Ma petite bulle

CC, Pixabay, 3dman_eu

Tout un chacun pratique la recherche de manière différente : en groupe ou en solitaire, à la bibliothèque ou chez soi, de façon organisée ou pas. Après avoir abordé des thématiques très larges sur la façon d’aboutir à un mémoire de M1, il serait peut-être temps que je vous parle de ma petite bulle, de mon propre univers de recherche.

Un M1 se découpe en de multiples phases : le choix du sujet, l’élaboration d’une bibliographie et d’une historiographie associée, la recherche de sources, le dépouillement, l’organisation des idées, l’écriture du mémoire et enfin la soutenance. Mais en interne, comment vivre cette recherche ? Prenons une loupe et regardons ma situation de plus près.

L’impression de toujours courir après le temps

Lancement du compte à rebours !

Septembre 2016, premier mois durant lequel nous devenons officiellement étudiant en master recherche. À cette date, notre directeur de mémoire nous prévient sur les échéances à respecter : un dossier à rendre en janvier (ne paniquez pas cela concerne seulement les étudiants de Jacques Cantier) et le mémoire de M1 fin juin. Le compte à rebours est lancé…

Combien faut-il effectuer d’heures de travail par jour pour arriver à quelque chose d’abouti ? De nombreuses personnes me posent LA question.

Cette interrogation n’a pas lieu d’être. Je ne me fixe pas un nombre d’heures de travail à respecter par jours. Mon organisation est différente. Planifier ses tâches sur plusieurs semaines, voire un mois, suivant un objectif précis, voilà qui est plus parlant pour moi. Je fonctionne plus sur la longue durée. Selon moi, la recherche implique un investissement personnel. Je ne prends pas part à ce master pour travailler a minima. Ainsi, je ne compte plus les heures depuis longtemps.

Je n’aborde pas une journée traversée par un cours de la même manière qu’un week-end. Je préfère travailler sur d’importants projets, par exemple le dépouillement d’un registre entier, pendant mes jours libres. Les jours où je dois me rendre à l’université, je réalise seulement de petites choses comme chercher des sources sur le Web ou lire un article.

Je vis en perpétuelle quête de temps et donc d’efficacité. Prenons l’exemple des archives : je prends des registres en photographies et je commande dès le départ trois cotes ; aussitôt que j’en termine un, je le restitue. Je vais ensuite en réserver un nouveau. Ma quête est la suivante : être continuellement dans l’action et ne jamais devoir attendre à sa chaise le retour des chariots avec nos précieux documents.

En bref, j’ai surtout toujours l’impression d’être en retard et de courir après le chronomètre… Mais lorsque j’arrive à terminer un gros projet dans les temps, je n’en suis pas peu fière !

Mon nid douillet

CC, Martinez Anaïs

Où s’effectue mon travail ? En réalité, chez moi ! Je me rends à la bibliothèque seulement pour emprunter des ouvrages.

Mes plus longues sorties durent la journée et se produisent lorsque je vais aux Archives départementales de la Haute-Garonne ou dans les autres bibliothèques de la ville de Toulouse (si vous vous sentez intéressé par le sujet, je l’aborde dans un billet s’intitulant « Découvrir sous de vieilles feuilles… ou sur le Web »). N’habitant pas dans le centre-ville, je ne me déplace pas inutilement, je ne me rends pas aux archives pour seulement deux ou trois heures, mais pour toute une journée.

Si je préfère rester chez-moi, c’est que j’y travaille mieux que dans tout autre endroit. Je dispose également d’une connexion internet qui fonctionne très bien, chose qui n’est pas toujours le cas partout ailleurs…

Les rares lieux dans lesquels je me déplace sont tellement spécifiques à mon sujet que je m’y rends toute seule. La Bibliothèque Santé n’attire pas beaucoup les historiens, rien d’étonnant ! Néanmoins, croiser des étudiants dans la salle de lecture des Archives départementales de la Haute-Garonne reste courant. Ne vous alarmez pas, travailler seule me ravit tout aussi bien.

Cellules et fibres de cellulose : le mariage parfait ?

