Fuyez, pauvres fous.

Attention spoiler ! Si vous étudiez la guerre civile espagnole, et que vous lisez ce post, cela vous passera l’envie d’aller aux archives de Salamanque !

En route pour les archives !

L’an dernier j’ai entrepris d’aller au Centre de Documentation de la Mémoire Historique à Salamanque, l’un des plus importants centre d’archives espagnol sur la guerre civile. Son histoire est assez particulière, en effet durant la guerre, les franquistes s’emparaient – au fur et à mesure qu’ils prenaient des villes et des villages – de tous les documents qu’ils pouvaient trouver sur le camp ennemi. Une fois la guerre finie, le gouvernement franquiste rassembla toute cette documentation et l’entreposa à Salamanque. Ces archives ont longtemps servi à la répression. En les consultant, on peut encore en voir les traces sous l’apparence de traits rouges ou bleus, signifiant que les hommes cités étaient soit « communistes », soit « franc-maçons ». Ces archives n’ont jamais été triées et répertoriées convenablement. Il y a bien des catalogues, papiers et numériques, mais beaucoup de cartons n’ont pas encore fait l’objet de dépouillement précis par les archives… ça commence mal !

Une rue de Salamanque CCLisaAlbassier

Je suis arrivée avec un grand enthousiasme à Salamanque, la saison était douce, les rues magnifiques (bordées de vieilles bâtisses datant parfois du Moyen Âge), la ville était animée par des nuées de jeunes étudiants ! Après une journée à visiter la ville, je me suis décidée à faire un petit coucou aux archives ! Un chocolat chaud en main, et mon utilitaire de jeune chercheuse en poche, j’étais parée pour braver la complexité de la tâche ! Mais malgré ma bonne humeur et ma détermination, les ennuis n’ont pas arrêté de se succéder !

« Patience et longueur de temps font plus que force et que rage ! »

Avant de partir, j’avais au préalable fait de longues recherches sur le site des archives espagnoles « PARES » afin de prendre de l’avance. Je ne voulais pas perdre de temps, Salamanque n’étant pas à une heure de route en voiture, il me fallait au maximum rentabiliser mon séjour. J’avais donc une liste de tous les cartons pouvant m’intéresser, même si parfois, leur contenu était obscur. En effet, un bon nombre de cartons sont remplis de « documents divers », ce qui peut être très excitant pour un étudiant de thèse (qui chercherait des documents inédits) ou un passionné des archives, mais pour une étudiante en master 1, ça reste assez déroutant et énervant.

Le premier jour, après mon inscription auprès des archivistes, je me suis empressée de commander les cartons que j’avais soigneusement listés dans mon ordinateur. Armée de mon crayon gris, de mon carnet de note et de mon ordinateur (seul outil qu’on nous laisse apporter dans la salle de consultation) j’ai ouvert le premier carton, puis le second, puis le troisième, puis le quatrième… et rien, je n’ai rien trouvé à me mettre sous la dent. J’ai commencé à paniquer… mais j’avais encore du temps. Le lendemain j’ai décidé de demander de l’aide aux archivistes. Mais c’était sans compter sur l’antipathie de l’archiviste général qui préféra me passer un savon parce que je ne parlais pas assez bien espagnol, plutôt que de m’aider dans mes recherches. Je commençais à sérieusement désespérer, d’autant que la journée s’achevait encore une fois bredouille.

Moi après avoir trouvé « le » carton !

Au bout du quatrième essai manqué, je me suis retroussée les manches, et j’ai pris le problème à bras le corps. Il était inenvisageable que je rentre sans archive. J’ai tapé tous les mots possibles et inimaginable en rapport avec mon sujet dans PARES, et après de longues heures, le miracle s’est produit ! Hallelujah ! J’avais enfin trouvé un carton contenant ce que je cherchais. Le lendemain, je suis donc allée aux archives avec la ferme intention de repartir avec ses sources. Mais là encore, les choses ne furent pas aussi simples. Les documents que je voulais consulter avaient été déplacés à Barcelone. En effet, en 2005 le gouvernement catalan a demandé à rapatrier toute la documentation liée à la région aux Archives Nationales de Catalogne. Néanmoins (surement en voyant mon désespoir!) un jeune archiviste m’a expliqué que les documents avaient été numérisés, et étaient consultables sur ordinateur. Cela fut moins exaltant que d’ouvrir des cartons contenants les vestiges du passé, mais j’étais tellement soulagée, que cela ne fut pas si embêtant que ça ! J’avais enfin trouvée des sources ! Je pouvais dormir sur mes deux oreilles.

Tout est bien qui finit bien.

Malgré une attente interminable pour recevoir mes sources (la loi espagnole interdisant les photos d’archives, il faut commander des photocopies ) j’ai pu mener à bien mes recherches, et rédiger mon mémoire sans encombre.

Après coup cette expérience ne fut pas que riche en émotions, elle m’a beaucoup apportée, j’ai pu voir les aléas du métier d’historien. Tout n’est pas toujours simple et rapide, il faut parfois s’armer de patience et de détermination pour mener à bien son projet. Il arrive également que l’on ne trouve pas d’archive, et il faut repenser ses ambitions et son axe d’étude. Mais l’adrénaline à laquelle on est confronté est un bon stimulant, qui ne m’a pas quitté depuis que je suis allée aux archives. Je vois ce métier d’un autre œil, et je me dis que l’aventure aussi fait partie de son quotidien.

Cette année est nettement plus simple au niveau des archives, toutes celles auxquelles je m’intéresse sont digitalisées et accessibles en ligne. Ce qui est un gain de temps considérable ! Je garde tout de même un bon souvenir de mon séjour à Salamanque, autant du vigile de l’entrée qui me faisait des blagues à chaque fois que je faisais une pause, des longues heures à m’agacer en salle de consultation ou des terrasses espagnoles qui ont la saveur des vacances !

Motivée comme jamais pour l’année en cours !

PS : j’aurais bien aimé mettre des photos de mes archives, mais si je le fait je peux aller en prison et avoir une très très grosse amende ! Donc, j’ai pas tenté le diable !!!

 


Lisa Albassier

Etudiante en Master 1 d'Histoire à l'université Toulouse II -Jean Jaurès, je travaille sous la direction de Mr François Godicheau dans le cadre du master Histoire, civilisations et patrimoine. Mes recherches portent sur la révolution espagnole de 1936 et plus précisément sur la vision qu'en avaient les acteurs.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search