N.S.A, archives et guerres en Irak

Comme tu vas le voir bientôt mon sujet de recherche se rattache à un courant historiographique particulier : l’Histoire immédiate. Or ce lien a une incidence directe sur le sujet de ce billet : mes archives. 

Ici il ne sera ni question d’archives poussiéreuses et encore moins de parchemin à déchiffrer seulement d’un ordinateur et d’une très très bonne connexion internet (et je ne parle pas de streaming).

God Bless N.S.A

National Security Archive

Je vais commencer par te présenter mes archives. Si tu as loupé le premier épisode, j’étudie le recours à l’arme aérienne dans les guerres en Irak, et ce entre 1990 et 2004. Si tu as quelques notions en matière de recherche historique, tu as déjà pointé du doigt un problème essentiel : y a-t-il des sources accessibles lorsque l’on travaille sur des conflits aussi récents ? C’est comme pour tout si on cherche bien on finit toujours par tomber sur quelque chose. Dans mon cas, mon salut en matière archivistique réside dans l’ouvrage de Jean Guisnel, Bush contre Saddam. L’auteur y cite toutes ses sources bibliographiques comme archivistiques. Et là, miracle ! Parmi une multitude de notes de bas de page l’une d’entre elle m’amène vers…. le site de la NSA. À ce stade-là, tu penses directement espionnage, écoutes illégales de présidents, Edaward Snowden ! Eh bien non ! Absolument pas. La NSA n’est pas la tristement célèbre National Security Agency, mais la National Security Archive. C’est un peu moins « scénario hollywoodien », mais bien plus utile pour l’historien. Il s’agit du dépôt d’archives de l’Université George Washington. La NSA regroupe l’ensemble des archives des diverses administrations américaines, civiles comme militaires.

Les archives, la matière première de l’histoire

Tu te demandes sûrement pourquoi je fais tout ce foin pour un dépôt d’archives. Simplement parce que, comme je viens de te l’expliquer (suit un peu, c’est dur pour tout le monde), au moment de débuter ma recherche je ne pensais pas trouver de sources militaires américaines déclassifiées concernant mon sujet. Je m’étais donc rapidement résigné à ne travailler exclusivement que sur de la presse. C’était sans compter sur cette découverte qui m’a permis d’accéder à une multitude de documents déclassifiés de l’armée ou de l’administration américaine.

Couverture du rapport, CC, Matthieu Gayrin

L’un des plus importants n’est autre que Operation Desert Shield/Desert Storm : Executive Summary. Il s’agit du résumé de l’ensemble des opérations américaines menées durant la guerre du Golfe. Travail rédigé par rien de moins que le United State Central Command, soit le commandement militaire américain en charge du Moyen-Orient. Mais surtout, grâce à ce dépôt d’archives en ligne j’ai totalement réorienté ma recherche et j’ai eu accès à d’autres sites similaires tel que Miller Center qui regroupe des sources sur tous les présidents américains ou le Defense Technical Infirmation Center, qui est le site d’archives et d’informations de l’armée américaine.

Vient alors la question cruciale : à quoi cela te sert-il ? C’est bien joli de trouver ce genre d’archives (encore que ma famille ne partage pas totalement cet avis), mais t’en fais quoi après ? Contrairement à ce que certains de mes amis pensent, la rédaction d’un mémoire de recherche en histoire ne consiste pas simple à « écrire un livre, sur un autre livre, en s’appuyant sur des livres ». Il s’agit bien davantage d’un puzzle. Je m’explique ! Si nous prenons la source précédemment évoquée Operation Desert Shield/Desert Storm : Executive Summary, ce document est constitué de 31 pages. J’ai commencé par sélectionner les parties qui concernaient exclusivement mon sujet. De ces parties je n’ai sorti que quelques informations. Il peut s’agir d’une phrase ou d’un simple mot, d’une date, d’un lieu, d’un nom. L’objectif est ensuite de commenter ces informations grâce aux lectures que je fais tout au long de l’année. Telles les pièces d’un puzzle, informations et lectures se combinent pour donner l’image, l’analyse historique de notre sujet.

Après cette note de poésie, laisse-moi te parler de la façon dont je construis mon puzzle jour après jour

404 not found, la hantise du quotidien

À la lecture du titre de ce billet, tu t’es probablement dit que j’étais allé aux Etats-Unis pour dépouiller des sources. Puis tu as lu la première partie, t’as alors compris qu’en fait je travaillais devant mon ordi. Là normalement t’es un peu déçu… Mais attends je vais même te faire une confidence, le plus long voyage que je fais pour mes sources c’est… 12 minutes de métro pour arriver à la fac ! (En ce moment je suis en béquille donc ça ressemble davantage à Voyage en terre inconnue)

Là tu te dis, le gars est pénard, à bosser sur son ordi dans ce bon vieux Mirail. Et bien, détrompes-toi, même si je n’ai pas à subir les vicissitudes d’une administration archivistique plus ou moins conciliante, les archives et leur dépouillement (c’est l’analyse du document en fait), rythme mes journées à moi aussi. Personnellement, j’ai trouvé que la recherche d’archives était le fruit d’un stress quotidien. J’ai passé l’essentiel de ma première année de recherche hanté par la seule peur de ne pas en trouver. Puis j’ai rapidement compris que ça ne serait pas le cas. Je me suis retrouvé avec beaucoup plus de documents que je ne pouvais l’imaginer, qu’il était désormais urgent de dépouiller. Je me suis alors mis à courir après le temps, pousser par la peur de ne pas en avoir assez pour mener à bien cette noble quête.

À ce stade-là, les archives et leurs dépouillements rythment l’essentiel de ma journée de travail. Je dois analyser 4 documents par jour si je veux tenir le planning que je me suis fixé. Non en fait, c’est davantage
la qualité de ma connexion internet qui rythme mes journées. Quand il te faut deux heures pour dépouiller un PDF qui en met 3 à charger, la journée BU se transforme rapidement en cours de self-control et tu comprends alors toute la relativité du temps (un peu comme dans Interstellar)…

Sur ces belles paroles, et parce que le temps c’est du dépouillement, je retourne à mes archives. À dans deux semaines.

 

Crédit image : CC, Wikimedia, US Marine Corps, opération Phantom Fury. 


Matthieu Gayrin

Etudiant en Master 2 recherche, je travaille, sous la direction de Monsieur Jean-Marc Olivier sur "l'efficacité et les limites de l'utilisation de l'arme aérienne dans les conflits en Irak (1990-2004)".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search