Avancer à petits pas…

 

Avancée à petits pas…

J’aimerais avancer ma recherche chaque jour de façon constante. L’idéal serait d’écrire cinq ou six pages par jour et ne plus avoir à y revenir. Mais non, la rédaction d’un mémoire ne se passe pas comme ça.

Le temps consacré à l’élaboration de la pensée puis de l’écriture varie d’un jour à l’autre en fonction des contingences : la nécessité d’être présente aux cours, les travaux à préparer et à rendre comme ce présent blog, les démarches pour trouver un stage, la récolte puis la mise en ordre des documents trouvés en bibliothèque ou aux archives etc…

Planification et improvisation au jour le jour

Personnellement, je me réserve du temps de vie sociale pour garder le contact avec la marche du monde, vivre avec ma famille, échanger avec mes amis et assurer quelques tâches domestiques ou autres contraintes matérielles qui ne peuvent pas attendre. La procrastination étant mon ennemie naturelle, ma meilleure alliée reste la planification . Mais les journées n’ayant que 24 h, même avec de la volonté et de l’organisation, le temps consacré à mon étude se limitera au temps qui reste, souvent tard dans la nuit. C’est ainsi qu’avance ma recherche, à petits pas…

Et puis, une fois écrits, les paragraphes nécessitent d’être repris, retravaillés, recomposés avec les idées nouvelles apparues soit à l’occasion d’un autre travail, d’une lecture ou d’une découverte dans les archives…Les moments neutres, sans activité précise de recherche, correspondent souvent dans mon cas à de la maturation, souvent à mon insu, mais qui débouchent sur la nécessité de reprendre les idées autrement pour faire avancer la fameuse problématique. Donc, le temps de la recherche représente dans ma vie quotidienne un investissement important mais compensé largement par le plaisir de la rencontre avec les textes, les œuvres graphiques et leurs auteurs, dépassant souvent les thèmes et les bornes chronologiques stricts de mon étude.

La solitude d’une historienne de fond entourée

La solitude d’une historienne de fond… Pixabay-CC0- Creative Commons-Skeeze

Le plus souvent seule devant ma recherche chronophage , j’ai ressenti le danger que s’installe une distance avec mon entourage. C’est pourquoi j’ai essayé que mes domaines d’intérêt recouvrent les leurs. Et là, j’ai de la chance, car je peux avoir des temps d’échange avec quelques personnes sur des thèmes communs et même par une heureuse coïncidence, partager quelques considérations de ma vie d’étudiante avec le plus âgé de mes petits-enfants, lui aussi en études supérieures… Le prix de ma meilleure « follower » revient à l’une de mes tantes âgée de quatre-vingt-six ans qui a tenu à lire en entier mon mémoire de Master 1 puis de m’en faire des observations qui prouvaient bien qu’elle l’avait décrypté avec attention.

Mais la nouveauté depuis la rentrée, c’est la possibilité de renvoyer certains interlocuteurs à la lecture de mes blogs sur Tribulations historiennes . Le contenu étant moins élaboré que le mémoire, lire un seul de mes billets répond largement à leur curiosité. Même si écrire des blogs reste encore pour moi un exercice compliqué, je leur reconnais l’avantage de la simplicité pour communiquer avec des proches.

Les petites découvertes de chaque jour construisent-elles le futur mémoire ?

Chaque jour apporte son lot de petites victoires ou de déceptions. Par exemple, en ce moment, je relie des faits que je relève dans différentes sources (livres, articles, manuscrits, Wikipédia) pour voir s’ils aident à comprendre comment Jean Baptiste Charles Paya (1807-1865) éditeur et journaliste à Toulouse et Paris, sujet de ma recherche, a vécu ses vies de prisonnier et d’ex-prisonnier politique et comment il est devenu historien spécialiste des questions italiennes . Je m’aperçois que ces liens même intéressants sur le plan biographique, ne suffisent pas pour comprendre.

Je dois continuer de chercher pour étayer ma problématique : comment Jean Baptiste Charles Paya utilisa l’écrit pour propager des idées destinées à réveiller les consciences dans le contexte révolutionnaire du Printemps des peuples de 1848  et des guerres d’indépendance de l’Italie  ? Car c’est avec leur simple plume qu’une génération d’ « hommes de lettres » comme Paya, a combattu les régimes autocratiques et résisté à des persécutions comme les amendes, les saisies, la prison, l’exil, la déportation…

Voilà, ma recherche au quotidien : continuer de trouver des indices qui renforcent ma problématique « Jean Baptiste Charles Paya, éveilleur de conscience »…sur le temps qui reste !

 

Recherches dans les livres le soir… Pxhere-CC0-Domaine public-

 

 

Crédits photo mise en avant : Empreintes de pas – Pixabay-CC0-Creative Commons- Counselling


Isabelle Privat

Après avoir suivi les séminaires de Jean Yves Mollier en Histoire de l’Édition à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines entre 2011 et 2014, puis validé le niveau licence d’Histoire à Toulouse Jean Jaurès, Isabelle Privat a entrepris en 2016-2017 un Master 1 en Sauvegarde et Valorisation du Patrimoine écrit au Centre Universitaire de Troyes, Université de Reims, Champagne Ardenne et poursuit en 2017-2018, un Master 2 à Jean Jaurès en Histoire, civilisations, patrimoine, avec M. Jacques Cantier. Son sujet de recherche est la vie et l’œuvre de « Jean Baptiste Charles Paya (1807-1865), éditeur et journaliste à Toulouse et Paris, éveilleur de conscience ».

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Jac. R. dit :

    On a droit d’écrire un commentaire ? si oui, voici, si non, vous l’effacez.
    La description de votre démarche m’a intéressée, c’est une démarche créatrice sans doute propre à tous les créateurs,
    je découvre ça car c’est la même que la mienne dans le domaine artistique…
    Bonne continuation,
    Jac. R.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.