Tous les chemins mènent… à Ella Maillart !

CC Giphy.com

Mon parcours est si classique qu’il ne vaut pas la peine d’être narré.  Certes, je pourrais dire que l’entrée en master 1 a été un véritable tournant dans mon cursus universitaire. Mais n’est-ce pas un changement pour tout le monde ? L’entrée en master 1, c’est la découverte de la recherche et la lente définition du sujet… Et pour ma part, tout cela s’est fait dans un beau mélange de hasard, de dépit et de passion !

Je parle de hasard car, effectivement, j’ai trouvé mon sujet au détour d’une lecture…

Une rencontre fortuite

Tout commence à Noël 2014 lorsque mon bien aimé m’offre l’autobiographie d’une voyageuse suisse : Croisières et caravanes par Ella Maillart publié en 1951. J’entame assez rapidement la lecture car le titre et la douce intention de mon ami me poussent à accepter cette invitation au voyage… Dès les premières lignes, je ne comprends rien. Ella Maillart évoque sa jeunesse sur des navires et le vocabulaire maritime, qui m’est alors inconnu, me rebute. (Bon, avec du recul, je ne vois pas ce qu’il y avait de si sorcier mais soit !)

Plusieurs mois après, reprenant cette lecture – cette fois-ci par dépit car il faut toujours terminer un livre, n’est-ce pas !? – je découvre, au chapitre 4, qu’Ella Maillart est partie dans les années 1930 en Russie soviétique… « Tiens, c’est marrant, moi qui voulais éventuellement travailler sur la Russie… Arf, et pour quoi faire ? Ça n’est même pas un vrai sujet ! » Et oui, naïve que j’étais, je pensais que faire de la recherche, c’était travailler sur de grands événements, sur de grands personnages avec des archives très mystérieuses et inconnues ! Surtout pas à partir de récits de voyages… quelle idée ! Heureusement, les échéances du début de l’année et ma directrice de recherche interviennent rapidement pour changer le cours de l’histoire…

Je propose alors dans une certaine urgence, et sans trop y croire d’étudier une courte période de la vie de cette fameuse voyageuse, celle qui correspond à ses deux voyages en URSS d’abord en 1930 puis en 1932. Et c’est ainsi que je me retrouve à me passionner pour la vie d’une femme qui au même âge que moi, partait en croisière avec ses copines sur la Méditerranée, avant d’aller vivre à Moscou, de parcourir le Caucase à l’âge de 27 ans puis de traverser l’Asie centrale soviétique, et le Turkestan chinois… De mon côté, je me rendais à Genève, sa ville natale pour consulter ce qu’on peut appeler pour un chercheur une aubaine, que dis-je, une mine d’ or : des archives parfaitement inventoriées ! Effectivement, cette découverte, promettant un dépouillement facilité, finit de me convaincre et j’opte pour ce sujet, qui a un avantage supplémentaire ; je peux travailler sur la Russie à partir de sources francophones et anglophones.

De la soutenance à la correspondance : les avancées de mon sujet [SPOILER ALERT]

J’ai décidé d’organiser mon mémoire comme un récit de voyage : avant le voyage, pendant le voyage et après le voyage. Ainsi, mon mémoire de master 1 avait pour objectif de situer Ella Maillart dans le contexte des voyages des intellectuels occidentaux en URSS (cf. les travaux de Rachel Mazuy et ceux de François Hourmant), de comprendre sa démarche et de saisir les raisons de son départ à l’aune de sa préparation au voyage. Il semblerait qu’Ella Maillart revendique généralement un détachement vis-à-vis de la question politique, question pourtant essentielle et bien souvent inévitable dans ce contexte historique. Ces bribes de réponses sur sa position ont amené d’autres pistes de réflexion plus larges lors de ma soutenance. Quel rapport Ella Maillart entretenait-elle au collectif et par-là aussi, à la lecture? Plus précisément, en dehors de sa préparation matérielle, quelle est la part de sa formation intellectuelle, voire politique avant son voyage en URSS ? Ella Maillart n’est pas André Gide, Ella Maillart n’est pas Jean-Paul Sartre ni Aragon.

