. Évidemment, cette image datée n’est plus d’actualité.

En effet, l’essor du numérique a permis de numériser un grand nombre de documents d’archives, ce qui fait la joie de nombreux étudiants. Non seulement la répertoriage est plus clair sur internet mais la numérisation permet aussi de travailler sur des sources du monde entier sans se déplacer. Pourtant, je ne me rends ni aux archives, au sens physique, ni au sens numérique. En fait, je ne travaille sur aucun document d’archives…

Un historien sans archives, oui, mais pas sans sources

Le terme « archives » désigne à la fois un lieu et des documents. Effectivement, les archives contiennent… des archives ! Si on prend la définition du Trésor de la langue française, les archives sont :

  1. « Ensemble de documents hors d’usage courant, rassemblés, répertoriés et conservés pour servir à l’histoire d’une collectivité ou d’un individu. « 
  2. « Lieu où l’on conserve des archives. »

Archives, CC Wikimedia

Pour rappel je travaille sur l’écrivain et professeur Georges Hyvernaud. Mobilisé en 1939, il est capturé près de Lille pendant les combats de la Bataille de France de juin 1940. Transféré en Allemagne, il passe cinq ans en Poméranie dans deux camps pour officiers : l’Oflag II-D et l’Oflag II-B. Il existe bien des archives sur la captivité de guerre. Cependant, une grande partie, si ce n’est la totalité a été utilisée par des historiens pour faire une histoire générale de la captivité. On peut notamment citer Yves Durand et son apport monumental à l’historiographie de la captivité avec La Captivité, Histoire de prisonniers de guerre français 1939-1945 et La vie quotidienne des prisonniers de guerre dans les Stalags, les Oflags et les Kommandos, 1939-1945.

En ce qui concerne l’histoire des camps où a été détenu Georges Hyvernaud, une thèse de 870 pages a été rédigée par un prisonnier de guerre, l’abbé Pierre Flament ; La Vie dans un camp d’officiers français en Poméranie : Oflag II D-II B, 1940-1945. Sur la captivité, je n’ai donc pas besoin d’exploiter les archives car des historiens de renom les ont déjà traitées. Par ailleurs, peu d’historiens ont travaillé sur Georges Hyvernaud. Comme il s’agit d’un écrivain, des études littéraires ont été réalisées mais pas d’œuvres d’historiens.

Et donc, les archives sur Georges ? Eh bien la femme de Georges, Andrée, après la mort de son mari a publié la correspondance, les journaux, et les textes inédits de son mari… Quant au prisonnier lui-même, il avait publié deux romans : La Peau et les Os en 1949 et Le Wagon à vaches en 1953 qui racontent sa captivité et sa réinsertion dans la société française d’après-guerre. Je me sers donc de sources publiées pour la rédaction de mon mémoire, je ne vais pas aux archives mais à la bibliothèque.

Vraiment aucune archive ?

Pourtant il y a bien un dépôt d’archives qui pourrait m’intéresser. En effet, il s’agit de l’institut Mémoire du temps présent (IMEC). Il s’y trouve un fond Hyvernaud comportant des photos, des écrits et des correspondances… Cependant ce dépôt d’archives est à Caen, à 850 km de Toulouse. En plus de la distance, je ne m’y suis pas encore rendu car je pense que s’il y a des documents intéressants, ils ne seront pas décisifs pour mon mémoire qui porte sur la période 1941-1945, où la plupart des écrits et correspondances ont été publiées. Par ailleurs, je n’exclus pas un séjour à l’IMEC vers la fin du semestre, ne serait-ce que pour trouver des photos et pour être sûr de ne rien manquer.

Bibliothèque de l’IMEC, CC, Wikimedia

Crédit à la Une : incendie d’Alexandrie d’Hermann Göll. CC, Wikimedia


Ewan Jouannic

Étudiant en Master 2 à l'université Jean-Jaurès Toulouse, je travaille sous la direction de Jacques Cantier sur les cinq années de captivité de l'écrivain Georges Hyvernaud pendant la Seconde Guerre mondiale.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.