Pérégrinations archivistiques

Mon matériel de voyage

Aller aux archives est pour moi un véritable voyage ! Littéralement. Et oui, Ella Maillart était suisse, c’est pourquoi la plupart de mes sources se trouvent loin de Toulouse. Je vous propose donc ici le récit de mes pérégrinations à Genève, sa ville natale.

La préparation au départ

Comme Ella Maillart avant de prendre le train pour Moscou, je me dois de préparer mon départ à Genève. Bien sûr les enjeux ne sont pas les mêmes, mais il faut savoir être précautionneux avant de pénétrer le mystérieux pays des archivistes… Effectivement, l’organisation est de rigueur pour qui veut consulter les archives du département des manuscrits et des archives privées de la Bibliothèque de Genève. De la même manière qu’on consulte un guide touristique, j’ai soigneusement épluché l’inventaire en ligne du Fonds Ella Maillart (CH BGE Ms. fr. 7086-7159). C’est seulement après cette étape que j’ai pu prendre contact avec les archivistes, par courriel, afin de réserver les cartons sur lesquels je souhaitais travailler. La prise de rendez-vous doit être faite avant le lundi matin. Une fois sur place, une demande peut se faire chaque jour à l’aide de petits tickets verts sur lesquels le visiteur inscrit son nom et la cote du carton. Les archivistes de la BGE descendent dans les magasins deux fois par jour : le matin vers 9h et l’après-midi vers 14h. Gare à celui qui a raté le premier convoi, il faudra attendre le prochain voyage !

Sur place : quelques règles à respecter pour le bon déroulement du séjour

Tout bon voyageur le sait : il faut savoir respecter les bonnes mœurs du pays dans lequel on se rend. Les archivistes génevois ne sont pas avares et satisfont les plus gourmands d’entre nous; il est possible de consulter autant de cartons que l’on veut en une journée. Le tout est d’en prendre soin: la gourmandise ne doit pas mener vers le chaos ! Les archivistes ne se privent d’ailleurs pas de féliciter celui qui cherche à assouvir sa soif de découverte avec rigueur. Et même si les photos sont autorisées, malheur à celui qui, se sentant pousser une âme de touriste, préférera matraquer les manuscrits au lieu de profiter de ce voyage archivistique et de mesurer la valeur des œuvres qu’il a sous les yeux. Car en effet, ces documents sont comme des œuvres d’art. C’est pourquoi chaque visiteur est tenu de quitter son attirail avant de s’immerger dans la consultation : manteaux (que le voyageur porte nécessairement pour supporter le dure climat du pays), sacs – qu’il soit à main ou à dos -, pique-nique et autres stylos à encre doivent être laissés à l’entrée de la salle Senebier. Les ordinateurs, les carnets et les crayons à papier font partie des rescapés et me permettent de fixer le souvenir de ce que je découvre lors de mes visites. J’inscris la plupart des informations sur l’ordinateur mais le petit carnet m’aide parfois à voir plus clair et à organiser mes différentes consultations, notamment lorsque je revois le planning de mes journées. D’autres outils sont à la disposition des voyageurs dans la salle Senebier, notamment les inventaires en version papier. Celui du Fonds Ella Maillart est d’ailleurs beaucoup plus détaillé que celui posté en ligne ; je m’en sers donc régulièrement au cours de mon séjour. Enfin, pour assurer une certaine efficacité, la salle Senebier propose même aux moins avertis d’entre nous des crayons à papier et un taille crayon !

Des expériences enrichissantes

Même si la première fois, plongée dans l’inconnu, j’ai pu être impressionnée, je peux dire désormais que je me rends aux archives comme on se rend en pays conquis ! Les autochtones que j’ai rencontré n’y sont pas pour rien car il n’y a pas meilleure expérience que de dormir chez l’habitant – encore merci à eux. Les archivistes sont eux aussi responsables de ma très bonne acclimatation. Effectivement, tels des guides, ils sont toujours prêts à accompagner votre visite, à répondre aux diverses questions qui vous hantent et même à échanger avec vous sur votre sujet. Bref, les résidents (non permanents, j’espère pour eux) de la salle Senebier sont des plus accueillants ! Le Fonds Ella Maillart également m’a fait aimer cet endroit (et mon sujet bien sûr). D’une part, la consultation des carnets de voyage d’Ella Maillart m’a aidée à compléter la lecture de ses récits de voyage. D’autre part, j’ai pu lire sa correspondance, précieuse pour saisir les relations sociales voire politiques de sa jeunesse.

Un autre joli bâtiment suisse à découvrir : le musée de l’Elysée à Lausanne

D’autres voyages à venir

Mes pérégrinations archivistiques ne sont pas terminées. Le ville de Genève devrait revoir le bout de mon nez – gelé – car il me reste encore beaucoup à apprendre du Fonds. Plus tard, mes pas devraient me guider jusqu’au Musée de l’Elysée de Lausanne, où sont conservées les nombreuses photographies prises par Ella Maillart. Un jour peut-être aurais-je le privilège de pénétrer les Archives d’Etat de la Fédération de Russie (GARF) à Moscou ? Le GARF conserve notamment les archives de la VOKS (Société fédérale pour les relations culturelles avec l’étranger), institution soviétique spécialisée dans le tourisme, qui possédaient certainement des traces du passage de la voyageuse suisse en Union soviétique. Encore une affaire à suivre !

CC Image à la Une: façade de la Bibliothèque de Genève (BGE)


Adeline Chaverot

Etudiante en Master 2 en Histoire contemporaine à l'Université Jean Jaurès (Toulouse), je m'intéresse à Ella Maillart, voyageuse suisse du XXème siècle, et tout particulièrement à ses voyages en Union Soviétique. Je travaille avec Natacha Laurent. En parallèle, j'étudie le russe dans le cadre d'une licence en littérature et civilisation étrangère.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.