Mais où se cachent mes archives ?

La magie de certaines archives …

Les archives sont le ciment de tout travail historien. Ces piles de papiers tout poussiéreux, s’ils n’attirent pas forcément au premier regard, renferment parfois de véritables trésors…

Mon problème, c’est que je n’ai pas d’archives. Pour mon sujet sur la synagogue, deux dossiers étaient disponibles, un seul m’a servit.

Le manque d’archives… C’est problématique ?

Étant réellement allergique à la poussière, on ne peut pas vraiment dire de prime abord que l’absence de sources m’ait particulièrement manqué. Néanmoins, je l’admets, ce fût un véritable coup dur pour la réalisation de mon mémoire. Au vu de tout ce que j’avais trouvé comme informations dans les différents livres, je m’étais imaginée une véritable pile d’archives attendant sagement être dépouillée par mes soins. Or, après des semaines de recherches et après avoir joué de mes contacts (comprendre ici : ma mère) au sein des archives, j’en suis vite venue à la conclusion que cette belle pile dont je rêvais jours et nuit n’existait pas. Deux dossiers d’archives, dont un déjà étudié en long et en large par mes prédécesseurs présent dans la bibliographie. L’autre contenait beaucoup trop de chiffre je ne suis pas sûre d’avoir tout compris.

Passé le moment de panique, et après avoir longuement réfléchit, j’ai réussi à dépasser cette difficulté. Quand on manque d’archives classiques, il suffit de se montrer juste plus curieux et plus inventif. En fouillant plus profondément dans les habitudes de la communauté, en passant d’un magazine à un autre, de journaux en journaux, de photos en photos j’ai fini par trouver les éléments qui étaient nécessaires à mon travail. Cette recherche approfondie n’aurait peut-être pas eu lieue si j’avais eu tout ce que j’espérais dès le premier coup. En résumé, en cas de panne d’archives, il suffit de trouver une bonne bibliographie et de combler les vides avec des sources publiées. On finit toujours par reconstruire l’histoire petit à petit. C’est juste un peu plus long.

Pour cette année, ayant changé de sujet, j’ai énormément d’archives à ma disposition. J’y ai juste pas accès. Mais ça c’est une autre histoire.

archives départementales de la haute-garonne, 7v7, tout droits reservés.
Les comptes j’y comprend rien

Une organisation efficace

Le peu de fois ou je mets les pieds aux archives, j’y passe peu de temps. Pas seulement parce que je n’ai pas de sources, et pas parce que je n’ai pas forcément envie de rester longtemps dans le lieu de travail de ma mère, mais aussi et surtout parce que je fais tout pour aller à l’essentiel. Je n’écris rien. Ou presque rien. Mon sac se résume à un crayon à papier, une feuille blanche, un paquet de mouchoir et mon meilleur appareil photo. Quand je trouve un dossier avec des archives me concernant de près ou de loin, je mitraille le tout de mon appareil photo, je note juste les références sur un papier pour la fois d’après afin d’éviter de refaire le même dossier. Et une fois fini, je m’en vais. J’étudie le tout sur mon téléphone après avoir transféré pour avoir tout sur moi à chaque moment de la journée. Un temps d’attente particulièrement long ? Je déchiffre mes archives que je classe ensuite dans des dossiers selon leurs thématiques. Maintenant que j’ai compris le système de base de données, je serai peut-être encore plus efficace.

Une communauté juive, très protectionniste

Si l’an dernier j’ai pu pallier le manque d’archive par une bonne bibliographie, il s’avère que cette année, ça va être beaucoup plus compliqué que ça. Des archives je sais qu’il y en a plein dessus. Mais il faut que j’y accède par la communauté juive directement. Et je dois dire que l’ACIT ne semble pas être très porté sur la technologie. Après 10 mails sans réponses, un nombre d’appel incalculable dans le vide, je n’ai toujours pas réussit à établir un contact direct avec eux. Dans l’absolu, je pourrai faire sans. Mais le mémoire risque de ne pas être très intéressant je le crains.

Quoique le précédent ne le fût pas non plus.

Quand je dois relire mon mémoire

Image à la une : CC, pixabay, kropekk_pl


Océane Larousse

Je suis étudiante en master histoires et civilisations modernes et contemporaines sous la direction de Philippe Foro à l'université Jean-Jaurès de Toulouse. Mes domaines de recherches se portent sur l'histoire des Juifs et plus particulièrement celle des Juifs de Toulouse

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.