Voyage au centre des archives

Un dossier d’archive « classique ».   Cc Paul Duponchel

Passage indispensable pour la rédaction d’un mémoire de recherche, la visite des archives, puis l’utilisation des dites archives.
Les archives correspondent souvent à des sources essentielles dans l’accomplissement de notre mémoire.

Avant de se rendre dans le centre d’archives qui nous intéresse quelques préparatifs sont nécessaires afin d’optimiser au mieux le temps passé la bas.

Un petit exemple de trop, ou noyade.  Cc Pixabay Arcaion

En premier lieu et en ce qui me concerne, j’ai pris l’habitude de préparer une liste, à partir de l’inventaire des sources, des archives qui m’intéressent. Je perçois un centre d’archives comme étant un lieux dans lequel on trouve ce que l’on cherche si et seulement si on sait ce que l’on cherche, à l’inverse si la visite se fait dans l’espérance de glaner des informations, sans avoir d’idée précise de ce que l’on veut cela tourne à l’échec- bien qu’il y est ce contre exemple– ou à la noyade dans la surabondance de documents.

 S’équiper

L’attirail. Cc Paul Duponchel 

L’attirail de l’apprenti chercheur qui se rend aux archives est généralement composé d’une somme d’objets et d’outils qui nous aide à mettre à profits les éléments rencontrés dans le dépouillement. Personnellement j’amène avec moi mon ordinateur pour prendre des notes et écouter de la musique. L’écoute de la musique n’est pas systématique mais elle m’aide quand il s’agit de lire de longs articles par exemple. J’ai également avec moi un cahier et de quoi écrire, je jongle donc entre la prise de notre sur traitement de texte et sur papier. Un appareil photo, ou ici un téléphone sont d’une grande utilité si il est possible de prendre des photos des archives rencontrées. A cet attirail du jeune chercheur s’ajoute des éléments de confort. Une bouteille d’eau parce que chercher ça donne soif… Et dans mon cas un pull ou une écharpe, il fait en effectivement « frisquet » à l’intérieur de la salle dans laquelle je consulte mes archives. Des écouteurs peuvent se révéler utile pour écouter de la musique ( il y a généralement d’autres personnes qui consultent et les archivistes ne sont pas forcément fan de nos gouts musicaux. ) mais également pour écouter un document audio/vidéo qui se trouverait dans nos archives.

O R G A N I S A T I O N

En terme d’organisation, la rédaction d’une liste en amont des archives que je souhaite consulter me permet de ne pas perdre trop de temps devant l’étendue des archives qui peut parfois donner le vertige quant à la somme de documents qu’elles contiennent. A cet inventaire des archives que je souhaite consulter j’effectue les demandes de communications dans l’heure qui précède mon arrivée au centre d’archives. Le principal risque, surtout lors de la première visite et peut être dans le cas d’un fonds privé, vient de « l’émerveillement » que représente la confrontation à nos archives. Dans mon cas j’ai voulu, lors du premier jour, lire quantité de documents pas fondamentalement utile à ma recherche. mais cette déambulation dans le passé du sujet a quelque chose de fascinant.

Des sources, quelles sources ?

Source journalistique. Cc Paul Duponchel

Source dactylographiée. Cc Paul Duponchel

Mon sujet, l’étude d’un itinéraire m’a amener à me confronter à des archives personnelles, celles de David Rousset dont l’inventaire est disponible sur le site calames. Celles-ci ont été déposé par son fils à la BDIC ( Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine ) qui se trouve à la faculté de Nanterre accolée à la BU de la dite faculté. A mon arrivée il m’a fallu rencontrer un responsable afin d’obtenir l’autorisation de reproduction des documents portants un intérêt pour mon travail. L’utilisation des sources n’a pas engendré une foule de questions pour moi. Il me semblait évident de traiter en majorité les archives personnelles lesquelles se sont révélées suffisantes pour le traitement de mon sujet de première année. En revanche les archives de Rousset m’ont permises de me confrontées à divers types de sources, manuscrites mais pas que ( heureusement pour moi au vu de la calligraphie de mon sujet d’étude ), dactylographiés, journalistiques et bien d’autres. Cette multiplicité des sources a eu comme avantage de m’éviter une lassitude lors du dépouillement. Je n’ai pas subi d’influence particulière de la part d’auteur ayant abordé David Rousset. En effet Rousset n’a pas fait l’objet de nombreux travaux de recherche. Cela m’a permit d’aborder les sources sans trop d’apriori ou d’idées préconçues.

Manque ? Mon petit dépôt ne connait pas la crise

Quant au manque d’archives, je n’y ai pas été confronté, il est peu probable au vu du contenu du fonds Rousset ( près de 300 cartons amplement fournis ) que cela m’arrive. Le cas échéant j’imagine que je tenterai d’étudier d’autres pistes de recherche afin d’envisager le dépouillement d’autres sources. Le seul soucis pourrait venir du trop plein précédemment évoqué.

En définitive bien que parfois qualifiée d’angoissante la visite des archives m’a laissé une agréable impression. J’ai pris plaisir à parcourir la vie de Rousset à travers les documents officiels et personnels ( et ils sont nombreux ) qu’il a conservé.

 

Crédits image à la une : BDIC Nanterre


Paul Duponchel

Etudiant en Master 1 d'Histoire à l'université Toulouse II Jean Jaurès, je suis sous la direction de Jacques Cantier dans le cadre du master Histoire, civilisations et patrimoine. Mon objet de recherche porte sur David Rousset et son itinéraire, enfin répond-il aux critères de l'intellectuel engagé

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search