Des fiches de lectures organisées qui répondent à tous mes besoins… mais voilà que s’invite une collection de post-it multicolores, Tous droits réservés, Martinez Anaïs

Je viens de vous parler des horaires et des lieux de recherche, mais de nouvelles questions se posent. Sur quel support faut-il travailler ? Il n’existe aucune obligation, chacun possède sa propre technique : utilisation de feuilles volantes, de carnets ou encore de fichiers textes. Moi, je mélange un peu tout cela…

L’ensemble des fiches réalisées à la suite de mes différentes lectures sont organisées dans des carnets. Pour moi, il est plus aisé de tenir le livre de la main gauche et écrire avec un stylo de la main droite que de toujours devoir reposer l’ouvrage afin de taper sur le clavier. En réalité, ce gain de temps s’efface sur le long terme. Au moment de la rédaction en fin d’année de M1, on essaye continuellement de retrouver une idée ou une date que l’on a pu lire 6 mois auparavant. Il est plus facile de faire Ctrl+F dans un fichier informatique que de tourner les dizaines de pages d’un carnet. À l’avenir, ma méthode devra changer.

Pour tout ce qui est de l’organisation de ma bibliographie, voire même de mes sources en ligne, j’emploi le logiciel Zotéro. Son utilisation conjugue simplicité et efficacité.

Un dépouillement bien organisé = efficacité, Tous droits réservés, Martinez Anaïs

En ce qui concerne le dépouillement et le traitement des archives, je manie le tableur Excel. Un premier tableau me permet de suivre chacune de mes réalisations : savoir ce que contiennent les cotes, mentionner leur utilité, si je les ai photographiées et à quelles dates. J’apprécie l’organisation et je déteste détenir toutes ces informations sur plusieurs feuilles volantes.

Deux autres tableaux me permettent de construire deux bases de données — bien que j’ai conscience qu’il est question d’un tableur et non pas d’une base — sur les étudiants et sur les professeurs. Il s’agit de quelque chose qui est en mutation en cette année de M2, puisque je tente de transférer toutes mes données dans une base plus adaptée. Travail à suivre donc…

Un travail très satisfaisant mais qui mérite quelques modifications…, Tous droits réservés, Martinez Anaïs

Le jardin des secrets

CC, Pixabay, PublicDomainPictures

Il me semble que seuls des individus réalisant la même chose que nous peuvent comprendre nos doutes, nos incertitudes, mais aussi nos joies. Ainsi, échanger avec des camarades de la promo devient tout naturel.

Famille et amis m’apportent un soutien inflexible. Mais, lorsque je parle avec eux de mes recherches, je n’entre quasi jamais dans les détails. Ils savent néanmoins dans quelles phase du master je me situe.

Parfois je m’étonne de leur curiosité. Je me souviendrai toujours du jour où j’ai déposé un deuxième écran à côté de mon ordinateur, je me suis retournée et deux têtes dépassaient du cadran de ma porte. Finalement, les 20 prochaines minutes furent dédiées à l’explication de ma technique de dépouillement et de la confrontation de mes sources dans une seule base de données. Je leur ai même fait tester avec de véritables archives !

Généralement, je ne parle que très peu de mes recherches de manière très précise et pointue, que ce soit dans un cadre informel (entre amis) ou sur des réseaux (Facebook, Académia).

Néanmoins, il me semble que cette année de M2 nous fait réfléchir à cette notion de visibilité intellectuelle. Cette dernière peut se faire sur le Web grâce à Twitter, mais également à l’aide de billets publiés sur le blog des « Tribulations historiennes » (choses que nous réalisons en ce moment même avec le cours « Outils numériques pour historien »). Enfin, assister à des colloques internationaux et des journées d’étude nous fait prendre conscience de leurs importances. Et grâce au cours de « Valorisation de la recherche », nous pouvons tester par nous-même l’élaboration d’un colloque qui se fera très prochainement…

 

Crédits de l’image à la Une : CC, Pixabay, Alexas_Photos


Anaïs Martinez

Etudiante à l'Université Toulouse Jean Jaurès en master 2 dans le parcours Histoire et Civilisations Moderne et Contemporaine, je suis actuellement sous la double direction de M. Jacques Cantier et de Mme Caroline Barrera. Mes recherches portent sur l'enseignement de l'histoire à la faculté des Lettres de Toulouse sous la Troisième République (1870-1940).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.