Et si on regardait le 20h ?

Il est 14h et il faut se rendre aux archives pour le master. Mais après un petit café bien chaud, le chauffage à 9 dans tout l’appart, il est difficile de se motiver à sortir de chez soi en plein mois de novembre. Et pourtant, la cinémathèque n’est pas loin de chez moi… Qu’est-ce que ça aurait été si j’avais dû aller aux AD  ? Retour sur le dépouillement des journaux de 20h à la Cinémathèque

L’année dernière, je me suis concentrée uniquement sur le dépouillement des journaux de 20h de France 2 et TF1 disponibles à la cinémathèque sur le poste de l’INA. Je compte cette année réaliser des entretiens de professionnels et dépouiller quelques journaux pour comparer les différences de traitement de l’information. Cependant, comme je n’ai pas encore réalisé d’entretien et que   ma méthode pour le dépouillement de la presse écrite n’est pas encore au point, je ne parlerai ici que de mes sources audiovisuelles.

 

Premiers pas sur l’inathèque

L’année dernière, j’ai dépouillé tous les journaux de 20h00 diffusés entre mi-juillets et fin octobre 1995. Je devais donc me rendre sur la plateforme de l’INA ( inathèque) pour accéder à ses fonds. J’avais dans un premier temps consulté le site de l’INA pour voir si je pouvais trouver une liste des documents disponibles. Mais ma recherche n’a pas été très concluante. Je n’ai trouvé aucune référence complète et seulement quelques fragments de JT portant sur mon sujet.

Finalement, c’est lors de mon premier rendez-vous en juin à la cinémathèque de Toulouse que j’ai pu voir le type de sources disponibles. La cinémathèque de Toulouse propose en effet un poste consacré à la plateforme de l’inathèque. La documentaliste Magali Paul a été d’une très grande aide ce jour-là. Elle m’a expliqué comment réaliser ma recherche sur l’inathèque et m’a envoyé le jour même, la liste des fonds de l’INA avec ceux disponibles à la cinémathèque. La cinémathèque de Toulouse ne propose en effet que la consultation autonome de la l’inathèque.

Cette version ne donne pas accès à tous les documents de l’INA. Pour avoir accès aux autres fonds, il faut se rendre sur la consultation experte de l’inathèque proposée par les centres régionaux de l’INA. Néanmoins, la consultation autonome me proposait suffisamment de documents pour traiter mon sujet. Je me suis donc rendue seulement une fois à l’INA Midi-Pyrénées pour consulter les numéros de Télérama publiés sur la période que j’étudie.

L’année dernière, lorsque j’ai commencé le dépouillement des journaux de 20h00 j’ai essayé de me rendre entre deux et trois fois par semaine à la cinémathèque. Je m’étais en effet vite rendue-compte de la grande quantité de sources et du temps que me prendrait le dépouillement d’un seul JT. Il était donc essentiel pour mon sujet que je prenne beaucoup de temps pour les sources. La bibliothèque de la cinémathèque n’ouvrait que les après-midi. Je choisissais donc d’y aller les après-midi du mardi, jeudi et samedi.

Je prenais rendez-vous soit par mail ou directement auprès de la documentaliste après une séance à la cinémathèque. Les documentalistes Joëlle Cammas et Magali Paul ont été particulièrement adorables avec moi l’année dernière. Elles m’ont permis de me rendre à la cinémathèque en janvier-février 2017 alors que la bibliothèque était fermée pour cause de travaux.

Lorsque je me rendais à la cinémathèque, j’emportais avec moi ma tablette, un stylo, et mon carnet de bord. Mon carnet de bord me servait à inscrire ce qui me paraissait particulièrement important, ou un élément que j’avais peur d’oublier, mais qui pouvait me servir plus tard pour ma réflexion et l’élaboration de mon plan

 

 Quand les sources parlent d’elles-mêmes

Je souhaitais au début de mes recherches étudier plusieurs chaînes et plusieurs programmes, mais la quantité de sources m’a poussé à limiter mon sujet autour du journal de 20h00 de France 2 et TF1. J’ai choisi de me concentrer uniquement sur France 2 et TF1, car ce sont les deux chaînes les plus regardées par les Français. J’ai également choisi ces deux chaînes, car a priori elles ont un fonctionnement différent puisque l’une est privée et l’autre publique. Je voulais voir si cela avait pour conséquence des différences au niveau du traitement télévisuel. J’ai également choisi de me concentrer sur le JT de 20h00, car c’est le journal d’information le plus regardé par les Français.

