Détermination, organisation et productivité : le quotidien du chercheur

CC, Pixabay edar

Mon quotidien de chercheur est aléatoire: travaux pour les différents cours, activités personnelles, rendez-vous médicaux… me prennent bien du temps et surtout me coupent au milieu de mes activités.         

Malgré cela il me faut travailler à mes recherches et à mes archives ce que je fais lorsque j’ai un peu de temps et de motivation. Car outre la question de trouver du temps, il faut parfois se motiver et c’est peut-être cela qui serait le plus dur mais je n’ai pas trop à me plaindre concernant ce point.

Organisation (et désorganisation) de travail

Comme évoqué plus haut, je travaille lorsque j’ai un peu de temps libre. Je n’ai donc pas d’horaires fixes de travail. Le plus souvent, je travaille 2 heures minimum par jour (excepté le mercredi), travail pour les cours compris. Cependant, je ne suis pas à l’abri de la procrastination qui n’est pourtant pas le principal obstacle à l’avancée de mon travail. Concernant mes déplacements aux archives, ils dépendent de mon avancement dans l’analyse des documents déjà consultés et de ce que je dois encore faire à côté (lectures, cours, …).

Le plus souvent, je travaille chez moi et donc seul en tête à tête avec mes documents, mes livres et mon désordre. En effet, travailler à la Bibliothèque universitaire du Mirail ne m’attire pas particulièrement et les livres en rapport avec mon sujet y sont rares. Pour la consultation d’ouvrages, je vais plutôt à l’Institut Catholique qui dispose d’un plus grand nombre d’ouvrages religieux et d’histoire religieuse. Cependant, travailler à domicile à un désavantage important, celui de la déconcentration. En effet, il est facile de trouver autre chose à faire chez soi, il est plus facile d’avoir des facteurs de déconcentration dans un environnement qui n’est pas un simple espace de travail et où il peut y avoir d’autres centres d’attention.

Pour le travail de mes archives, je prends en notes sur des feuilles volantes les références des documents que j’ai photographiés. Pour les journaux officiels, je retranscris ces quelques éléments dans un tableur informatique pour avoir une vue plus rapide sur ces références et le titre des articles. Mais lorsqu’il s’agit d’analyser ces documents j’utilise un logiciel de traitement de texte, Word pour ne pas le citer. Pour la prise de notes de mes lectures, je fais également appel à l’informatique.

Réception et incompréhension

CC, Flickr Adrian Scottow

La première question qui vient aux lèvres des personnes qui s’intéressent à mes études et à mes propres lèvres est celle de l’utilité de mes recherches. On pourrait penser à Lucien Febvre estimant que « l’histoire qui sert, c’est une histoire serve » (leçon inaugurale à l’université de Strasbourg, 1919). Mais cela n’est pas toujours évident à entendre ni même à concevoir.

Faire de l’histoire, c’est comprendre : comprendre le monde, se comprendre soi-même, comprendre le passé. Travailler sur l’œcuménisme et sur la réception du concile Vatican II est, pour moi, un moyen de comprendre comment un antagonisme pluriséculaire peut être dépassé, comment des mentalités hostiles l’une envers l’autre peuvent évoluer. Tant de questions parfois sans réponse mais qui ont un intérêt très contemporain. C’est justement cela que je cherche à comprendre pour souligner l’intérêt de mes recherches. Il y a aussi un intérêt plus religieux. La question de la réception du concile fait l’objet de nombreux débats historiques et théologiques dans le catholicisme. Ainsi, mes recherches, à leur petit niveau, tentent de répondre à cette problématique.

Si ces recherches ont un intérêt, il est difficilement perceptible et difficilement perçu même par mes proches. Ils ont du mal à comprendre mes recherches et même mon mémoire. Il est donc compliquer d’évoquer avec eux l’intérêt de ces recherches. Mais cela ne m’empêche aucunement de parler de ce que je fais, de la recherche historique en général et de ce que j’écris avec ma famille et mes proches. En revanche, il est plus facile de parler de ma recherche et des étapes de cette dernière avec les autres étudiants de M2.

Visibilité et vie privée

CC, Pixabay Photo-Mix

Etre un chercheur du XXIème siècle, c’est être un chercheur connecté. J’ai des comptes Facebook, Twitter, etc. à titre personnel et également Academia. Cependant, je les utilise rarement dans le cadre de mes recherches. J’estime n’avoir ni la légitimité ni les compétences historiques pour valoriser mes recherches et ces derniers n’intéressent pas nécessairement mes relations.

De plus, je n’entends pas mélanger mon travail universitaire et ma vie privée. Si les deux peuvent parfois se rejoindre, ils peuvent également très bien être distingués. C’est pourquoi je réfléchis à me créer des comptes à caractère universitaire distincts de mes comptes privés.

Image à la une : Tous droits réservés, Guillaume Meunier, 2017.


Guillaume Meunier

Actuellement étudiant en Master 2 Histoire, civilisations et patrimoine, je poursuis, sous la direction de Philippe Foro, mes recherches entaméees en M1 sur l'application et la réception du concile Vatican II dans le Tarn autour de la question de l’œcuménisme.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.