L’art de décortiquer ce beau monde

Travailler sur la noblesse à l’époque contemporaine peut sembler quelque peu étrange voir même complètement ringard.  Après tout il s’agit d’un petit groupe qui n’existe même plus officiellement et qui tente de subsister en entretenant sa fameuse mémoire. Tout un programme. Pourtant c’est bien tout ce beau monde que j’ai choisi d’étudier une nouvelle fois en ce début de deuxième  année de master de recherche en histoire contemporaine. Tout un programme également. Mais avant tout cela il convient de faire un petit bilan de ma situation.

Un parcours classique quelque peu indécis

Après mon baccalauréat direction la classe préparatoire littéraire parcours Ulm. Difficile de faire plus classique. Pendant deux ans je suis donc autant immergée dans l’histoire que dans les autres disciplines. Certes l’histoire me plaît beaucoup mais j’aime aussi la littérature et je n’envisage pas d’arrêter la philosophie, ma relation avec le latin était, quant-à-elle, un peu plus complexe. Cette pluridisciplinarité a bien des avantages et en plus de la stimulation intellectuelle qu’elle me procure elle me permet également de repousser pendant encore deux années le choix d’une orientation plus précise.

Mais il faut bien finir par faire un choix et me voilà en Licence 3 d’histoire à  l’université Paris-Sorbonne. La prépa c’est très bien mais l’objectif ça reste le concours et donc la dissertation, me voilà donc en L3 sans jamais avoir appris à faire un commentaire de document digne de ce nom ou avoir reçu un quelconque cours d’historiographie. Au boulot donc. Cette plongée en territoire d’historien.ne.s n’est pas pour me déplaire et je découvre d’ailleurs bien assez vite les joies du commentaire et de l’historiographie. La multitude de cours proposés est impressionnante et certains retiennent particulièrement mon attention. C’est le cas de celui d’Olivier Chaline sur l’Europe centrale à l’époque baroque ou bien encore de celui d’Éric Mension-Rigau sur l’histoire de la noblesse. A l’issue de cette licence je suis pourtant incapable ne serait-ce que de choisir si je souhaite faire de la recherche en antique ou en contemporaine et puis, bon, la philosophie c’était pas mal non plus, non ? Retour à la case L3, en philosophie cette fois, au Mirail à Toulouse. Bilan de cette année ? La philosophie c’est génial mais on ne va peut être pas en faire mon orientation professionnelle (et oui, je l’avoue, l’histoire me manque). Il faut donc bien finir par trouver un sujet de recherche en histoire…

Noblesse, me voilà !

Tout cela semble quelque peu hasardeux mais, non, je ne travaille pas sur la noblesse car j’ai eu une illumination en me levant un beau matin. Une année, ou presque, à philosopher cela m’a aussi laissé le temps de faire mûrir mes petites réflexions historiques. M’intéresser à l’histoire de la noblesse à l’époque contemporaine c’était pour moi l’occasion d’insérer ma recherche dans diverses approches et courant qui me parlent : histoire culturelle, histoire sociale, histoire des représentations, ethno-histoire. De plus, cette thématique de recherche, ou plutôt la façon dont je l’aborde, me permet de faire de l’histoire tout en gardant une approche pluridisciplinaire via la sociologie, la littérature et parfois même la psychologie. La thématique est donc choisie, ce sera la noblesse. Plus précisément l’éducation des femmes dans la noblesse française de 1870 à 1945 pour mon mémoire de M1.

Remise d’une coupe d’argent offerte par le Sport universel de Deauville, 1921, image de presse, CC BNF

L’étude de ce petit groupe si particulier, de ses mécanismes de transmission et d’adaptation, a eu vite fait de saisir toute mon attention. Lors du master 1 on nous a souvent répété que notre sujet de recherche reflétait quelque chose de nous, un affect particulier… J’ai beau chercher, je ne vois pourtant pas le rapport. Je me sens bien éloignée de la noblesse française et de ses idéaux, c’est à peine si je n’ai pas l’impression d’être une sorte d’infiltrée. Pourtant qu’est ce que cela peut être captivant d’étudier tout ce beau monde ! Il faut dire qu’il y a matière… Absolument tout chez eux semble relever d’une construction savamment orchestrée, d’un ensemble de marqueurs identitaires. Mon approche via l’éducation des femmes était un bon moyen de saisir les enjeux de la transmission d’une identité noble et féminine et m’a d’ailleurs confronté de plein fouet à la façon dont la noblesse construit son identité.

