Le marathon des sources

Première visite de Foix, pause café aux Halles, Mathilde Bélaval Tous droits réservés

Quand on étudie un sujet dont l’espace géographique s’étend sur toute une région, le travail dans les dépôts d’archives nécessite une certaine organisation. Mais ça peut aussi être l’occasion de découvrir certains coins de notre région que nous ne connaissons pas.

Il y a aussi la difficulté de trouver des sources concernant les femmes, affronter ce que Michelle Perrot appelle aussi le « silence profond des archives » concernant ce sujet. L’étendue de l’espace géographique permet de combler certaines lacunes. En effet, suivant les départements, toutes les sources conservées ne sont pas les mêmes. De plus, suivant les activités économiques du territoire, nous avons plus ou moins d’informations sur le travail des femmes migrantes.

Pérégriner

Avant de partir à l’aventure, qui dure souvent une journée, il faut préparer son petit périple ! Pour les villes que je ne connais pas bien, comme Foix ou Auch, j’ai passé un certain temps sur GoogleMaps la veille pour me repérer : les point clés sont la gare, le site des archives départementales et un lieu où boire un café (indispensable pour savoir que je passerai une bonne journée !). Il faut aussi que je repère le train qui ne me fera pas arriver trop tard sur le site. Généralement, il part assez tôt, et il faut que je trouve la motivation pour sortir de mon lit. Vous devinez qu’il m’est donc arrivé de courir pour avoir mon train !

Quelques objets indispensables, Mathilde Bélaval, tous droits réservés

Pour bien réussir sa journée dans le dépôt d’archives, il faut aussi avoir prévu tout le matériel nécessaire : un seul objet vous manque, et tout est terminé ! Sur l’image ci-contre, de gauche à droite, voici donc les principaux objets que je dois avoir dans mon sac. En bas à gauche, ce sont les supports pour écrire. Suivant les dépôts d’archives, les cahiers ne sont pas tolérés, j’essaie donc, quand j’y pense, de prévoir des feuilles volantes. Au dessus, ce sont le crayon, la gomme et le taille crayon qui sont indispensables étant donné que les stylos ne sont pas autorisés en salle de lecture. Mais s’ils sont oubliés, il n’est pas rare que les centre d’archives en mettent à disposition. A coté, c’est l’appareil photo qui doit avoir chargé toute la nuit. Tout comme l’ordinateur par ailleurs car j’en ai besoin pour y déposer les photos rangées par dossiers au fur et à mesure.

Ensuite, de nombreuses cartes sont nécessaires. Quand c’est la première fois que je vais dans un dépôt, je pense à ma carte d’identité mais aussi à avoir une photo d’identité sur moi au cas où. Sinon, je pense simplement à la carte de lecteur, plus ou moins jolie suivant les départements (j’aime beaucoup celle de l’Ariège avec la pub pour le camembert de l’Ours). La carte pastel est indispensable pour ne pas me ruiner grâce à mon abonnement ! Et puis j’essaie de prévoir, quand je suis motivée, ma petite popotte pour éviter d’avoir à chercher une sandwicherie. Normalement, avec tout ça, je me sens prête à passer une bonne journée sans contre-temps. Le comble de la journée réussie c’est d’avoir en plus prévu mes lunettes de soleil quand il fait beau !

L’efficacité à tout prix

Ce que j’aimerais faire à la fin d’une journée en dépôt…

La majorité des dépôts d’archives où je me suis rendue sont les archives départementales : Tarn, Tarn-et-Garonne, Haute-Garonne, Gers, Ariège et Pyrénées-Atlantiques pour l’instant. Mais je me suis aussi rendue dernièrement aux Archives Nationales et à celles de la préfecture de police de Paris. Concernant les archives départementales, j’ai un peu appris par l’expérience et j’ai rarement commandé des documents à l’avance. J’ai très vite compris que les principales informations que je trouverai sont dans les dossiers de la préfecture (série M) : Sûreté Nationale avec parfois les dossiers de remise de carte d’identité, dossiers de surveillance (avec des histoires parfois croustillantes ou parfois révoltantes !).

J’ai pris une certaine routine à commander en priorité ce type de dossier, mais elle a aussi pu me desservir dans les Pyrénées-Atlantiques ou dans le Tarn. En effet, quand j’ai fini par écouter d’une oreille plus attentive les conseils des archivistes, je me suis aperçue qu’il pouvait aussi y avoir des informations très intéressantes dans la sous-série de la préfecture d’Oloron-Sainte-Marie ou d’Orthez (série Z) et dans le Tarn, les sources orales conseillées par l’archiviste également m’ont énormément aidées. Cette routine, je l’avais prise parce que n’étant pas forcément de la région, il fallait que j’ai très vite des repères pour pouvoir accumuler le plus de sources possibles en une journée. Par exemple, la première chose qui me paraît indispensable pour être efficace est de connaître en priorité le fonctionnement des levées qui varient suivant les centres. Mais il vaut mieux écouter les archivistes pour éviter de passer une journée sur un mauvais fond ! Pour trouver des informations sur les femmes, il faut aussi parfois sortir des sources propres à mon sujet qui est l’immigration. Il m’est arrivé de consulter des sources sur la natalité ou l’aide aux familles nombreuses qui ne concernent pas seulement les migrants. Ici, c’est souvent chercher une aiguille dans une botte de foin, mais ça peut porter ses fruits !

Ce que je voudrais trouver et ce que je trouve…

Résultat de recherche d'images pour "archives commons"

Les méandres des archives, commons

J’essaie de recoller quelques morceaux de ces histoires que je cherche à retracer. Le dossiers de surveillance permettent parfois de saisir des faits, voire un début de personnalité. Dans les dossiers de demande carte d’identité, on arrive parfois à retracer le parcours géographique de certaines femmes. Les sources exploitées permettent avant tout de saisir ces personnes dans un groupe, mais il est possible de voir se dessiner quelques individualités lorsqu’il y a eu une enquête souvent suite à un délit. Avec les sources que j’ai à disposition, je peux aussi me questionner sur les politiques assimilationnistes, natalistes. En effet, vu que les documents sont produits par un service administratif, j’aurai de nombreuses informations sur l’implication des différents acteurs comme l’Etat, le patronat, les associations…

Le manque de sources fait partie intégrante du travail et ne doit pas être pris d’un manière négative. Je m’attache à faire avec ce que j’ai, et comme je le disais plus haut, l’entendue de mon espace géographique de travail me permet de croiser les sources pour combler les lacunes. Mais je dois avouer que j’ai quand même eu quelques moments de déception. J’ai trouvé une source précieuse pour mon sujet qui tient sur trois pages et qui décrit le passage clandestin de la frontière par deux femmes qui voulaient s’employer comme domestique. Elles étaient aidées par une mystérieuse « Solita », domiciliée à Paris et de ce fait, passible d’expulsion. Lors de ma semaine dans cette ville, je suis allée aux AN (pas seulement pour ça heureusement), aux archives de la préfecture de Police de Paris et aux départementales pour avoir plus d’information sur la mystérieuse passeuse, mais je n’ai absolument rien trouvé ! Je m’y étais préparée, mais certains choix de conservation des archives peuvent aussi être critiquables. Aux archives de la préfecture de Police de Paris, même s’ils ont gardé tous les dossiers de surveillance, concernant les dossiers nominatifs, ils ont choisi de ne conserver que ceux qui concernent les célébrités… Malheureusement, la « Solita » n’était pas une star !

 

Image à la une : Départ du marathon aux JO d’Anvers (1920), Wikimedia commons


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search