Rythmer sa vie au tempo de la recherche : mode d’emploi

Petit manuel utilisateur de la recherche. CC, Pixabay, geralt.

Un des aspects de mon quotidien de chercheuse qui me correspond en tous points ? Mon rythme de vie ! La recherche requiert certes rigueur et autonomie mais une fois ces paramètres intégrés et appliqués, nulle raison que l’entreprise échoue.

Toi lecteur/lectrice, toi chercheur/chercheuse aguerri.e. ou en détresse, si ta curiosité te mène sur ce billet ou encore que tu y tombes par le plus grand des hasards, je me permets de te livrer – dans mon extrême mansuétude – quelques menus conseils. Après tout, même si du fait de ma courte expérience en la matière je ne saurais m’auto-proclamer comme référence, pourquoi ne pas essayer d’apporter ma pierre à l’édifice ? Certain.e.s livrent leur corps à la science, d’autres leur esprit à la recherche, que voulez-vous…

Dompter la bête

Je t’entends déjà critiquer derrière ton écran : « elle manque pas d’air : à peine deux ans dans le milieu et voilà qu’elle prend des grands airs d’affranchie ».

Que nenni. Je me revois, fraîchement admise en M1, patauger quelques semaines durant avant de cerner les attentes et les objectifs d’un tel parcours. Comment appréhender une entreprise aussi colossale à la deadline si lointaine ?

Je dois les premières ficelles du métier à ma directrice de recherche : il faut absolument planifier ses journées. Il ne s’agit pas tant de faire preuve de psycho-rigidité que de s’imposer un cadre pour éviter de se retrouver submergé.e.

Tic tac tic tac, entends-tu la deadline qui approche ? CC, Pixabay, Mojpe.

Depuis lors, je réalise consciencieusement mon calendrier de travail pour les 3/4 semaines à venir. Mais un tel planning, rythmé avec la précision d’un métronome, possède deux facettes. Tu peux ressentir la jouissance suprême de rayer rageusement l’activité fièrement accomplie – dose de satisfaction exponentielle si la dite activité donne du fil à retordre – comme tu peux aussi t’auto-flageller si tu ne remplis pas ta mission du jour. En somme : bonne ambiance assurée pour ta soirée, avec charge de travail et pression supplémentaire pour le lendemain. YAY !

Roder la machine

Allez, allez, ne fais donc pas la soupe à la grimace. Si je souligne les quelques aspects négatifs de la recherche, ne va pas croire qu’elle se résume uniquement à des contraintes et des obligations. Sens aussi le grand vent de liberté qui souffle sur tes épaules de chercheur/chercheuse… Du temps libre à revendre, des menus de journées à composer à ta sauce : la belle vie quoi. Une fois les cadres fixés, il s’agit simplement d’intégrer quelques habitudes, histoire de bien huiler la machine.

Moi, à partir de 17h, après une journée de rédaction.

« L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt » dit l’adage. Mais les gens matinaux ne valent plus rien dès le soir venu. La définition me sied parfaitement : autant je sais travailler d’arrache pied dès l’aube, – j’avoue que le café en perfusion demeure un soutien non négligeable dans cette entreprise – autant dès que le soleil se couche, mon cerveau ne répond plus de rien.

Alors je m’organise en conséquence, je commence mes journées très tôt – sur le pont dès 7:00 – et me mets au travail tant que je reste fraîche et disposée. En phase d’écriture, je réserve mes soirées à des activités qui me demandent un niveau de concentration et d’acuité moins élevés : alimentation de ma base de données, mise en page, réalisation d’annexes, recherche iconographique… Le projet engage quelques sacrifices : comme accepter de mouliner en permanence sur un même thème ou dormir 5h par nuit… Sans oublier de préciser que toute cette joyeuse machination s’effectue en tête-à-tête…avec soi-même.

Extrait de ma base de données. Tous droits réservés, Talissa Piboubès, 2017.

