Les Archives ? Emotions en cascade garanties !

De longues heures dans la salle de lecture de Pierrefitte

Pour un historien, aller aux Archives, c’est comme dans un thriller : vivre le suspense de la découverte du document inédit qui va faire avancer l’enquête. Même si on ne gagne pas à tous les coups, on trouve toujours quelque chose dont on ne soupçonnait pas l’existence qui change notre regard sur le passé et provoque l’émotion.

Entre la matérialité du lieu et les informations qu’apportent les documents, on ressort toujours gagnant en émotion d’une consultation aux Archives car comme l’affirment Yvon Lemay et Anne Klein dans Archives et émotions, « les documents d’archives ont la capacité non seulement de prouver, de témoigner et d’informer mais aussi celle d’émouvoir ».

Aller aux Archives, c’est quelque fois aller dans des lieux exceptionnels comme à Paris au Caran dans l’hôtel Soubise en plein cœur du Marais ou à Pierrefitte, dans le nouveau bâtiment inauguré en 2013, entouré de bassins d’eau jouant avec les reflets changeants de la lumière à travers les immenses verrières. C’est aussi aller dans les splendides bibliothèques patrimoniales, comme la BnF François Mitterrand avec ses vertigineuses tours de verre, son rez-de-jardin carré planté d’essences végétales sélectionnées bordé de quatre longs couloirs recouverts de moquette rouge épaisse ou le site « Richelieu », récemment rénové avec sa célèbre salle Labrouste, véritable écrin de bois, cuivre et verre pour livres précieux.

J’ai eu le privilège, car je le ressentais ainsi lorsque je m’y trouvais, de passer des heures dans ces lieux majestueux, denses d’histoire, représentant l’importance que donne la République aux archives et aux livres. Aussi, lorsque j’ai débuté mes recherches, l’ambiance intimidante créée par les dimensions monumentales et les décors muséaux de ces grands établissements, m’ont fait accepter docilement toutes les règles à suivre : dépôt des affaires au vestiaire, crayon, consultation d’un seul carton à la fois, silence, demande écrite de photographier, pliage des affaires à l’heure ponctuelle de la fermeture, toujours trop tôt pour moi…

Mais j’ai vite réalisé que la beauté du lieu ne fait pas tout. Et que, quel que soit le centre d’archives, parisien prestigieux, provincial plus simple ou numérique, ce sont la matérialité, la nature ou l’intérêt historique des documents que l’on dépouille qui réservent les plus belles surprises. Car comme le précisent les auteurs cités plus haut « Les archives ont les propriétés d’émouvoir par leur part d’authenticité, leur dimension matérielle et les traces du passage du temps. »

Réalisant ma recherche en histoire de l’édition au XIXe siècle, je cherchais à retrouver les traces de l’éditeur, journaliste et auteur que fut Jean Baptiste Charles Paya à Toulouse et Paris (1807-1865).  Au vu de son parcours, les archives à consulter se trouvaient principalement :

  • à la BnF (Paris) et dans la Bibliothèque d’Études et du Patrimoine de Toulouse, pour les livres qu’il a publiés soit comme éditeur, soit en tant qu’auteur,
  • à Pierrefitte (Seine-Saint-Denis) pour ses dossiers de breveté et de déclaration de propriété de sociétés de journaux politiques,
  • et dans diverses Archives départementales pour ses dossiers concernant l’état civil et les fonds notariaux de sa famille (Gers), ses activités d’imprimeur et de gérant du journal l’Émancipation (Haute-Garonne), ses procès (Paris et Haute-Garonne) et les centres de détention dans lesquels il a séjourné (Somme, Morbihan).Car l’écrit imprimé et ses producteurs furent, ne l’oublions pas, constamment mis sous étroite surveillance policière par tous les gouvernements qui se sont succédés depuis le début de l’imprimerie jusqu’à la loi du 29 juillet 1881 consacrant définitivement la liberté d’expression et de la presse.

