« Nos mémoires sont de gigantesques prothèses qu’on appelle serveurs, archives, bibliothèques » (Michel Melot)

« Réflexions sur l’autorité », Arguments, INA, 07 sept 1971, Le jour de l’inspection

Dans le cadre de ce billet, il va me falloir respecter les consignes données … à la marge. La commande officielle s’articule manifestement autour de la fréquentation d’un dépôt d’archives mais décrire le contenu du sac, prendre une photographie regroupant l’ensemble du matériel, citer les dépôts, les inventaires utilisés en France et à l’étranger, indiquer la préparation de ma journée de travail (avec des mitaines dans une salle glaciale?)… s’avère impossible car je n’ai pas encore poussé la porte d’un tel lieu.

Admise directement en master 2, ma recherche est encore très jeune et le corpus est en cours de constitution. J’explore actuellement la salle des inventaires virtuelle des archives nationales ainsi que les archives numérisées de multiples journaux. Parallèlement, j’arpente les bibliothèques afin d’enrichir mon programme de lecture et rédige une fiche par titre.

INA Toulouse

L’Institut National de l’Audiovisuel… une bande magnétique au goût de madeleine …

L’écriture de ce billet et la nécessité de valoriser une recherche lors d’un mini-colloque m’ont amenée à frapper à la porte de l’Inathèque, immense bibliothèque nationale de l’audiovisuel. Depuis sa création en 1974, l’Ina a pour mission de conserver tous les programmes produits et diffusés par les chaînes publiques de radio et de télévision.
Cette mission a vraiment pris chair, à mes yeux, lorsque j’ai dû enjamber avec précaution une interminable bande magnétique rembobinée par un technicien. Une madeleine de Proust totalement inattendue … mais aussi la découverte d’un objet jadis banal devenu archive et donc « sacré ».
L’archive est « un fragment du passé […]. Elle apparaît, dans l’imaginaire, comme une concrétion du temps et un catalyseur de la mémoire : elle n’est pas la mémoire, ni le passé, mais ce qui leur sert de vecteur. La sacralité des archives n’est sans doute pas étrangère à la puissance de secret qu’on leur suppose. Elles contiennent du passé, de l’histoire (petite ou grande), quelque chose qui n’a pas été encore découvert, qui n’a pas été encore dit ».  » Les archives audiovisuelles (quant à elles) ne se contentent pas de rendre l’histoire visible : elles la façonnent et lui donnent une nouvelle visibilité. Leur prise en compte déborde donc largement le domaine de l’histoire culturelle : elles constituent un matériau précieux pour une histoire politique, sociale, symbolique des mondes contemporains  » (Sylvie Lindeperg, A qui appartiennent les images, p. 26).

Ne pouvant m’appuyer sur un mémoire de master 1, j’ai, à la demande de Madame Dulucq professeure d’histoire contemporaine à l’université Toulouse – Jean Jaurès, longuement cherché « un document retenant l’attention et susceptible de faire l’objet d’une présentation publique dans le cadre de mon sujet ». Disposant d’un cahier des charges précis, il m’a fallu de l’imagination et … de la chance pour finalement découvrir le support idoine. « Réflexions sur l’autorité » est un reportage réalisé en 1971 dans le cadre de l’émission télévisée Arguments, magazine de sociologie, produit et présenté par Jean-Émile Jeannesson (1932-2011), consacré à la famille, à l’éducation et au rôle de la télévision dans la société, en France et à l’étranger.
Jean-Émile Jeannesson souligne que « le thème abordé est difficile et moderne… La situation choisie est originale ». Le reportage se penche sur l’exemple d’une famille composée d’un père, inspecteur d’école primaire, d’une mère, inspectrice d’école maternelle, et de leurs trois enfants : Annie 31 ans, Pierre 22 ans et Pascale 14 ans. Le couple dont le métier consiste à exercer une autorité, est confronté aux critiques de leurs enfants qui commentent l’éducation qu’ils ont reçue. Les parents définissent leur conception de l’autorité au sein de la famille, et en tant qu’inspecteur de l’éducation nationale. Le montage alterne les interviews de chacun des membres de la famille et des professeurs inspectés.
Il est possible de télécharger la vidéo pour une somme modique (1,99 euros) mais une consultation dans un centre régional s’impose afin d’obtenir des informations sur le support étudié (grille des programmes, logiques de programmation, horaire de diffusion, public ciblé, carnet de bord, commentaire du présentateur, magazine télé…). En outre, la consultation dans les centres de l’Ina permet de profiter de l'accompagnement d’une équipe, d'outils d'aide à l'analyse et d'un environnement de travail numérique personnel.