Accepter de « faire cavalier seul »

Personnellement je travaille seule, de préférence chez moi dans le calme et la sérénité. J’évacue mes virées impératives à la bibliothèque ou aux archives en y glanant les matériaux nécessaires à mon ouvrage et me carapate dans ma tanière pour prendre ma plume.

J’apprécie la présence de mes ami.e.s et de mes proches – d’un soutien sans faille à mon égard – mais je ne leur explique que les grandes lignes de mes travaux : peu de personnes dans mon entourage sensibles à mon sujet de recherche au point d’entrer dans les détails. Non pas qu’ils refusent catégoriquement que je leur en parle mais peut-être que je me brime moi-même, par pudeur, en refusant d’étaler ma « science » devant eux. Quant à mes camarades de promo, qu’ils ne s’en formalisent pas, mais ma solitude reste la condition sine qua non pour que je puisse rendre à ma directrice de recherche des papiers qui ressemblent plus à des écrits qu’à des torchons.

« Forever alone« 

Peut-être n’appréhenderez-vous pas la chose de la même façon, peut-être parlerez vous plus volontiers votre recherche car vous disposerez de meilleures tribunes que les miennes… Mais, quoi qu’il advienne, la sensation d’isolement reste un des fardeaux fondamental de la recherche qu’il convient de porter – parfois à bout de bras. Si, physiquement, vous ne vous retrouverez peut-être jamais seul.e, il n’empêche qu’au cours de l’année, la sournoise et pernicieuse solitude ne manquera de se manifester, au moins mentalement. Surviendront nécessairement ces moments où vous vous sentirez esseulé.e face à votre sujet, perdu.e ou au pied du mur. Alors, afin de se prémunir des temps les plus rudes, le mieux reste encore d’essayer de prendre un peu de distance.

Lever la tête du guidon

Pour assurer ta bonne santé mentale et ta survie cérébrale, je te conseille chaudement de t’accorder des pauses et des temps pour toi. Pas toujours évident de poser son clavier et de mettre son cerveau en pause même un court laps de temps (précisément pour toutes les raisons citées précédemment – en particulier la culpabilité ressentie si tu n’accomplis pas les objectifs fixés pour ta journée).

Or, comme me l’assure ma directrice de recherche : « il faut laisser poser, comme la pâte à crêpes ». Bien sûr, il ne s’agit pas d’inciter à la paresse – car de toute évidence, en temps que chercheur / chercheuse, tu incarnes la proie idéale du virus de la procrastination – mais plutôt de déverrouiller des situations en laissant le temps à ton cerveau de maturer et d’affiner ses réflexions. Trouve toi donc des des défouloirs (pour moi le sport et la musique) et arrête ruminer quand les choses coincent. Respire un bon coup, prends de la distance et relativise. Lever la tête de son guidon avant de perdre les pédales permet parfois de dédramatiser en se rendant compte qu’au final…tout roule !

Roule ma poule !

Crédits image à la une : CC, Pixabay, geralt.


Talissa Piboubès

Étudiante en M2 recherche en histoire moderne mon parcours fluctue entre théorie et création. Le centre de gravité, lui, reste le même : la mode et les vêtements. Après un baccalauréat STI Arts Appliqués au lycée des Arènes à Toulouse, la petite provinciale monte poser ses valises dans la capitale le temps d'un BTS Design de mode à l'école Duperré. Le stylisme c'est pas si futile, et si pour créer je voulais m'étoffer de connaissances historiques ? La suite du projet est toute tracée. Retour dans le midi, je rentre à l'Université Toulouse II Jean-Jaurès pour étudier l'histoire et plus précisément celle de la mode. Ma thématique de recherche dans le cadre du Master se centre sur les vêtements et la culture des apparences à Toulouse au XVIIIe à travers les inventaires de biens après décès, sous la direction de Sylvie Mouysset.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search