L’aventurier des archives perdues

Le matos, tous droits réservés, Tomás Guarisco

Effectuer la recherche, comporte certains côtés qui se reprochent d’une expédition. A l’image d’un explorateur, on se prépare bien en amont, vérifier son sac ; préparer son matériel ou ses provisions en cas de creux intempestifs sont autant importants que la préparation psychologique : par où vais-je commencer mon exploration, est-ce que je vais trouver ce que je cherche ?

Autant d’interrogations et de démarches que je m’apprête à vous décrire, si tant est que cela soit possible. Expliquer le quotidien d’une journée de recherche au travers de l’expérience, voilà l’objet de ce nouveau billet. Pour ce faire, je vais m’appuyer sur mon expérience récente de mon séjour de recherches effectué aux archives départementales de Pierres-Vives situées à Montpellier.

Tout est prêt Junior ?

9h00 : il est temps de partir à l’aventure, je prépares donc mes outils sans omettre de prendre de quoi écrire et recenser mes péripéties et découvertes en tout genres. Un seul oubli peut-être néfaste pour toute la session de recherches. Et oui, qui ne s’est pas rendu aux archives avec enthousiasme et arrivé au casier s’est rendu compte d’avoir laissé au bercail son chargeur de pc ou sa base de données. Pour le coup, mieux vaut prévoir : ne surtout pas oublier l’incontournable crayon à papier, l’appareil photo pour avoir les preuves irréfutables de mes trouvailles et bien sûr une carte des inventaires afin de na pas me paumer trop rapidement des les nombreux dédales et labyrinthes.

L’ordinateur me sert surtout à effectuer les recherches de mon côté (si tant est que les archives possèdent le wifi…) afin d’être indépendants. De plus, les ordinateurs mis à disposition n’étant pas souvent performants (du moins c’était le cas aux archives municipales de Toulouse) ou bien occupés, c’est une sécurité même si outre les bienfaits des nouvelles technologies, rien ne vaut l’indémodable feuille de papier, j’en prends donc au cas où…

A la découverte des départementales de Montpellier

Le bâtiment des archives départementales de Pierres-Vives, une infrastructure discrète ! cc.Flickr, Marc Meynadier

10h20 : j’arrive enfin au temple sacré, après une bonne demi-heure de trajet parmi les bêtes de somme du tramway et une marche de quelques minutes avec repérage des lieux. En tout, il m’aura fallut environ trois-quarts d’heure pour arriver aux archives… La journée commence bien ! L’infrastructure est on peut dire très imposante et moderne, impossible de la louper ou alors vous devriez vous inquiéter…

Arrivé au rez-de-chaussé je remarque qu’il n’y pas foule. Seul un gaillard de la sécurité me demande gentiment d’ouvrir mon sac au cas où je planquerais pas un bazooka-pocket dans la poche intérieure. Une fois cette procédure effectuée sans problèmes, rassurez-vous, je me dirige vers l’accueil où une personne en train de tapoter sur son smartphone et qui semble épanouie dans son travail me reçoit.

S’inscrire est la première étape. Secundo, je dépose mes affaires dans le casier par l’intermédiaire d’une autre personne chargée de réceptionner les biens personnels des lecteurs. Je n’ai donc pas accès à mon casier. On me refile un sac transparent pour y déposer mes affaires que je vais emporter en salle de lecture. On se croirait dans un centre de services secrets. Arrivé en salle de consultation, je me familiarise rapidement avec les lieux, les heures de levées des documents ou la manière de commander des côtes. Je tente d’obtenir quelques pistes auprès des archivistes, mais visiblement ça ne semble pas les motiver plus que cela. Pas grave, je me lance dans la consultation des inventaires.

La phase de recherche : moment épique (ou pas)

10h50 : une fois ces tâches accomplies, je m’apprête à gravir le mont Pierres-Vives, c’est un pic élevé et dangereux où l’on se demande bien par quels chemins l’on va grimper. Et puis il faut s’acclimater au temps, beaucoup de brouillard à certains endroits. La lecture des archives peut s’avérer un exercice difficile voir périlleux selon l’écriture de l’individu qui a rédigé des pattes de mouches, à mon intention sans nul doute !

J’approche du but ! Tous droits réservés, Tomás Guarisco

Plusieurs passages s’offrent à moi mais les sentier sont sinueux et très étroits, par où débuter ? La série C intendance, états provinciaux et subdélégation du Languedoc ? Ça me semble un bon début pour commencer la marche, histoire de me chauffer les méninges.  En plus, j’avais déjà repéré en amont sur l’inventaire mis en ligne du tome I (en plus il y a six tomes). Une annotation correspondant à mes attentes m’attire l’œil : les visites et passages à caractères diplomatiques qui se déroulèrent à Montpellier. Mon ambassadeur y est cité en plus ! Seulement n’étant pas inscrit je ne peux pas réserver en avance, j’attends donc impatiemment la prochaine levée…

A.D Hérault, C 40 , tous droits réservés, Tomás Guarisco

11h00 environ : enfin, le document tant attendu arrive, j’ouvre avec fébrilité le carton gris anti-acidités et découvre la liasse avec sa sangle. Je défait fiévreusement cette dernière et que vois-je en premier document sur la pile ? Je tombe nez-à-nez avec avec une liasse de documents intitulé sobrement « Sur l’ambassadeur de la Porte » ! Une montagne d’archives délaissées s’offrent à moi chaleureusement.

Je jette un premier coup d’œil pour recenser quantitativement le nombre de folios qui composent la liasse. Il y a de quoi être satisfait : environ une vingtaine de documents abordent  le cas de l’ambassadeur, l’éclectisme des sujets est au rendez-vous. Certains ont attrait à la planification du trajet de la délégation dans le Languedoc, d’autres abordent la question du logement, du régiment qui va l’accompagner ou encore de la procédure diplomatique à suivre pour chaque halte.

Les archives, on reste toujours sur sa faim !

Néanmoins, je souhaite trouver avant tout d’autres documents relatifs à la quarantaine qu’à effectué l’ambassadeur et sa suite sur l’île de Maguelone. L’idéal serait de découvrir les procédures, protocoles et discussions afin de voir de quelle manière l’administration a gérée la logistique et le logement. Par ailleurs, comment est perçue l’attitude de l’ambassadeur, obligé de séjourner auprès d’une cathédrale en ruine, ça vaudrait le coup de voir sa réaction !

16h30 : après plusieurs heures d’ascension pénible, consultations rapides et mécaniques digne d’un ouvrier des temps modernes façon Chaplin, je suis obligé de faire le constant : les archives rêvées sur cette halte ne se sont pas présentées à moi. Les délibérations susceptibles de me donner des informations sont perdues. Cependant, au lieu de m’apitoyer sur mon sort, je réalise tout de même que j’ai eu l’opportunité de trouver LE fond qui me permettra sans aucun doute de combler de nombreuses questions quant au voyage de Mehmed Efendi. Je peux rentrer la tête haute, le professeur Henry Jones sera fière de moi (espérons-le) !

Crédit image à la une : cc, Flickr


Tomás Guarisco

Étudiant en maîtrise de second cycle en Histoire Moderne à Toulouse II le Mirail. Ma thématique de recherche s'axe sur les représentations, l'interculturalité et les modalités d'application de la diplomatie au travers du passage de l'ambassadeur ottoman Mehemd Efendi, sous la direction de Mathieu Grenet.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *