A la rencontre d’archives vivantes

CC Wikimedia Commons, Benh LIEU SONG

Pour mes recherches, je suis amené à me rendre essentiellement aux Archives diocésaines d’Albi qui comme leur nom l’indique sont à Albi. Pour moi Castrais, aller à Albi c’est faire sa bonne action du jour, c’est passer à l’ennemi ou du moins s’aventurer en territoire hostile.

Cependant, j’ai aussi décidé de mener une enquête orale relative à mon sujet de recherche car j’ai la chance d’avoir des témoins encore en vie et en capacité de témoigner de ce qu’ils ont vécu dans les années 1960 et de ce qu’ils retiennent de cette période. Ce qui m’amène à me déplacer également dans différents endroits dans le Tarn.

Le « long périple »

L’armement de l’historien. Tous droits réservés, Guillaume Meunier, 2017.

Pour ce voyage en terres albigeoises, je n’ai aucune préparation particulière. Ah si j’envoie un mail à Monsieur l’abbé Bernard Desprats, archiviste diocésaine, pour m’assurer du fait qu’il puisse me recevoir avec son adjoint, Cédric Trouche-Marty. En effet, les archives diocésaines ne sont ouvertes au public que le mercredi mais ayant des cours ce jour-là, les archivistes m’accueillent, fort gentiment – qu’ils en soient remerciés-, les autres jours. Le matériel emporté est très sommaire : trousse, feuilles et téléphone portable. Il faut dire que j’y passe rarement plus de 4 heures durant la même journée.

Une fois sur place, le cadre est assez plaisant. Les archives se situent au premier étage de l’archevêché qui comporte de magnifiques jardins très calmes (et où j’ai réalisé certaines enquêtes orales). Les portraits de nombreux évêques d’Albi trônent derrière le bureau des archivistes. Pour ma part, je travaille sur une grande table – qui est en réalité petite car des cartons d’archives à classer en occupent déjà une partie – en face des archivistes. Tout autour de moi sont disposées des étagères remplies de livres pour certains assez anciens. Enfin, près de l’entrée se trouve une vitrine renfermant de véritables trésors : calices, crosses et autres objets plus ou moins précieux. Le tout est plongé dans un éclairage tamisé qui n’est pas forcément des plus pratiques lorsqu’il s’agit de photographier les documents.

Etagères de livres semblables à celles des archives diocésaines d’Abli. CC, Pixabay Free-Photos

Quant aux archivistes, ils me laissent consulter toutes les archives que je leur demande. Il faut ici préciser que les archives diocésaines ne relèvent pas du droit des dépôts publics d’archives (comme les archives départementales) mais du droit privé et qu’il est tout à fait possible que l’on se voit refuser la consultation d’archives « sensibles ». Je n’ai jamais eu de tels soucis aux archives diocésaines d’Albi.

Je sais depuis ma dernière visite quelles archives je veux consulter. Le plus souvent, j’essaye d’achever une série d’archives avant d’en commencer une autre, ça permet de m’éviter de m’y perdre. Cependant, pour les Semaines religieuses, journal officiel de l’archidiocèse, je ne les fais pas toutes à la suite afin d’éviter toute sensation de lassitude et de perdre en concentration car je feuillette page après page. Ainsi, 10 numéros peuvent penser sans avoir trouvé d’éléments intéressants. Cela peut-être désespérant, désemparant mais je n’ai aucun problème avec cela et je ne perds pas espoir. On ne trouve pas tout, tout de suite. Mes archives sont, à ce stade – espérons que ça continue ainsi, suffisamment abondantes pour que je ne ressente pas de « manque d’archives ».

Lorsque je travaille sur les archives du fonds « André Fabre », j’ai la chance d’avoir un inventaire. Il s’agit de l’un des rares cas où mes archives ont été répertoriées de manière aussi détaillée. Lorsque je trouve des documents pouvant m’intéresser je m’empresse alors de les prendre en photo pour pouvoir les analyser par la suite. Cependant, il faut veiller à ce que la photographie ne soit pas floue sinon il faudra retrouver le document lors de la prochaine visite.

L’histoire s’incarne

Tous droits réservés, Guillaume Meunier, 2017.

Comme j’ai eu l’occasion de l’évoquer précédemment, mes archives ne sont pas que du papier. Mon enquête orale me conduit à rencontrer des sources faites de chairs et d’os, des personnes vivantes. Même si le temps passe et qu’un certain nombre d’acteurs et de témoins du concile Vatican II ont disparu, certains sont encore en mesure de témoigner de cette période. Malheureusement, on ne peut que regretter que les enquêtes orales ne soient pas systématiques. Cela prend du temps et il est difficile de mener une enquête orale de grande ampleur en Master d’où la sensation de frustration lorsque j’apprends le décès de personnes que j’aurais pu rencontrer ou que j’ai déjà rencontrées. Or dans quelques années il sera trop tard. Me créant mon propre questionnaire et me munissant uniquement d’un stylo je me suis donc lancé dans une enquête orale.

Avec l’enquête orale, la source orale, on touche à ce que Pierre Laborie appelait le « très contemporain ». L’histoire et ses acteurs ne sont plus lointains et parfois poussiéreux. Ils sont bien vivants, ont leur propre vécu, leur propre évolution et leur mémoire. Le témoignage, comme la source écrite, comprend des difficultés en termes d’analyse. Il n’est plus à démontrer que le témoin nous renseigne autant sur le passé que sur sa vision du passé. La mémoire diminue pas uniquement à cause de maladies, elle évolue, elle est remodelée, …

Pour ma part, mon enquête orale cherche avant tout à saisir l’évolution des consciences en matière d’œcuménisme entre la période qui précède le concile et la période qui succède à ce dernier. Mais je m’intéresse également à la manière physique et matérielle mais aussi psychologique et mentale dont ces témoins ont reçu le concile. De même, je cherche à comprendre et à saisir ce qu’ils retiennent aujourd’hui du concile et le regard actuel qu’ils portent à l’égard de Vatican II. Ce n’est pas toujours un exercice facile car cela demande d’avoir une pensée réflexive à l’égard de soi-même et de faire (ou non) une distinction entre son opinion en 1965 et son opinion actuelle. Ainsi je peux tenter de pallier l’absence de certaines informations dans les sources écrites ou les complétant ou bien encore apportant une contradiction à ces dernières.

Mais au-delà de ces considérations historiques, l’enquête orale est un moment privilégié, que j’apprécie beaucoup. Plus qu’une méthode, c’est une rencontre humaine. Comme je m’y attendais, les premiers témoignages m’ont démontré qu’il n’était pas aisé pour une personne, des prêtres en l’occurrence jusqu’ici, de confier pleinement sa pensée et sa mémoire. Mais à travers le dialogue qui se transforme parfois en partage, une relation de confiance s’établit en quelque sorte. Ainsi j’arrive à créer un échange que j’espère le plus sincère possible. Je veille à ne jamais briser cette confiance. Ces personnes m’ont confié une partie de leurs souvenirs, de leur mémoire, de leurs sentiments, … Il est de mon devoir éthique et moral, à mon sens, de ne pas trahir cette confiance. Lorsque je retranscris mes entretiens j’entends rester fidèle à mes notes. Par la suite, j’envoie à chaque témoin la retranscription de notre entretien et je lui demande d’y faire les corrections qu’il juge nécessaire et que j’appliquerai sans condition dans la version finale de ces transcriptions.

Les témoins sont le plus souvent heureux et parfois surpris qu’on puisse s’intéresser à leur vécu. Le plus souvent ils me disent : « oh vous savez, je n’ai pas beaucoup de souvenir », « oh vous savez je n’ai rien fait de particulier en lien avec votre sujet », « j’ai accepté votre demande de témoignage mais je ne suis pas sûr que cela vous soit utile ». Cela me fait penser à une citation de Raymond Aron: « les hommes font leur histoire, même s’ils ne savent pas l’histoire qu’ils font » et même s’ils n’ont pas conscience de la faire.

Ainsi à travers mes archives, écrites comme orales, je tente de saisir les fragments d’histoires, les traces historiques, les éléments mentaux qui peuvent m’intéresser afin de croiser ces différentes bribes et d’en interpréter le sens avec minutie. Si les attitudes, les actions peuvent se trouver assez facilement dans les différentes sources. Il est bien plus difficile – mais point impossible – de saisir l’insaisissable : les mentalités, les conceptions mentales et psychologiques. Je peux alors esquisser quelques éléments de ce que nous pourrions appeler une « histoire culturelle de l’œcuménisme »

 

CC, Flickr Hugo Clément

Image à la une : CC, Pixabay TuendeBede


Guillaume Meunier

Actuellement étudiant en Master 2 Histoire, civilisations et patrimoine, je poursuis, sous la direction de Philippe Foro, mes recherches entaméees en M1 sur l'application et la réception du concile Vatican II dans le Tarn autour de la question de l’œcuménisme.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/12/2017

    […] revanche, l’étude historiographique m’a permis de m’interroger sur le traitement des témoignages oraux. J’ai appris à être précautionneux à leur encontre. De même, je n’arrive toujours pas à […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.