L’Odyssée des archives

Creative Commons, Wikimedia, Auteur :AlNo

Ah ! Le travail aux archives, la base, le cœur vibrant de la recherche historique ! Dans ce nouveau billet, je te propose, ami lecteur, de nous arrêter un peu sur mon organisation pour effectuer cette étude archivistique. Tu comprendras ainsi  ce qu’est, selon moi, une journée type du jeune étudiant chercheur.

Je commence tout d’abord, en amont, en jetant un coup d’œil sur le catalogue en ligne des archives départementales de l’Ariège (que nous appellerons entre nous les ADA) qui me permet d’avoir un aperçu global des fonds qui peuvent intéresser mon sujet de travail. Je liste donc l’ensemble des côtes à consulter et j’évalue le nombre de séances aux archives qui seront nécessaires pour tout étudier. Et là, se pose un premier problème : le temps.  Ah !Le temps ! N’y a t-il pas ennemi plus cruel guettant le jeune chercheur soumis à la tyrannie du calendrier universitaire ? Je sais que les règles des ADA limitent à 16 le nombre de documents que l’on peut emprunter chaque jour, 8 par demi-journée. Autant le dire tout de suite : il est assez rare, je dirais même exceptionnel, d’atteindre cette limite tant je m’attarde sur les documents.

Dans le vif du sujet : la journée d’études proprement dite

Nul besoin de beaucoup de matériels un stylo, quelques feuilles et c’est parti ! CC Damien Franchini

Car c’est précisément de temps dont je manque. Dans le cadre de mon sujet de recherche, les sources de prédilection sont avant tout des pièces de procédure émanant des différents tribunaux que connut le département ariégeois durant la période 1789-1848. Et ils sont nombreux je t’assure : tribunal de département, tribunaux spéciaux, de première instance, cour d’assises et cour prévôtale. Tout cet ensemble se retrouve compilé dans la série U des ADA (“Justice” à partir de 1800). De ce magma documentaire, la première des choses à faire est d’extraire uniquement les affaires concernant les “mouvements populaires” (mon sujet) qui sont, par définition, des actions de groupe. La qualification des troubles et délits permet souvent de distinguer de manière sûre ( attroupement, émeute avec armes) ou hypothétique (délit forestier, tentative d’insurrection,…) les affaires répondant à ce critère.

Alors viens l’étape du dépouillement de ces dossiers généralement volumineux. Ici, ma technique est de repérer en priorité les documents essentiels pour saisir une affaire. Lesquels sont-ils ? Tout d’abord la plainte ou le procès-verbal (PV) constatant le délit, ensuite l’acte d’accusation dressé par le tribunal puis les témoignages et/ ou interrogatoires des accusés. Enfin, le cas échéant, le jugement prononcé contre les coupables. Sur ce point, je signale que ce dernier document est en réalité assez rare. En effet, bon nombre de dossiers de procédure ne contiennent pas la pièce de jugement, soit que l’affaire aboutisse à un non-lieu, soit que le document finisse par être perdu. C’est là un des principaux problèmes de cette étude : ne pas connaître la conclusion d’un procès. Comme tu l’auras compris, je me retrouve face à un ensemble documentaire assez conséquent. Je décide donc de prendre tout cela en photo et, pour m’y retrouver, je prend soin de noter sur une feuille l’intitulé de chaque pièce.

Traiter les informations, approfondir la recherche

Mes lectures complémentaires m’orientent parfois vers des fonds sur lesquels je n’aurais pas eu idée de porter le regard ou que j’aurais pu négliger comme secondaires. C’est ainsi qu’après avoir lu l’ouvrage de Louis Bergés intitulé Résister à la conscription 1798-1815 : le cas des départements aquitains, je décidai de m’intéresser à la série R (“affaires militaires”) qui regroupait les destitutions prononcées contre les maires, adjoints et officiers municipaux pour complicité avec les réfractaires et déserteurs. Avoue que passer à côté quand on travaille sur les mouvements populaires, c’est ballot.

Enfin, je citerais la série L qui se révèle très intéressante car elle regroupe les fonds des administrations de la décennie révolutionnaire et permet ainsi d’avoir une idée des troubles ariégeois durant la période fort méconnue du Directoire (1795-1799). Une fois ce travail effectué, viendra le temps de classer les photos dans des dossiers afin de lire et d’étudier les documents pour en extraire ce que Rabelais appelait la “substantifique moelle”, la partie la plus importante du document. Et là, l’on peut parfois faire des découvertes intéressantes ou bien, au contraire, piétiner sur des documents insipides et rébarbatifs. Mais n’est ce pas là l’essence du métier de chercheur ?


Damien FRANCHINI

Mon champ d'étude débute à la Révolution française puis s'étend tout au long de la première partie du XIXème siècle. Etant originaire de Toulouse, je fus particulièrement et naturellement attiré vers l'histoire régionale du Sud-ouest durant cette période ce qui explique ma thématique de recherche, à savoir les troubles en Ariège de 1789 à la Révolution de 1848.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.