Émotion devant les documents qui témoignent des parcours de vie des imprimeurs et libraires de Toulouse au XIXe siècle

Après la Révolution et l’abolition des corporations, le premier instrument de contrôle de l’écrit imprimé et de ses producteurs fut créé par Napoléon 1er par son décret du 5 février 1810. Il instaure l’obligation pour un imprimeur ou un libraire qui veut exploiter, d’obtenir un brevet. Le dossier de demande de brevet devait comprendre en premier lieu une lettre de l’impétrant formulant au Ministre de l’Intérieur son projet de créer ou reprendre une imprimerie ou une librairie avec le lieu de résidence. La lettre devait être accompagnée de documents relatifs à son état civil, un certificat de domicile, une attestation de capacité signée par quatre professionnels libraires ou imprimeurs brevetés et un certificat « de bonne vie et mœurs » signé par le maire après enquête par un agent de police, ce qui voulait dire après enquête sur les orientations politiques et religieuses, la fortune et le passé judiciaire du demandeur. C’est dire la richesse d’informations que comporte chacun des dossiers de demande de brevet !

Dossier de Brevet de J.-B. Paya, Archives Nationales F/18-1924 @isabelle.privat

C’est pourquoi, je me suis intéressée en même temps que le dossier de J.-B. Paya, aux 273 autres dossiers de demandes de brevet de libraires et imprimeurs de Toulouse et de la Haute-Garonne entre 1811 et 1870, année de suppression des brevets, ainsi que des 67 dossiers de rejets. Leur lecture a été pour moi une plongée bouleversante dans les heurs et malheurs des demandeurs toulousains de brevet imprimeur et/ou libraire qui ont tenu boutique au XIXe siècle, majoritairement autour de la place Royale (place du Capitole), la rue Saint Rome et la rue de la Pomme.

Attirée par la curiosité et poussée par le besoin de comprendre comment se passait à Toulouse et dans la Haute-Garonne la surveillance de l’écrit au XIXe siècle, j’ai entrepris la consultation complète des 274 dossiers.  J’ai donc lu chaque dossier nominatif ce qui comprend le déchiffrage de chaque lettre ou rapport – quelque fois laborieusement en raison des styles d’écriture mais aussi émouvant par la matérialité du papier et les formulations de l’époque – puis la mise en ordre chronologique des documents et à la fin, l’interprétation de l’histoire de la demande de brevet en la replaçant dans son contexte.

C’est ainsi que j’ai découvert plusieurs cas pathétiques : par exemple les cas où l’administration avait envoyé d’office à des maîtres-imprimeurs de l’Ancien régime toujours en activité en 1811, des nouveaux brevets « de tolérance» c’est-à-dire non transmissibles à leurs héritiers.  Indignés, réclamant un brevet « héréditaire » comme leurs collègues, quelques imprimeurs ne s’en relèveront pas et mourront peu après le refus ou l’attente trop longue de réponse de l’administration. Il y avait aussi les demandes de veuves, pas toujours accordées facilement, pour que leur soit transmis à leur nom, le brevet de leur mari défunt, afin de poursuivre l’entreprise d’imprimerie et/ou de la librairie (à condition de ne pas se remarier). J’ai aussi pu voir des demandes de grâce après des condamnations à des peines de prison ou d’amende, d’ailleurs souvent accordées, des cas de dénonciation de concurrence déloyale et quelques cas de refus de brevet par simple erreur de l’administration…Saisie par l’intérêt historique et la richesse d’informations de ces archives, j’en ai dressé une base de données.

