Thé, café, tisane ou bière ?

Le choix du contenu dépend de nombreux facteurs, CC Martin Hazard

Mon quotidien dans la recherche oscille en fonction des mes humeurs, ma capacité d’attention, de réaction, de la météo… Bref, il change assez souvent. Pourtant, bien que je n’établisse pas d’emploi du temps en avance, je garde (ou du moins j’essaie de garder) un esprit clair sur la quantité de travail devant être réalisée.

Afin de ne pas trop perdre le Nord, j’ancre mon quotidien dans un rythme, des séquences rituelles dans lesquelles s’inclue un artefact majeur : la tasse. Les tâches universitaires sont rendus moins pénibles quand elles s’accompagnent d’un savoureux petit breuvage consommable à toutes heures  (tasse + travail = réussite). D’autant plus que celui-ci varie en fonction de mes humeurs, de ma capacité d’attention, de réaction, de la météo…

La machine à café

Quel qu’en soit le liquide, le meilleur endroit pour boire une boisson chaude n’est certainement pas la bibliothèque. Elles y sont formellement interdites. C’est pourtant dans ce lieu que je passe la plupart de mon temps de travail. Après avoir longuement essayé plusieurs endroits d’études, et particulièrement quelques multiples recoins de la BUC, cette année j’opte pour le CROJT (Centre de Ralliement pOur une Journée de Travail). Afin de pallier l’interdiction et malgré l’absence de saveur de l’ensemble des breuvages qui sont proposés dans ces appareils, je passe souvent à la machine à café avant de m’installer. Cela dit, j’ai dernièrement découvert que le foyer étudiant du bâtiment Gai Savoir propose une formule « thé du jour » et que ces derniers sont souvent loin d’être mauvais, mais je m’égare un peu.

Vous l’aurez compris, mon quotidien d’étudiant est rythmé par la recherche d’un cadre propice au travail dans lequel il faut inclure la boisson et le lieu, mais aussi le siège où l’on est assis, l’orientation du siège où l’on est assis, la température de la salle (mais aussi en fonction de mes humeurs, de ma capacité d’attention, de réaction, de la météo…). C’est parfois lorsque je me décide enfin sur la meilleure alliance boisson chaude/lieu/emplacement dans la salle, que la bibliothèque ferme ses portes.

Qui veut boire quelque chose ? N’importe quoi ! Il y a quelqu’un ? CC 95836, pixabay.com

La tasse vide

A la lecture de quelques tribulations d’anciens camarades de master 2, je m’aperçois que la solitude est un thème qui revient souvent et prend beaucoup de place dans l’écriture de ce billet « quotidien ». Il est vrai que l’on pourrait rédiger une tribulation entière sur cette seule thématique, tant elle est récurrente dans un travail de recherche. Après tout, nous passons la plupart de notre temps à lire, à nous informer ou à nous questionner, des activités qui sont exclusivement individuelles.

Ainsi, mes journées sont (trop ?) souvent marquées par le manque de relations sociales. D’un jour à un autre, les heures se ressemblent souvent, et le quotidien est parfois extrêmement répétitif. Je commence toujours à travailler entre 8h30 et 9h. Puis, après en moyenne 1h de pause sur le temps de midi, je me remets au labeur jusqu’à 18h environ. Le temps du soir est plutôt propice à la lecture de livres scientifiques ou pas, mais quasiment toujours agrémentée d’une tasse de tisane avec une noisette de miel. Un peu de douceur dans ce monde de papier !

En psychologie sociale on nous dirait que parler de notre thème de recherche est un exutoire, un moyen de lâcher du lest. C’est bien vrai ! Malheureusement, j’ai le sentiment que peu de personnes sont en mesure de comprendre mes recherches quotidiennes. Au cours d’une conversation, lorsque j’évoque mon sujet de mémoire , cela se résume très souvent à deux, trois échanges, pas beaucoup plus. Bien que l’écriture de ces tribulations y remédie variablement, on ne peut pas dire qu’il y ait beaucoup de compréhension de la part de mes proches vis-à-vis de mes études. Finalement, c’est sûrement entre camarades de promotion (Angela Davis en force !) que nous pouvons nous rendre compte du quotidien des uns et des autres.

Ne pas boire la tasse

Le verre en trop ? CC Pxhere.com

Comme titre de cette partie j’aurais tout aussi bien pu choisir « comment gérer la pression », mais la métaphore est bien plus amusante. Tout d’abord, « ne pas boire la tasse » c’est trouver un moyen de ne pas se laisser submerger par le stress des études. Pour cela, il faut savoir gérer toute tendance à la procrastination (merci à Mr Poublanc de m’avoir rappelé l’existence de ce mot). En effet, remettre toutes choses au lendemain n’est pas une solution. En général, j’arrive plus ou moins bien à faire face à cette pathologie. Je dis « plus ou moins » car il est possible que, quelque fois, presque inconsciemment, j’oriente mon activité estudiantine vers la tâche qui me paraît être la moins contraignante sur le moment. Il faut dire que le travail ne manque pas en master et certaines priorités doivent parfois s’imposer.

Ensuite, l’expression « ne pas boire la tasse » peut prendre un autre sens que celui qu’on lui donnerait communément. « Ne pas boire la tasse » peut signifier « buvons autre chose ! » ou « laissons les boissons chaudes de côté ! ». Vous l’aurez compris, je veux évoquer ces moments de divertissement au cours desquels la boisson chaude n’est plus appropriée et pour lesquels la tasse quotidienne est troquée pour un verre, et le plus souvent pour un verre à bière. Alors, le temps de quelques heures, il est possible d’oublier le travail et d’enrichir le besoin de convivialité nécessaire à tout bien-être humain. Bien sûr, d’autres échappatoire existent, tel que le sport. Depuis le début de l’année, je pars assez régulièrement dans les montagnes pyrénéennes et, le temps d’une heure ou deux, équipé d’un short et d’une paire de basket, je m’échappe dans les espaces boisés d’une nature plus « naturelle » que les parcs de Toulouse. En suivant les sentiers pédestres, le parcours que j’emprunte varie en fonction des mes humeurs, ma capacité d’attention, de réaction mais essentiellement de la météo.

Hélas, compte tenu des contraintes estudiantines, je crains que ces moments ne soient de moins en moins récurrents. L’heure du bilan approche !

 

 

 

Crédits image à la une : Have a break, CC Alexas_Fotos, pixabay.com


Martin Hazard

Après une Licence d'Histoire à Toulouse, je continue mon parcours d'étudiant en Master Histoire Moderne et Contemporaine. Le choix de la recherche en science sociale me permet ainsi de travailler la thématique de l'écologie, sa diffusion et sa représentation dans la ville de Toulouse pendant les années 1970-80.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.