La machine à voyager dans le temps : les Archives départementales

CC A. D. 65 / Compoix d’Esparros avec de très belles illustrations

De nombreuses échéances rythment l’année universitaire dont la constitution du corpus de sources. Ainsi, mes déplacements aux Archives départementales de la Haute-Garonne (A.D. 31) ne sont pas le fruit de mon envie du moment. Ils répondent à la nécessaire recherche de documents pouvant permettre d’étudier mon sujet, une seigneurie commingeoise du XVIIIe siècle et d’élaborer des questions pertinentes. Petit aperçu de cette quête sans fin mais délectable !

Divers facteurs viennent impacter le temps que je passe aux Archives mais la règle, c’est d’être pragmatique. Je dois d’abord équilibrer mes recherches d’archives et mes lectures. Si j’ai bien avancé dans ma quête de documents mais peu travaillé la bibliographie, ma directrice de mémoire veille à me rappeler le juste milieu. Ensuite, la charge représentée par les cours du master peut largement influer sur le temps accorder aux sources. Plus il y a de travaux à rendre, moins je dépouille les inventaires et les archives. Dernier point : l’aspect financier entre en ligne de compte. Habitant à 70 km des A. D. 31, je suis obligée de calculer le nombre de mes déplacements là-bas.

Être bien organisée par « feignantise »

Feuille volante pré-imprimée en début de journée …                     CC Xénie Nouvel

…. puis en fin de journée !
CC Xénie Nouvel

Bien que les Archives soient ouvertes dès 8h15 je n’arrive jamais avant 10 h. Entre l’obligation de déposer mes enfants à l’école et les problèmes (récurrents) de circulation sur le périph toulousain, je ne peux pas faire mieux. Par contre, une fois sur place je ne chaume pas. Comme je prépare toujours ma venue en amont, une fois dans la salle de lecture je me précipite sur un ordinateur et commande rapidement 3 cotes. En les attendant, je m’installe à une place, rarement la même d’une fois à l’autre et déballe mon fourbi d’apprentie historienne. Crayons à papier, gomme, feuilles volantes pré-imprimées, ordinateur, appareil photo et clef USB forment les éléments essentiels de ma boîte à outils.

Après avoir essayé différentes méthodes de consultation, j’ai dernièrement trouvé celle qui me correspond le mieux : si une archive fait mon bonheur, je la prend en photo et décharge mon appareil tout de suite dans mon ordi en notant sa cote et sa nature. Cela m’évite de le faire une fois rentrée à la maison. Cette organisation ralentit légèrement mon rythme en salle de lecture mais rend la journée plus agréable.

Noter mes archives : le « triple AAA »

Dans le cadre des séminaires organisés par ma directrice de mémoire, je discute avec elle des fonds d’archives qu’il me faut consulter. Pour l’instant, j’ai dépouillé puis utilisé pour mon travail une multitude de séries. La plus importante est un ensemble d’archives seigneuriales représentant 5 ml. A cela s’ajoutent des sources fiscales, notariales, administratives et révolutionnaires. Si cet éparpillement permet d’apporter des éléments de réponses variés, il constitue aussi un écueil : fasse à la profusion, j’entrevois énormément de pistes que le manque de temps ne permet pas toujours d’approfondir.

CC Pixabay

Afin de ne pas être submergée, j’ai mis en place une système de notation. Lorsque je parcours un inventaire, je garde l’esprit ouvert et enregistre toutes les cotes pouvant, de près ou de loin, être intéressantes. Seulement, en fonction de leur utilité à court terme, je leur accole une mention qui me permettra plus tard de les consulter plus ou moins en priorité. Cela donne : « à voir plus tard», « + » ou « ++ », voire un « +++ » (dans ce dernier cas, je demande le document dès la prochaine levée du jour !).

Quand je consulte des archives en ligne, je procède tout à fait autrement puisque je suis à mon domicile. Si j’aime aller aux A. D. 31 toucher les documents et observer les habitués *, j’apprécie également l’étude des archives numérisées. D’une part, elles sont accessibles 24/24h et ne nécessitent pas de photos (on peux les enregistrer en pdf), d’autre part, je suis confortablement installée à mon bureau avec du café à volonté et des chats à câliner.

Mon « rêve bleu » ….

CC Xénie Nouvel

Après ces considérations d’ordre pratique, se pose la question de l’archive dont je rêve. Il s’agit du livre terrier de la seigneurie de Pointis-Inard. Sorte de Saint Graal pour l’étude du régime seigneurial, ce document répertorie toutes les parcelles dépendantes du seigneur et les droits auxquels il peut prétendre sur ses tenanciers. Il existe aussi des livres-terriers accompagnés de plans précis mais là, on passe du rêve à l’utopie : ils sont nombreux au XVIIIe siècle, sans toute fois être la norme car ils sont notamment plus chers à réaliser. Je considère cependant qu’il faut savoir faire contre mauvaise fortune bon cœur, c’est-à-dire ne pas désespérer et chercher dans toutes les directions.

D’ailleurs, en procédant de cette manière je suis tombée sur un plan des bois communaux de Pointis-Inard au XVIIe : au-delà de son utilité pour le mémoire, il constitue la seule représentation concrète de « ma » seigneurie. Unique image d’un lieu et de ses habitants, j’imagine sur ce pont les allers et venues des seigneurs, des consuls, des petits propriétaires de Pointis-Inard, entendant presque leurs conversations. Dès lors, je dois admettre que les archives sont à la fois un matériau pour mon travail de recherche et un média pour m’imprégner d’un temps révolu … voire fantasmé ?

 

CC Giphy

* On peut même y voir une dame qui est là chaque jour de l’année où les A. D. sont ouvertes ; imaginez l’angoisse pour elle lorsqu’il y a des travaux et que la structure est fermée ! Toujours à la même place, faisant ses pauses toujours à la même heure, cette personne consulte toujours les mêmes archives : c’est probablement un cas extrême mais très instructif. On peut dire sans exagérer qu’elle fait partie de l’institution. Très concernée par ce qui s’y passe, elle conseille les personnes peu habituées aux A. D., voire même le personnel lorsqu’il s’agit d’installer une expo en salle de lecture (j’ai assisté à la scène!). Lieu de conservation, les Archives sont également un lieu de sociabilité …

Image à la Une : CC A.D. 65

–> cliquez par là pour feuilleter en ligne cette magnifique archive : Compoix d’Esparros

 


Nouvel Xénie

Titulaire d'une Licence d'histoire obtenue à l'Université de La Rochelle (17), je suis actuellement en Master 2 Histoire moderne et contemporaine à l'Université Jean Jaurès (31). Travaillant sous la direction de Valérie Sottocasa, j'étudie une seigneurie commingeoise au XVIIIe siècle en intégrant son devenir lors de la Révolution française.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search