Une quête périlleuse : la recherche

Un coéquipier fidèle

Le quotidien d’un jeune chercheur n’est jamais évident. Il faut savoir jongler entre solitude, routine et même course contre la montre parfois. Chacun peut éviter ce genre de désagréments, il te faut juste une bonne méthode de travail, de la motivation et des camarades de classe joviales.

Pour ma part, j’essaye de rester constant dans mes recherches, j’apprécie sortir, voir des amis, faire un peu de sport. Je pense que le plus important n’est pas de rester cloîtrer chez soi, il faut partager ses interrogations et ne pas penser qu’à son mémoire.

Chacun son rythme

Je le confesse, j’ai un peu de mal le matin à me lever. C’est le moment de la journée où je me débrouille, le plus souvent, pour aller aux archives municipales ou à la bibliothèque du musée des Augustins. Si je travaille chez moi durant la matinée c’est généralement à partir de 10 heure. Je me sens plus d’attaque pour travailler l’après midi et le soir après manger. Le weekend il est possible que je travaille mais de manière moins régulière.

En général je travaille seul, j’ai vite tendance à me déconcentrer en groupe. Si je travaille en compagnie de camarades, il m’arrive souvent de « poser du son » dans mes oreilles, mais au niveau de la sociabilité ce n’est pas le top.

Casser la monotonie

Je vais une à 3 fois par semaine aux Archives Municipales de Toulouse, la plupart du temps je travaille chez moi. Il m’arrive de temps en temps de pérégriner dans différentes bibliothèques toulousaines : le Centre de Recherches Olympe de Gouges, la Centrale, la bibliothèque du musée des Augustins, la bibliothèque d’étude du patrimoine et quelques fois à la bibliothèque d’études méridionales. Il est vrai que j’ai la chance de pouvoir trouver des sources et des références bibliographiques dans plusieurs lieux, cela me permet d’éviter une routine.

Un peu de méthode

Je note des références bibliographiques sur une feuille. Une fois les références examinées, je les barre pour ne pas me perdre dans mes recherches. Je retranscris toutes les données que je juge intéressantes sur un traitement de texte avec sa référence. Je trouve de nouvelles idées et des références à partir des notes de bas de pages et des bibliographies. Pour les sources aux archives, je les inscrit dans un tableau excel selon leur nature, auteur, date, sujet…

J’essaye de suivre chaque semaine un emploi du temps pour de ne pas pendre de retard. J’arrive à suivre au 3/4 cette feuille de route. Il y a toujours quelque chose que l’on reporte, parfois par manque de temps ou simplement par manque d’envie. Il faut essayer d’être rigoureux, assidu et persévérant, mais quand on n’a pas d’obligation il est aisé de repousser son réveil d’une heure.

exemple de base de données sur excel

De l’incompréhension?

Ce sont les étudiants de master qui comprennent le mieux mon travail. Ils ont les mêmes doutes, les mêmes interrogations. Personne mise à part moi ne comprend en détail ce que je réalise. Et vice versa, lorsque qu’un camarade de master me parle de son sujet, je n’ai connaissance que de la partie émergée de l’iceberg. Pour l’ensemble de mes amis et les membres de ma famille, ils savent sur quoi je travaille, mais ils ne peuvent pas dire de quelles manières et ni formuler les problématiques abordées. J’ai pourtant l’audace de vulgariser mes recherches, mais rien n’y fait, je perd mon oratoire en moins de 30 secondes. Le mémoire est lu seulement que par les membres de ton jury et 2 ou 3 proches. Je pense que le mémoire est avant tout un travail pour soi, peu de personnes s’intéresserons à ton sujet. Aucun membre de ma famille n’a souhaité lire mon mémoire, les seules personnes qui s’en sont approchés sont des camardes de classes ou des amis faisant des études supérieures.


joseph gentet

Étudiant en master 2 Histoire, Civilisation, Patrimoine à l’Université Jean Jaurès de Toulouse, je travaille sur le musée des Augustins de Toulouse. Mes recherches se portent sur la période 1848-1914. Je cherche à comprendre le fonctionnement de ce musée, ses rouages, son quotidien.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.