Les archives 2.0

Ma journée typique aux archives se passe à la maison. J’ai la chance de pouvoir accéder depuis mon domicile à mes sources grâce à la numérisation !

Mon cher ordinateur, technologie actuelle indispensable, me permet de voyager dans le passé. Si le transfert entre mon espace personnel et mes archives est rapide, il n’en nécessite pas moins une certaine organisation.

Investigation et moteur de recherche

Préparer mon travail pour les archives consiste principalement à m’auto-discipliner et ne pas me laisser distraire par tant d’autres occupations que nous offrent aujourd’hui les ordinateurs… Il peut donc m’arriver de m’isoler à la bibliothèque pour être sûre de me focaliser sur mon travail. Toutefois, la numérisation est un réel avantage et un gain de temps considérable. Mes sources se trouvent principalement sur Gallica, Archive.org et Medic@ (La bibliothèque inter-universitaire de Paris en ligne).

Avec mon ordinateur, ainsi qu’un carnet toujours à côté pour noter des idées précises ou générales, je liste les documents sur un brouillon OpenOffice. Ensuite je les classe proprement dans mon corpus documentaire, déjà organisé depuis l’année dernière en plusieurs parties et sous parties.

Matériel utilisé pour les archives. Tous droits réservés.

Le brouillon me permet de prendre des notes pour chaque source. Jusqu’au moment de rédiger le mémoire, ce brouillon se révèle utile. J’utilise également la barre latérale de mon moteur de recherche pour enregistrer dans mes favoris ou ma liste de lectures mes documents et y accéder très facilement.

Favoris et liste de lecture dans la barre latérale. Tous droits réservés.

Au XIXe siècle, les mutilations sexuelles féminines en Afrique font rarement l’objet d’un ouvrage consacré, il s’agit en grande majorité d’articles ou de chapitres qui mentionnent ces pratiques. Grâce à la numérisation, qui permet la recherche par mots clés, j’ai pu m’épargner le travail fastidieux qui consiste à feuilleter des ouvrages ou revues sans avoir la garantie de trouver quelque chose.

Recherche par mots clés sur Gallica. Tous droits réservés.

Du sésame numérique à l’enquête de terrain

Dès le début de mes recherches je craignais le manque de sources et j’étais loin d’imaginer pouvoir constituer la quasi-totalité de mon corpus avec des documents numérisés. Finalement, je ne peux pas rêver mieux que mes archives. L’accessibilité rapide et facile contribue au plaisir de la recherche. L’inconvénient c’est la difficulté d’arrêter de chercher pour se mettre à l’analyse.

Je me suis donc focalisée sur ces sources, encore très peu étudiées. Elles sont aussi essentielles pour répondre à ma problématique sur les représentations puisqu’il s’agit de revues ou ouvrages tenus par des anthropologues ou des médecins de cabinets français. De plus la bibliographie autour des mutilations sexuelles féminines s’intéresse davantage à la question des représentations et m’a donc orientée dans ce sens, par exemple grâce à la thèse et aux articles de Delphine Pereitti.

Seulement quelques travaux en langue anglaise utilisent les sources de l’administration coloniale pour traiter des M.S.F. Le travail de l’historienne Thomas Lynn sur le Kenya colonial est un exemple.

Il s’agit d’une piste intéressante à explorer pour compléter mon sujet mais ces documents sont beaucoup moins facilement accessibles. Récemment j’ai tenté de joindre l’Institut de Médecine Tropicale du Service de Santé des Armées à Marseille qui détient des archives gynécologiques et des éléments sur l’excision d’après les travaux de Delphine Pereitti. Grosse déconvenue, ces archives ont été déplacées en Ile-de-France en 2013 et mes tentatives pour les retrouver sont pour le moment restées vaines.

Image à la Une : La consultation des documents en ligne. Tous droits réservés.


Jeanne Garcia

Etudiante en deuxième année de Master en histoire contemporaine à l'université Jean Jaurès-Toulouse II. Mon travail, mené sous la direction de Sophie Dulucq, professeure d'histoire contemporaine et spécialiste de l'Afrique Subsaharienne à l'époque coloniale, porte sur les mutilations sexuelles féminines en Afrique du XIXe siècles jusqu'aux indépendances.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.