La chasse aux champignons

 

Photographie personnelle AGN Salle X-32-11-4.        10/11/2017 Buenos Aires

Contrairement à l’image d’Épinal de l’histoire, je n’ai découvert le contact du papier ancien que très récemment. Le mot archive peut décrire une multitude de supports, et on a tendance à penser que les documents manuscrits jaunissants sont les plus importants. On peut penser qu’ils contiennent des textes inédits que personne n’a jamais eu l’occasion de lire. Seulement mon travail n’est pas d’être l’Indiana Jones des dépôts d’archives; mes aventures ne consistent pas à combattre la moisissure et les rongeurs ni d’éviter les pièges tendus par les archivistes pour protéger leurs trésor. Non, pour être tout à fait honnête, j’ai étudié toute une année sans aller dans aucun centre d’archives.

 

En effet mes recherches (et je ne suis pas une exception) peuvent très bien s’appuyer sur des sources déjà éditées. Oui, ça en jette un peu moins … Mais ça reste intéressant ! Il existe une infinité de manières de tirer des informations d’un texte. Ce n’est pas parce qu’une personne l’a déjà étudié une fois que l’on peut jeter le papier et passer au suivant. On aborde un document avec ses propres questions qui ont rapport à nos recherches.

Personnellement je m’intéresse à la campagne de la province de Buenos Aires, je recherche les interactions entre le gouvernement de la province qui donne des instructions et ceux chargés de les exécuter dans le monde rural. Si l’année dernière je me suis concentré sur des compilations de lois, en ce moment j’ai la chance d’être sur le terrain pour pouvoir consulter les archives. Problème : où chercher ? Le dépôt des archives nationales de Buenos Aires est divisé en sections, celles-ci sont censées correspondre aux divisions administratives de l’époque : Police, armée, jugement civil, jugement criminel … Le problème est que l’histoire du Río de la Plata n’est pas un long fleuve tranquille. Une section nommée secretaría de Rosas réunit les documents reçus lors des deux gouvernements de Juan Manuel de Rosas, alors que les autres gouverneurs n’ont pas la chance d’avoir une section à leur nom. Dans ce style-là, on peut trouver un fond rassemblant les documents traitant de la campagne des Andes entre 1814 et 1819 alors que l’on pourrait juste le classer dans « armée ». Il faut donc commencer par apprendre à se repérer dans ce bord… dans cette magnifique organisation. Si l’on a posé le problème du où chercher, il est aussi important de se demander quoi chercher. Ce travail est effectué en amont, à partir des travaux d’autres historiens on peut se faire une idée du type d’archive qui pourrait nous intéresser. Cependant on n’est pas à l’abri des surprises, la sérendipité n’est certes pas souhaitable mais si ça peut aider…

Plaza de Mayo. , 1842. Archivo General de la Nación Argentina.

Aller aux archives signifie pour moi une organisation, j’habite à 300 kilomètres de Buenos Aires soit quatre à cinq heures de bus, une broutille en Argentine… Une fois arrivé aux portes de l’édifice situé dans le quartier de Monserrat à deux pas de la place de mai, le premier obstacle est la personne d’un âge avancé qui doit m’inscrire comme nouveau consultant sur un ordinateur tout aussi ancien. Heureusement ils ne demandent que les formalités de bases en Argentine… : nom prénom, deuxième et troisième prénoms (merci à mes géniteurs qui voulaient compliquer ce voyage dès ma naissance), date de naissance et numéro de passeport. Après ce contrôle, euh pardon, cette formalité de sécurité ; on me donne la clef d’un casier pour me délester de mes affaires. Je conserve mon téléphone, mes lunettes, une liste papier des liasses que je souhaite consulter et un appareil photo au cas où mon cellulaire déciderait de me fausser compagnie car le vieux papier n’est pas digne de ses capacités oculaires, ce qu’il n’a pas manqué de faire

Après l’interminable attente dans l’ascenseur (à traction manuelle assurément, il n’y a pas d’autres explications) j’entre dans la salle de consultation des catalogues. Ah… oui j’ai omis de préciser qu’il n’existe pas de catalogue en ligne, juste une description des fonds, il faut donc rechercher sur place dans les catalogues papier ce que l’on souhaite consulter.

En fait il existe un catalogue non officiel qu’utilisent les archivistes il est composé de fichiers de feuilles de calculs ; et par le plus ou moins grand des hasards j’ai la chance de l’avoir à ma disposition, ce qui m’a considérablement aidé dans l’optimisation de mon temps sur le terrain.

Face aux premières archives j’ai été pris de panique : je ne comprenais rien. Je ne maitrise pas totalement l’espagnol et devoir déchiffrer l’écriture des

Astérix Le Devin, Goscinny et Uderzon. N°19, 1972.

agents du gouvernement et en même temps essayer de comprendre ce qu’ils disaient me paraissait impossible. Heureusement les documents ont une logique dans leurs forme qui permet de s’orienter : la date, le lieu, le sujet. Ensuite, les abréviations et le style d’écriture se comprennent assez vite. Je me suis donc fié à ce que je comprenais et j’ai photographié ce qui m’intéressait pour l’étudier plus tard. Pourtant le sentiment de passer à côté de quelque chose me hantait. C’est extrêmement désagréable de voir tant d’archives, de fouiller dans certaines et de se dire que, quelque part dans ce bâtiment, il y a sûrement des documents qui répondraient à nos attentes. C’est un peu comme aller aux champignons, on connait à l’avance ses coins, on y trouve des spécimens intéressant mais on sait qu’au hasard d’autres chemins on peut tomber sur des girolles et pourquoi pas un beau cèpe. Certains semblent trop beaux pour être comestibles pourtant notre œil est attiré par leurs couleurs attrayantes, alors on cède et on commence à se perdre dans de nouveaux bois. Après tout, qui n’a jamais salivé devant la beauté d’une morille ? Mais la majorité des archives que je consulte ont un aspect sinistre et peu attrayant, pourtant les trompettes des morts nous chantent une histoire et nous incitent à tirer le chapeau jusqu’au pied de tous ces bolets pour explorer la chair savoureuse qu’ils protègent.

 

Sorti de bois il faut nettoyer la matière : enlever la terre, couper les parties non comestibles et remettre l’aliment dans son contexte, là où il doit être pensé et compris. Pour un champignon c’est entre le plan de travail et la poêle ; pour les archives que je trouve, c’est une communication entre deux personnes qui se connaissent plus ou moins et le papier qui en ressort n’est que le résultat visible d’un échange plus ample. Je me dois donc de redonner à ma récolte son lustre d’antan.

Entre ce que j’ai récolté et les archives déjà publiées, je pense pouvoir cuisiner une bonne omelette !

 

 

Photographie du site : Terra Morchellarum. URL : https://terramorchellarum.com/cepes-dete-en-ete/

Cette lubie champignonesque est sûrement due au manque d’ eumycètes dans mon alimentation, je vous prie de m’excuser pour la gène occasionnée.


Guillaume Balfet

Je suis étudiant en seconde année de master Histoire, Civilisations, Patrimoine à l'époque contemporaine à l'Université Toulouse II Jean Jaurès. Je travaille sur l'ordre public en Argentine au XIXème siècle sous la direction de François Godicheau.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search