Émotion devant la matérialité des documents témoins des traces du temps qui passe

Brevet d’imprimeur de J.-B. Paya obtenu le 11-10-1834
Archives Nationales F/18-1923 – @isabelle.privat

Á ces découvertes, s’est ajouté le coup de cœur de pouvoir palper les précieux brevets en parchemin, encadrés de filets d’arabesques, signés par le Ministre de l’Intérieur du moment, accordés à l’imprimeur ou au libraire, après qu’il ait accompli outre toutes les formalités décrites plus haut, celle de payer une taxe et de prêter serment de fidélité au roi ou à l’empereur selon l’époque, au tribunal d’Instance. On trouve ces magnifiques brevets de parchemin dans le dossier de l’imprimeur ou du libraire successeur de celui qui a arrêté d’exploiter. Ainsi, le brevet d’imprimeur de Jean Baptiste Paya se trouve dans le dossier d’Auguste de Labouïsse-Rochefort à qui il a cédé son imprimerie.

De couleur crème, la surface jaunie et patinée par le temps, ces parchemins brillent de la sueur de leurs titulaires qui devaient le conserver toute leur vie. Leur aspect légèrement froissé laisse imaginer les conditions matérielles dans lesquels ils étaient entreposés pendant une vie, à leur domicile ou dans l’atelier. Ils représentaient toute leur fortune car ils ne pouvaient revendre ou transmettre à leurs héritiers leur commerce qu’avec ce précieux brevet. Malheur à celui qui l’avait perdu ou dont les circonstances l’avaient détruit !

L’ivresse de découvrir des documents inconnus !

J’ai en effet connu plusieurs fois l’ivresse de la découverte de documents essentiels. C’est un moment de grande émotion quand tout à coup, les informations apportées par l’archive obligent à revoir les hypothèses que l’on avait formées et auxquelles on avait fini par croire avec le temps. Il y a peu, j’ai extrait dans un centre d’archives un manuscrit de la main de Jean Baptiste Paya qui prouve la date et les conditions de sa sortie de la prison des Madelonnettes en 1859, informations jusque là non établies formellement qui donnaient lieu à diverses légendes par des historiens non rigoureux. J’avoue avoir eu un choc parce qu’elles correspondaient bien à ce je connaissais de sa personnalité et des évènements de sa vie, mais aussi parce qu’elles confirmaient les hypothèses que je m’étais formulées par déduction.

Mais ma plus grande surprise fut la découverte par un bulletin de la Semaine religieuse du Diocèse de Lyon aujourd’hui numérisé, que son fils Arnaud, Auguste était devenu l’Abbé Paya (1837-1900) après sa mort et finit sa vie directeur du séminaire universitaire de Lyon après avoir été directeur du grand séminaire Saint-Irénée et précédemment vicaire à la paroisse de Saint-Sulpice de Paris pendant vingt-cinq ans et fervent croyant de l’Immaculée conception ! Lui le fils de l’ancien Prisonnier du pape, critique du gouvernement des prêtres à Rome qui finit sa vie en publiant Les cachots du pape !

Je peux donc témoigner que les Archives apportent comme dans un thriller surprises et rebondissements !

Lorsque la grille se referme, on n’a qu’une envie, c’est d’y revenir…
@isabelle.privat

Crédit photo mise en avant : ©isabelle.privat


Isabelle Privat

Après avoir suivi les séminaires de Jean Yves Mollier en Histoire de l’Édition à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines entre 2011 et 2014, puis validé le niveau licence d’Histoire à Toulouse Jean Jaurès, Isabelle Privat a entrepris en 2016-2017 un Master 1 en Sauvegarde et Valorisation du Patrimoine écrit au Centre Universitaire de Troyes, Université de Reims, Champagne Ardenne et poursuit en 2017-2018, un Master 2 à Jean Jaurès en Histoire, civilisations, patrimoine, avec M. Jacques Cantier. Son sujet de recherche est la vie et l’œuvre de « Jean Baptiste Charles Paya (1807-1865), éditeur et journaliste à Toulouse et Paris, éveilleur de conscience ».

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 20/12/2017

    […] d’historien en herbe sur les six thèmes suivants : « Parcours », « L’écriture », « Les archives », « Notre sujet en 15 tweets », « Le quotidien » et le dernier, ce présent blog, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.