Une journée aux archives, mode d’emploi.

L’équipement nécessaire pour réussir la quête des archives, CC OLTRA Antoine

Les archives, c’est l’étape pas très drôle et pas toujours hyper intéressante du mémoire. Pourtant elle est essentielle et on doit tous passer par là. Entre préparation et désillusions, voici ce que j’ai à dire sur le sujet.

 

Mais comment prépare-tu ta journée aux archives !?

 

Une journée aux archives, ce n’est pas compliqué à préparer. Comme tous mes petits camarades je pense, je me lève tôt et je préparer rapidement mon sac. Je pense bien évidemment à revérifier l’itinéraire à suivre pour rejoindre le centre d’archives et je vérifie également à nouveau la liste des documents que j’ai demandé. Sans oublier de m’assurer que j’ai bien sur moi ma carte de lecteur afin d’accéder à la salle de lecture des archives.

Au niveau « équipement », je n’ai pas besoin de grand-chose. Un crayon ou un stylo noir ainsi que des feuilles blanches font largement l’affaire. Vu que je n’ai pas de montre, je garde bien sûr mon téléphone portable pour pouvoir regarder l’heure de temps en temps et prendre en photo certains documents, mais en mode avion, ça va de soi ! Pour vous donner un exemple, quand je suis allé aux archives du Service historique de la Défense à Vincennes, je n’ai amené dans la salle que des feuilles blanches et mon portable. Le crayon quant à lui m’avait été généreusement fourni par le SHD.

S’équiper et préparer son sac pour aller aux archives, ce n’est pas tout. Il faut aussi organiser la journée et surtout, surtout réserver les documents. Et pour cela trouver des archives. J’en ai d’ailleurs repéré plusieurs au SHD. Aux archives départementales de la Haute-Garonne à Toulouse, j’en avais trouvé un plutôt intéressant. En cherchant sur Internet, j’ai pu voir une version numérisée des cahiers de l’observatoire de l’espace du CNES. C’est là que j’y ai vu la description d’archives qui me seraient très utiles. J’ai repéré un autre fonds d’archives, situé au Bourget, en lisant un livre en rapport avec mon sujet. Le site Gallica m’a également permis de trouver quelques archives comme des vieux numéros de journaux tels que l’Aérophile, le Quotidien de Montmartre, l’Echo d’Alger. Et même à ma grande surprise un numéro du bulletin de la société archéologique, historique littéraire et scientifique du Gers qui m’a été très utile !

CC service historique de la Défense

Mais revenons à la réservation des documents. Pour ce qui est du SHD, j’avais réservé les documents que je souhaitais à l’avance. Il me fallait remplir un formulaire sur leur site Internet et indiquer les cotes des documents souhaités et bien entendu à quelle date je comptais les consulter. La réponse se fait alors par mail, qu’elle soit positive ou non.

Dans le cas des archives départementales de la Haute-Garonne, la prise de rendez-vous et la demande de documents se fait directement par mail. Pour les archives du musée de l’Air et de l’Espace du Bourget, cela se fait également par mail mais ce fut inutile de faire une demande puisque leur site Internet indiquait que les archives étaient fermées pour cause de rénovation. Et enfin pour ce qui est des archives de l’observatoire de l’espace du CNES à Paris, je leur avais écrit un mail en leur demandant s’il était possible de consulter certains de leurs fonds. Pas de chance, ils m’ont répondu qu’ils ne recevaient personne avant janvier prochain…

 

Tout n’est pas rose avec les archives…

 

Le problème avec les archives, c’est qu’on n’est pas toujours satisfait. Il faut faire face aux imprévus, comme l’exemple des archives au Bourget, en réservation depuis plusieurs mois, et qui étaient censées rouvrir au printemps dernier ! Parfois on ne peut pas se rendre aux archives

avant un certain temps, comme c’est le cas avec l’observatoire de l’espace du CNES qui n’accepte des visiteurs qu’à partie de l’année prochaine. Il peut également y avoir des histoires de dérogations particulières qu’il faut obtenir sous peine de ne pas pouvoir consulter certaines archives. Par exemple, il m’en aurait fallu une pour consulter un fonds d’archives au SHD. Mais la procédure est un peu longue et surtout le fonds en lui-même ne pourra être autorisé à la consultation que dans quelques années.

Cela fait parti donc des petits tracas causés par la recherche et la consultation d’archives. A force, on fait face à un problème de manque d’archives. On peut alors éprouver un sentiment de frustration, de déception. On se rend compte qu’il n’est pas possible d’en avoir plus en rapport avec certains points de notre sujet qu’on aurait pourtant aimé approfondir. On ne peut donc justifier ce que l’on avance lors de la rédaction du mémoire. Dans ces cas-là, et surtout lors de la rédaction du mémoire de Master 1, on se retrouve un peu obligé de copier bêtement certains passages de livres. On a donc un manque de sources et de ce fait de notes de bas de page. Chose qui m’a personnellement fait défaut dans mon mémoire de Master 1. Le manque d’archives peut également obliger

CC viedarchiviste Tumblr

à abandonner certaines pistes.

Pourtant avec les archives, tout pourrait être tellement plus simple. On pourrait rêver d’archives entièrement numérisées et faciles à trouver. Donc consultable depuis chez soi, sans avoir à se déplacer. Si on en trouve sous forme papier, quel bonheur ce serait si elles n’étaient pas abîmées et parfaitement lisibles ! Ces sacrées archives n’ont pourtant qu’un seul but, mais quel but : illustrer, appuyer, prouver tout ce qui est dit dans nos mémoires. Ainsi cette quête doit durer encore et encore, au moins jusqu’à la fin du M2, et pour certains même au-delà !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.