Recherche et histoire du temps présent

Archives Nationales (Paris), l’Armoire de fer ouverte (Wikimédia Commons, CC). Lieu où je n’ai pas l’occasion d’effectuer mes recherches pour le moment.

La recherche représente le fondement de notre travail d’apprenti historien. Elle nous apporte les matériaux nécessaires à la rédaction de nos mémoires. Cela demande une méthodologie bien structurée avec un travail d’analyse et d’exploitation des informations trouvées. Cependant la recherche varie selon les sujets historiques… Loin du travail d’archives des modernistes, mon travail de recherche et son écriture se base sur des sources et méthodologies différentes. De mon côté c’est par le biais d’un lap top et d’une connexion internet que s’effectuent mes recherches.

Direction la bibliothèque universitaire : un ordinateur portable, une table, une chaise et une connexion internet suffisent (rythmé par quelques pauses cafés, nécessaires). C’est un avantage important que celui de pouvoir travailler sur le fondement de son mémoire n’importe où et n’importe quand. Pas besoin de se déplacer pour consulter des archives physiques. Cela représente bien moins de contraintes, même si il est parfois lassant de passer de nombreuses heures les yeux fixés sur un écran d’ordinateur (et qu’il doit être intéressant d’étudier des documents originaux au sein des archives).

La plupart des sources primaires de mon mémoire sont des archives, rapports et publications numérisés (ou simplement numériques).

Sources aisément accessibles après une recherche Google (Norwegian, OCDE, ICAO …). Elles sont en anglais et quelques unes sont traduites en français. Les articles de presse représentent plus de difficultés car une grande partie est rédigée en norvégien, demandant plus de temps de lecture et d’analyse (AftenPosten, Nrk …). La même problématique apparaît pour une partie des sources secondaires utilisées, peu d’ouvrages en anglais ou français sont écrits sur l’aviation civile en Norvège.

Monoar, Pixabay (Licence CC) L’attirail nécessaire au bon déroulement de mes recherches.

 

Histoire immédiate et sources

Les sources numériques se trouvent en abondance et apportent de très nombreuses données, il faut prendre le temps de trouver ce qui peut nous être utile. Les articles de presse sont eux aussi abondants, phares pour l’historien du temps présent, il faut les inspecter avec un regard critique et ne pas hésiter à réétudier les informations données. Jean-François Soulet a rédigé un ouvrage très utile au sujet de l’histoire immédiate et de son rapport aux sources « L’histoire immédiate : Historiographie, sources et méthodes », permettant d’y voir plus clair dans l’étude de l’histoire immédiate.

Ma bibliographie inclue des auteurs appartenant à des courants historiographiques divers. Même si ils ont une façon d’écrire et d’appréhender l’histoire qui diffère, ces historiens nous dévoilent des conceptions de l’histoire qui sont tout à fait intéressantes (Les différents temps chez Fernand Braudel, les concepts de centre et périphérie de Wallerstein, la conception de l’économie de Karl Polanyi, la théorie de la croissance de Simon Kuznets …). Il n’est peut être pas conseillé de se calquer sur un historien ou un courant historiographique en particulier, mais leurs ouvrages nous donnent des points phares sur la façon dont nous pouvons interpréter les données que l’on étudie au sein des sources qui nous sont à disposition.

Si du côté de mes recherches je ne vis pas le manque d’archives, c’est plutôt le manque de sources secondaires qui s’est fait ressentir durant la rédaction du mémoire de M1 (et qui persiste pour le M2). Même si cela peut être une difficulté, il est plaisant d’étudier un sujet avec de nombreuses données que personne n’a traité auparavant.

L’ère d’internet facilite grandement la recherche, offrant la possibilité de consulter de nombreuses archives en ligne. En matière d’histoire immédiate c’est un avantage supplémentaire, comme l’a écrit Jean-François Soulet « Internet se révèle un instrument utile, pratique et rapide tout au long d’une recherche en histoire immédiate : depuis le moment où l’historien teste un sujet, hésite sur la problématique, s’efforce de repérer les principaux gisements de sources, jusqu’à la phase d’analyse de la documentation numérisée. »

Image à la une : Dagny, Oslo University – Library building at Blindern, 2006. (Wikimedia Commons, CC). (Lieu central dans la rédaction du mémoire de M1)


Josué Llopez

Etudiant en Master II Histoire et civilisations modernes et contemporaines (parcours Histoire et patrimoine de l'aéronautique et de l'espace) à l'Université Toulouse Jean Jaurès. Sous la direction de Jean Marc Olivier, mes recherches portent sur la compagnie aérienne Norwegian, son développement d'un point de vue historique et économique ainsi que ses apports pour la société norvégienne.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *