La recherche dans le dépôt d’archives ? Je ne connais pas !

Creative Commons, Pixabay, OpenClipart-Vectors.

Pour mon mémoire de master 2, je n’ai pas l’occasion d’aller aux archives, car mes sources sont accessibles en ligne, sauf une autobiographie que j’ai empruntée par le prêt entre bibliothèques. Mon dépôt d’archives, c’est donc mon ordinateur ! L’avantage, c’est qu’il est accessible partout.

Néanmoins, le travail de recherche reste le même, même si je gagne du temps en ayant tout en accès direct.

Quelles archives ?

Mes archives principales sont des sources orales : des témoignages d’anciens hauts fonctionnaires britanniques à la Commission. Et à cela s’ajoute une autobiographie, celle de Roy Jenkins sur la période qu’il a passé à Bruxelles, intitulée, European Diary, 1977-1981.

Un exemple d’entretien, Tous droits réservés, Marie-Diane Clanet.

Quand j’ai choisi d’étudier les hauts fonctionnaires britanniques à la Commission européenne, j’ai immédiatement envisagé de travailler à partir de sources orales. Cela me semblait être le plus pertinent. En effet, la meilleure manière d’étudier une personne est de partir de ce qu’elle dit sur elle. Ensuite, la dimension pratique a aussi eu un rôle important. Je bénéficiais d’entretiens déjà menés par un groupe d’historiens dans le cadre d’une enquête sur la Commission européenne de 1973 à 1981. Donc, les réutiliser pour ma recherche me procurait un gain de temps énorme. Enfin, la nouveauté, pour moi, de ce type d’archive m’a aussi attirée, comme pour mon mémoire de master 1, je travaillais à partir de la presse britannique.

Cependant, je n’avais initialement pas pensé à regarder les autobiographies. C’est en discutant de mon sujet avec mon directeur de recherche que ce dernier m’a conseillée de regarder s’il y en avait. Et je n’ai trouvé que celle de Roy Jenkins. L’autobiographie permet également de bien se représenter la vie de ces fonctionnaires britanniques à Bruxelles, d’autant plus que c’est un document bien plus gros, donc il y a plus d’informations.

Où trouver les archives et comment y accéder ?

Pour mes sources orales, comme je l’ai mentionné au-dessus, je n’ai pas eu besoin de mener d’interviews. Les historiens, qui ont travaillé sur la Commission européenne de 1973 à 1986, ont déposé tous leurs entretiens à l’Institut Universitaire Européen (IUE), à Florence. Mais il n’était pas nécessaire que je me rende à Florence, car l’IUE a mis en ligne tous les entretiens et les a répertoriés sur son site, dans la rubrique « Oral history Programmes ». Ils sont classés dans cet inventaire en ligne par nom, par ordre alphabétique. En cliquant sur un patronyme, on a accès à une courte biographie de la personne, à l’enregistrement de la source orale et à sa transcription. Je n’ai donc eu plus qu’à trier et sélectionner ceux concernant les Britanniques.

Cependant, certaines interviews étaient en accès restreint. Dans ces cas de figure, j’ai dû contacter le service d’archives de l’IUE, qui m’a donné les coordonnées des acteurs britanniques en question pour que je les contacte directement et que je leur demande l’autorisation d’accéder à leurs entretiens. Pour l’autobiographie de Roy Jenkins, cela a été assez facile. Je l’ai trouvée sur le Sudoc et je l’ai empruntée par le prêt entre bibliothèques.

Travailler sur mes archives

Mon matériel pour travailler sur mes archives, Tous droits réservés, Marie-Diane Clanet.

L’étude de mes archives ne nécessite pas vraiment de préparation au préalable. Je peux travailler dessus n’importe où tant que j’ai les entretiens, des surligneurs pour mettre en avant, au fil de ma lecture, les idées importantes et mon ordinateur pour faire l’analyse de mes sources. Je la fais à partir d’une grille de lecture que j’ai établie et qui a été validée par mon directeur de recherche. J’interroge ainsi mes acteurs sur leur parcours à la Commission et leur rapport à celle-ci dans le cadre de ma période.

Avant de commencer mon étude, je ne savais pas si j’aurais suffisamment d’archives comme ceux qui ont mené l’enquête avant moi ont travaillé sur toute la Commission et pas que sur les Britanniques. Mais vingt-neuf anciens fonctionnaires britanniques ont été interrogés pour ma période, donc je ne manque pas du tout de témoignages. C’est même l’inverse : j’en ai presque trop. De ce fait, le travail d’analyse est assez chronophage, d’autant plus que les entretiens sont assez longs et surtout que l’autobiographie de Jenkins fait 698 pages.

Livre sur la Commission Européenne de 1973 à 1986, Tous droits réservés, Marie-Diane Clanet.

Certains ouvrages de ma bibliographie m’influencent dans le traitement de mes archives. C’est le cas du livre dirigé par Eric Bussière, Vincent Dujardin, Michel Dumoulin, Piers Ludlow, Jan Wilhem Brouwer et Pierre Tilly, La Commission Européenne 1973-1986 : Histoire et Mémoires d’une institution. Ce livre a été écrit entre autres à partir de sources que j’utilise. Donc il m’a aidée à établir la grille d’analyse de celles-ci. Cependant, je n’ai pas choisi la même approche qu’eux. Je m’intéresse uniquement aux acteurs britanniques. Je ne fais pas une étude de la Commission elle-même, donc contrairement à eux, je travaille assez peu sur les politiques européennes mises en place à cette époque.

Un deuxième livre central, dans ma bibliographie, pour traiter de mon sujet est le livre de Virginia Willis, Britons in Brussels. Publié en 1984, il est quasiment contemporain de mes fonctionnaires britanniques. Il me permet de compléter ce qui est peu développé dans mes sources, comme par exemple, les métiers qu’occupent les femmes des fonctionnaires britanniques à Bruxelles… Mais comme cet ouvrage date de 1984, il manque de recul par rapport à la période, donc les informations données sont à considérer avec un regard critique.

Crédit image à la une : Site de l’Institut Universitaire Européen, Tous droits réservés, Marie-Diane Clanet.


Marie-Diane Clanet

Je suis étudiante en master 2 histoire et civilisations modernes et contemporaines à l’université Toulouse 2 Jean-Jaurès. Après avoir passé deux ans en classe préparatoire hypokhâgne/ khâgne spécialité histoire/ géographie au lycée Saint Sernin à Toulouse, j’ai obtenu une double licence en histoire et en anglais LLCE . Je travaille actuellement sur les hauts fonctionnaires britanniques à la Commission Européenne de 1973 à 1981, sous la direction de M. Bertrand Vayssière.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.