Après avoir bien délimité le type de document sur lequel j’allais travailler, je devais définir la question de la temporalité. Étant donné que je   travaille sur plusieurs attentats, je me suis demandé si je devais uniquement m’intéresser au traitement des attentats en tant que tels ou voir s’il y avait d’autres reportages diffusés entre ces attentats qui ont un lien avec eux. Assez rapidement, j’ai décidé de m’intéresser à l’ensemble des journaux diffusés sur l’ensemble de la période, car on peut trouver souvent le lendemain ou les jours qui suivent un attentat des reportages sur le déroulement de l’enquête. Finalement, on parle souvent d’une «  vague d’attentat  » pour parler de ces attaques terroristes. Le terme “vague” ne renvoie pas forcément à un temps long, mais à l’idée d’un processus qui s’inscrit dans le temps.

Le fait de m’intéresser à l’ensemble des journaux de France 2 et de TF1 sur ma période m’a permis de voir si les chaînes diffusaient des reportages sur la guerre civile algérienne en lien avec les attentats. Finalement, très peu de reportages sont diffusés sur l’Algérie, mais par contre on trouve beaucoup de reportages qui stigmatisent les banlieues comme le foyer de l’islamisme. Si je m’étais strictement focalisée sur les reportages qui rendent comptent d’un attentat, je serais passée à côté de cet aspect. Je me suis donc rendue copte que les sources viennent finalement définir le sujet. Il est important d’avoir quelques idées de questions ou de réflexions avant de les dépouiller, mais c’est quand même elles qui viennent précisément définir le sujet.

 

Des Silences qui en disent longs

Après plusieurs essais, j’ai trouvé toute seule ma méthode pour dépouiller les sources. Je cherchais une prise de notes à la fois simple et efficace,   qui me permettent de trouver facilement les documents au moment de la rédaction. J’ai donc décidé de réaliser un dossier par chaîne et un fichier word par journal. Dans chaque fichier word je fais deux tableaux par document: un qui correspond à la fiche d’identité du document ( identifiant, collection, chaîne, date, titre sur l’ina, et ce que j’y trouve réellement) et un autre pour l’analyse en tant que telle. J’y indique le time code, le type de programme, le générique, et le sujet.

A coté de ces tableaux, j’ai   décidé d’analyser les reportages particulièrement intéressant image par images. Finalement, je me suis rendue copte vers le mois de novembre qu’une sociologue travaillant sur les images avait procédé de la même manière. Cette méthode me permettait de comprendre quels éléments étaient mis en avant et ceux au contraire qui était seulement suggérés.

Je n’ai pas rencontré le problème de manque de sources. Au contraire même, puisque je me suis retrouvée face à une grande quantité de JT à dépouiller. J’ai même souvent eu peur de ne pas avoir suffisamment de   temps pour tout analyser. Cependant, je m’attendais à trouver plus de reportages sur la guerre civile algérienne durant la période que j’étudie puisque les attentats de 1995 sont orchestrés par le GIA et se réfèrent donc à la décennie noire algérienne. Mais ce silence est porteur de sens. Ce manque est finalement révélateur du traitement de ce conflit et vient conforter l’idée que la guerre civile algérienne est une guerre invisible.

 


Alexandra Nou

EtudiantE à l’Université Toulouse-II, inscrit en master 1 Histoire et Civilisations Moderne et Contemporaine, sous la direction de Mme Natacha Laurent, mes recherches portent sur la représentation des attentats de 1995 à la télévision. Avant mes études d'histoire, j'ai réalisé un BTS Audiovisuel, option montage-postproduction au lycée René Cassin à Bayonne-Biarritz.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.