Partir à la pêche dans le Calvados

Libération, 1 janvier 1981, N°2146, P18.
Crédit photo Louis Bousquet,cc

Crée dans les années 80 autour d’Olivier Corpet, Jean-Pierre Dauphin et Pascal Fouché, l’Institut mémoires de l’édition contemporaine a pour vocation de conserver les archives des principales maisons d’édition, des revues littéraires ainsi que les manuscrits de certains auteurs. L’IMEC s’est installée depuis 2004 dans les locaux de l’abbaye de l’Ardenne, en Normandie.

Je comptais trouver dans les archives de l’Institut mémoires de l’édition contemporaine un corpus de sources autour de mon étude de cas, à savoir l’édition de l’œuvre de la beat generation en France.

Préparer le voyage en amont

L’Institut Mémoires de l’édition contemporaine étant situé à Caen, il fallut que je m’organise un maximum afin que mon éventuel séjour là-bas ne soit pas un coup d’épée dans l’eau. Avec l’aide du catalogue en ligne de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, je repérais les éditeurs qui concernaient mon sujet et qui avaient déposé leurs archives à l’IMEC. Parmi eux, la Table Ronde, Stock, Olympia Press mais surtout Christian Bourgois, principal éditeur des auteurs beats en France.

La limite de l’inventaire en ligne de l’IMEC est sa précision. Le contenu des archives n’ayant été traité entièrement, il est impossible de connaître l’inventaire détaillé des sources. En contactant les archivistes de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine, j’appris le format des sources en leur possession (contrats d’auteurs, contrats de traduction, correspondance) mais, là encore, avec une précision limitée.

Une fois obtenue l’autorisation à consulter les archives (il faut pour cela rédiger un projet de recherche que valident les maisons d’édition dont les archives sont concernées par la consultation) je pus planifier mon trajet jusqu’à Caen : train jusqu’à Paris, escale puis train jusqu’au chef-lieu du Calvados.

Crédit photo Louis Bousquet, cc

Le séjour à l’IMEC

Etant localisé dans la campagne environnant la ville de Caen, l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine bénéficie de logements pour des chercheurs venant de toute la France, voire de toute la planète. Il faut savoir que le cadre, l’abbaye de l’Ardenne, est magnifique. L’abbatiale sert de bibliothèque et les autres bâtisses de réfectoire, de salle de congrès… Les anciennes cellules monacales servant, quant à elles, de chambres aux doctorants, chercheurs ou professeurs qui, une fois enduré le trajet jusque à Caen, jouissent du meilleur cadre possible pour leurs travaux de recherche. Evitons de développer sur la qualité de la table (vins et fromages de la région) et revenons aux archives.

La principale difficulté rencontrée avec les archives de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine est celle de l’inventaire des sources. Tous les cartons n’ayant pas été traités, on ne connait pas, même une fois sur place, leur contenu avec précision. Il faut donc se fier à la science et à la mémoire des archivistes qui connaissent le contenu des cartons à force de les avoir parcourus. La relation avec les archivistes est primordiale car c’est eux, en cernant vos besoins, qui pourront trouver, au fin fond de leurs labyrinthes, les documents qui donneront du sens à votre mémoire. Les chercheurs n’entrant pas directement en relation avec les cartons, il faut faire confiance aux archivistes. A l’arrivée de chaque nouveau carton, c’est l’espoir.

Parfois, on ouvre le dossier, et rien d’intéressant, seulement quelques lambeaux de paperasse sans valeur. Quelques fois, au contraire, le carton est rempli de nombreux papiers. On épluche, on dépoussière, on trie. Et l’on sent que tout ça prend forme et aura sa place dans le mémoire final. Ce sentiment est plutôt agréable.

D’abord parti à Caen avec la crainte de revenir à vide, mes séjours à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine me furent de la plus grande utilité car ils me fournirent la grande partie de mes matériaux pour les Master I.

Crédit image à la une, Louis Bousquet, cc.

 


Louis Bousquet

Élève en Master 1 d'histoire, je travaille sur la réception de l'oeuvre de la "beat generation" en France.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *