Enquête exclusive : le quotidien d’un jeune chercheur

CC, source : Pixabay,

Après avoir traité de ma thématique de recherche, de mon organisation et des sources sur lesquelles j’assoie mon travail, je prend de nouveau la plume, ou pour mieux dire le clavier, pour t’informer, ami lecteur, sur mon quotidien et l’organisation de mes journées de travail.

Disons le tout net : sentir planer au dessus de sa tête la date fatidique de remise des mémoires, véritable épée de Damoclès, impose une certaine organisation dans le travail à fournir tout au long de l’année universitaire. Voyons maintenant comment, au travers de mon propre cas, se met en place ladite organisation.

Un objectif : l’avancement de la recherche.

Je travaille principalement à l’aide de feuilles volantes sur lesquelles j’inscris les informations essentielles glanées dans les différentes sources. A cela s’ajoute des « post-it » où j’indique les références susceptibles de présenter de l’intérêt pour ma recherche : des ouvrages à lire et des articles à consulter (ex: ceux de la BNF via Gallica par exemple). C’est à l’aide ce précieux et considérable corpus de « petits papiers » que je procède.

A la suite de beaucoup d’autres étudiants, je dirais sans hésiter que c’est chez moi que je travaille le mieux. Ainsi, je garde habituellement un jour dans la semaine ou durant le week-end pour lire, analyser et étudier les documents photographiés aux archives quelques jours auparavant. Ce jour là, je ne me lève pas aux aurores mais j’essaye quand même de commencer aux alentours de 9h après un bon petit déjeuner. Passée la pause de midi, je repars pour une après-midi studieuse qui s’achève à l’approche du repas du soir. Depuis toujours, j’évite de travailler à la nuit tombée et je met un point d’honneur à perpétuer cette tradition. Par goût comme par habitude, je préfère la solitude et le calme, ingrédients nécessaires à toute bonne compréhension. Assis au bureau, seul à seul face à ses documents et accompagné d’un bon café, voilà je le crois la meilleure méthode de travail qui soit.

La constitution d’une base de données est essentielle pour s’y retrouver. CC Damien FRANCHINI

Un ennemi : la procrastination.

Ah la procrastination ! Véritable fléau étudiant ! Moi, comme un autre, je confesse n’être pas exempt de ce défaut. Si je regarde derrière moi, combien de fois, depuis le collège, ai-je attendu les tout derniers jours pour me lancer sur un devoir donné un mois plus tôt ? Tu vois ce que je veux dire, ami lecteur, non ? malgré mes efforts, il m’arrive encore de remettre au lendemain et parfois au sur-lendemain. A la vérité, je crois que la proximité de l’échéance est proportionnelle à la qualité de mon travail : savoir que je suis « à la bourre » me pousse à me dépasser, me donne l’inspiration et  me semble profitable en dernier ressort.

 

Une limite : l’incompréhension.

Il faut se rendre à l’évidence et accepter la dure réalité : notre sujet de recherche n’intéresse pas grand monde. Et en conséquence, nous sommes tentés de nous tourner vers celles et ceux qui sont dans la même situation que nous, c’est à dire nos camarades de promotion. Ainsi, il m’arrive assez souvent de discuter avec eux afin de comparer nos méthodes de travail et d’organisation, d’évaluer notre avancement respectif et de déterminer le retard que j’aurais pu accumuler.

L’expérience m’a montré la difficulté qu’il y’a à intéresser des gens extérieurs à la recherche historique. Généralement, le sujet est expédié en quelques phrases banales et superficielles. Ainsi, je peux dire qu’à l’exception des étudiants de ma promotion, les seules personnes avec lesquelles je discute de mon travail sont mes parents. Ceux ci qui, quoi qu’étant plutôt éloignés de l’Histoire, s’efforcent de me conseiller et d’entretenir chez moi le désir de poursuivre ma recherche.


Damien FRANCHINI

Mon champ d'étude débute à la Révolution française puis s'étend tout au long de la première partie du XIXème siècle. Etant originaire de Toulouse, je fus particulièrement et naturellement attiré vers l'histoire régionale du Sud-ouest durant cette période ce qui explique ma thématique de recherche, à savoir les troubles en Ariège de 1789 à la Révolution de 1848.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.