C’est pourquoi la question de sa position est encore plus importante car il semblerait qu’Ella Maillart soit presque (je dis bien, presque!) une voyageuse lambda ou du moins un individu lambda parmi tous ces intellectuels voyageant en URSS. C’est l’impression que donne a priori son expérience et ses récits de voyage. C’est peut-être là une piste sur le type d’histoire que je souhaite réaliser (si tant est que je puisse revendiquer une quelconque manière de faire de l’histoire.). Un type d’histoire qui vient finalement contrebalancer la vision que j’avais au début de la recherche, un type d’histoire qui se rapprocherait un peu du travail d’Alain Corbin sur la vie de Louis-Ferdinand Pinagot  c’est-à-dire le récit de vie d’un individu lambda dans un contexte historique donné, ayant une expérience que d’autres ont eu aussi mais dont tout l’intérêt et toute la pertinence résident justement là : dans son apparente banalité. L’expérience du personnage devient alors une singularité éclairante pour l’historien. Je dois dire que ce type d’histoire m’a toujours plus touchée car il me semble que l’historien peut plus facilement insérer des caractéristiques du récit sans pour autant basculer tout à fait dans la fiction.

Avec tous ces éléments en tête, je suis retournée à la source: les archives … Par manque de temps, j’avais laissé de côté tout un pan du Fonds : la correspondance reçue par Ella Maillart. Avec les conclusions qu’avait apportées la soutenance, je pressentais que des réponses pouvaient se trouver dans ces lettres, notamment pour la question de son rapport au collectif, aussi bien avant, pendant, qu’après le voyage. La correspondance conservée est abondante mais je devais tout consulter pour ne rien manquer. Ce travail, parfois rébarbatif mais bien souvent croustillant (mea culpa), payait : je trouvai des correspondances échangées avant le voyage avec des intellectuels français, a priori de sympathie anarchiste. En tout cas, des personnes avec qui Ella Maillart a échangé très peu de temps avant de partir en URSS. Ainsi, même si son rapport au collectif ne semble pas s’être traduit de manière concrète par une adhésion politique quelconque par exemple, Ella Maillart part pour l’URSS en 1930 en ayant fréquenté des milieux qui se positionnent fortement vis-à-vis de l’URSS. La préparation au voyage prend alors un ton sensiblement différent…

CC Giphy.com

Tous ces éléments, découlant à la fois de la soutenance et du dépouillement récent, constituent les nouvelles avancées à prendre en considération pour la master 2. Il s’agit désormais de mêler l’expérience singulière d’Ella Maillart au collectif en dépassant la simple question du contexte général, à l’aune de ses relations amicales avec ces intellectuels. Toujours dans l’optique de revendiquer l’apport, l’intérêt de son expérience singulière dans ce contexte précis du voyage en URSS à cette époque.

Le planning à court et long terme

Bien sûr, n’oublions par la structure de base qui, je crois, sera conservée car elle a l’avantage d’être logique (et ternaire!): avant, pendant, après… L’ « Avant » devra être revue, corrigée à partir des nouveaux éléments très rapidement, avant la fin du mois d’octobre. Le « pendant », le cœur de l’expérience du voyage devrait idéalement être rédigé avant la fin du mois de janvier. La dernière partie serait alors rédigée avant le mois d’avril afin de terminer par une longue phase de relecture et de correction. Et pourquoi ne pas soutenir en mai ? Cela dépendra bien sûr de l’avancée de l’écriture…

Après la soutenance, que ce soit en mai ou en juin, mes recherches pourraient bien continuer… Cette fois-ci en Russie. Dans le cadre d’une licence LLCE en langue russe que j’ai commencé l’an dernier, je devrais, après le master, m’envoler pour la Russie afin de terminer ma licence. Si a priori, mes études d’histoire seraient alors mises entre parenthèses, il se pourrait bien que des sources, conservées je-ne-sais-trop-où à Moscou, m’informent de manière plus précise sur le séjour d’Ella Maillart en Union soviétique… En tout cas, cette année en Russie me permettra surtout d’apprendre véritablement cette langue qui, je l’espère, sera celle des sources d’une éventuelle thèse… Affaire à suivre !

Image à la Une: CC Wikimedia Commons Nvpswitzerland


Adeline Chaverot

Etudiante en Master 2 en Histoire contemporaine à l'Université Jean Jaurès (Toulouse), je m'intéresse à Ella Maillart, voyageuse suisse du XXème siècle, et tout particulièrement à ses voyages en Union Soviétique. Je travaille avec Natacha Laurent. En parallèle, j'étudie le russe dans le cadre d'une licence en littérature et civilisation étrangère.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.