Lors de mon Master 1 mes sources étaient principalement des récits autobiographiques ou des publications propres à la noblesse, comme par exemple le bulletin de l’ANF. Autant dire que que la mise en scène de soi et de son groupe y est foisonnante de la part des auteurs ! Le discours des nobles semble, consciemment ou pas, millimétré, gorgé de références partagées et de lieux communs propres au milieu. Je ne pouvais décemment pas ne pas m’y intéresser ! Me voilà donc embarquée dans un sujet de Master 2 quelque peu différent : les discours de la noblesse française sur elle-même au XXe siècle. En étudiant cet aspect j’entend bien décortiquer quelque peu ces fameux discours, réfléchir sur la façon dont un groupe donné façonne lui-même son imaginaire collectif, l’investit et le diffuse en son sein et dans l’ensemble de la société. Ce Master 2 marque donc pour moi un changement d’orientation relatif, je m’inscris désormais bien plus dans l’histoire des représentations et j’étudie également ces Messieurs ! D’ailleurs, lors de ma soutenance de M1 j’ai eu l’impression d’un certain aboutissement et donc une envie de dépasser mon ancien sujet.

Nouveau sujet, nouvelle méthode, nouvelle année

Cette approche plus globale de la noblesse induit une adaptation de mes sources et de ma méthode. Il me faut maintenant étudier bien plus de récits autobiographiques écrits par des hommes et dépouiller de nombreux journaux dans lesquels la noblesse s’exprime. Là où je relevais un ensemble de traits se rapportant à l’éducation des femmes il me faut maintenant prêter attention à chaque aspects de l’imaginaire nobiliaire, à la façon dont ils se diffusent, aux divers éléments de langage, aux convergences et divergences au sein du groupe. Tout un programme, je vous l’avais dit. Au terme de cette année j’espère bien avoir quelque peu éclairci ce qu’est l’identité noble pour ces derniers, comment ils se positionnent par rapport à elle et comment elle est entretenue et façonnée.

Pour y parvenir il va falloir prendre son courage à deux mains, se mettre au boulot et s’organiser ! Je réadapte actuellement ma bibliographie et mon corpus de sources à mon nouveau sujet, quel bonheur de recommencer tout ça. Ensuite viendront des semaines et des semaines de lectures, de prises de notes, de litres de café ingurgité et de petites joies à la trouvaille de sources toutes pleines d’informations utiles. Dans un monde idéal j’aurais le temps et la possibilité d’aller à la BNF aux alentours des vacances de Noël et je pourrais ensuite organiser, conceptualiser et analyser toute la matière brute de mes sources, faire un joli petit plan et me lancer dans la rédaction ! Au boulot en somme.

Et au boulot pour en faire quoi de ce master 2 d’histoire ? Me lancer dans un doctorat ? Passer les concours de l’enseignement ? Je dois bien avouer que je n’ai aucune certitude à ce sujet et qu’entre ces deux possibilités mon coeur balance. En attendant direction la bibliothèque.

 

 


Lola Latcher

Je suis actuellement étudiante en master 2 d'histoire contemporaine à l'université Toulouse Jean Jaurès après avoir fait deux années de prépa lettres supérieures Ulm (option géographie puis philosophie) au lycée Pierre de Fermat et une L3 d'histoire à la sorbonne (Paris IV). Je m'intéresse particulièrement aux questions liées à la noblesse au XIXe et XXe siècles et travaille sous la direction de Catherine Valenti.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25/12/2017

    […] tout début de semestre je m’étais fixée comme objectif de réaliser mes lectures bibliographiques ainsi que de dépouiller mes sources imprimées pendant […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.