La prise d’un rendez-vous ouvre l’opportunité de bénéficier d’une écoute et d’un soutien logistique de grande qualité. Il est possible d’interroger des bases de données documentaires qui recensent l’ensemble des fonds disponibles et de constituer un corpus personnalisé.

Quis, quid, ubi, quibus auxiliis, cur, quomodo, quando ?

La recherche menée trouve rapidement des limites notamment pour les émissions antérieures à 1985. Il faut renoncer à connaître la mesure d’audience, les motivations du choix de programmation et/ou les cahiers des charges des reportages et la réception par le public. Les documents permettant d’appréhender le contexte de production des émissions semblent peu abondants. J’ai cependant pu obtenir la présentation de l’émission étudiée dans le magazine TV de l’époque ainsi qu’un courrier de demande d’autorisation de tournage rédigé par le chef d’atelier (une femme) et adressé au recteur de l’académie.
La numérisation, en cours, de certains fonds va cependant modifier rapidement la situation. En effet, l’INA dispose d’une documentation portant sur la production des émissions, la communication autour d’elles et l’influence de la télévision en général sur la société française. Seule une petite partie de ces fonds est, pour l’instant, consultable en région (après 1995 pour l’essentiel). Une proportion importante des documents écrits devrait être disponible à la fin de l’année 2018.

Ceci dit, la quête du chercheur ne s’arrête pas aux portes de l’INA. D’autres institutions détiennent de précieux écrits : les manuscrits d’émissions dramatiques radiophoniques et télévisuelles au département des Arts et du Spectacle de la Bibliothèque Nationale, les archives écrites de Radio France ou les archives de l’ORTF déposées aux Archives Nationales (Centre des Archives Contemporaines). Celles-ci comportent notamment les procès-verbaux des comités de programme particulièrement utiles pour étudier les politiques de programmation.

Enfin, ce type d’archives nécessite une boîte à outils bien ajustée car « la tentation est grande de convertir continuellement ces ensembles de formes, de musiques, de scintillements lumineux … en expressions linguistiques, de continuer à traiter les sources audiovisuelles comme des textes écrits, sans prendre en compte leur spécificité ». J’ai utilisé avec profit les articles et ouvrages suivants : Comment travailler sur les archives de la télévision en France ? (Myriam Tsikounas), L’analyse des médias au prisme du genre : formation d’une épistémè (Laetitia Biscarrat), Penser les médiacultures. Nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde (Éric Maigret et Éric Macé, A. Colin, 2005).

« L’histoire se fait avec des documents écrits, sans doute. Quand il y en a. Mais elle peut se faire, elle doit se faire, sans documents écrits s’il n’en existe point. Avec tout ce que l’ingéniosité de l’historien peut lui permettre d’utiliser pour fabriquer son miel, à défaut des fleurs usuelles » (Lucien Febvre, 1953). L’archive audiovisuelle parce qu’elle permet « à l’esprit d’être simultanément complice et étranger au temps et à ces femmes et hommes en train de se dire » (Arlette Farge) donne aussi le goût de l’archive. Et cela me va comme un gant car « je suis pour l’augmentation du goût de la vie » (Jacques Dutronc).

Gifgratis.net

Crédits image à la Une : « Réflexions sur l’autorité », Arguments, INA, 07 sept 1971, L’inspecteur entre dans la classe.


Catherine MULERO

En reprise d'études dans le cadre du Master d'histoire moderne et contemporaine. Mon projet de recherche, sous la direction de Sylvie Chaperon, porte sur l'autorité et le genre à l'école depuis 1970.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *