Histoire immédiate, recul suffisant ?

Photographie de vieilles lettres en écriture manuscrite, plateforme Pixabay, licence Creative Commons

Dans le cadre de mon travail de recherche, les archives sont tout simplement…inexistantes ! Mon sujet traite de la fin de la guerre froide jusqu’à nos jours. Pendant les vingt dernières années, aucun archive n’a été mise à disposition. Alors, comment effectuer un travail de recherche sans archives ? La réponse est plus facile qu’on ne le croit.

Dès ma première année de master, j’ai très vite fait face à un problème peu commun en recherche : l’absence d’archives. La géopolitique arctique découle des enjeux contemporains, et représente un sujet d’étude récent. Au vu des différents aspects plus passionnants les uns que les autres, j’ai décidé de me fixer sur une période de vingt ans, de la chute de l’URSS à nos jours. De cette manière, l’accès aux archives nationales m’est devenu impossible. Certaines personnes auraient du mal à déceler le côté historien de mon travail, au vu du caractère contemporain des éléments étudiés. Revenons donc à l’étymologie grecque du mot « histoire » : l’istoria, c’est « ce que l’on sait pour avoir été témoin », rappelle Jean-François Soulet, ancien professeur d’histoire contemporaine à l’université Toulouse II. Il fallait donc, à l’origine, être contemporain des faits étudiés pour en avoir une approche plus riche. Loin de moi l’idée de dénigrer l’histoire ancienne, chaque type d’histoire possède des contraintes. Par ailleurs, Voltaire affirmait dans son Dictionnaire philosophique : « Les fondements de toute histoire sont les récits des pères aux enfants, transmis ensuite d’une génération à une autre ; ils ne sont tout au plus que probables dans leur origine, quand ils ne choquent point le sens commun, et ils perdent un degré de probabilité à chaque génération. Avec le temps, la fable se grossit et la vérité se perd ». Les archives ne représentent donc pas forcément la solution à tout, bien au contraire.

Quand on me dit que mon travail n’a pas de valeur historique (source : giphy)

Internet est ton ami !

Malgré l’absence d’archives, l’accès aux sources permis par mon sujet reste le même, et se voit même décuplé. Aujourd’hui, tout est disponible en ligne : que ce soient les programmes nationaux, les documents officiels des organisations internationales ou bien des peuples indigènes, il est très facile d’accéder aux dossiers importants pour comprendre la géopolitique arctique. Il est d’ailleurs intéressant de souligner que l’accès à ces documents est bien plus facile que pour des sujets plus anciens d’histoire moderne ou médiévale. Je n’ai donc pas accès aux archives, mais les possibilités offertes par l’Internet sont, sans aucune exagération, quasi infinies.

 

Finie la prise de photos dans le labyrinthe des archives ! (source Google Images, Creative Commons)

La question du recul

Car outre les sources, les articles et livres académiques ne manquent pas. De nombreux géopolitologues, juristes et spécialistes des relations internationales ont analysé les dynamiques récentes de coopération entre les pays de l’Arctique, leur cadre et leurs contraintes. Les articles journalistiques permettent de venir compléter cette base déjà solide, mais sont à prendre avec des pincettes. En effet, les journaux peuvent recourir au sensationnalisme, à l’aide d’accroches ou d’affirmations qui ne reflètent pas du tout la réalité. Il est donc important de rester prudent dans l’approche de ces articles. C’est pour cette raison que j’ai choisi de me baser sur un blog du journal Le Monde, et sur des articles du Monde diplomatique, qui s’éloignent un peu du journalisme à tirage quotidien, et possèdent – à mon sens  – plus de recul.

L’une de mes sources de choix pour éviter les pièges de la recherche contemporaine (numérisation, libre de droits)

Les livres qui traitent de l’Arctique représentent les éléments essentiels de ma démarche de recherche, puisqu’ils accueillent une étude approfondie de la région et de ses enjeux. Ma dernière trouvaille récente réside dans Mers et passages arctiques – Géopolitique d’une région en mutation, source bibliographique dirigée par Frédéric Lasserre, chercheur à l’Université du Québec, dans laquelle de nombreux aspects de l’Arctique sont explorés. Il est possible de retrouver entre autres : une explication détaillée des passages du Nord-Ouest et Nord-Est et de leurs enjeux, la politique maritime du Canada, les dynamiques de protection des peuples indigènes… Autant d’éléments singuliers qui, pris collectivement, permettent une approche globale et détaillée de la géopolitique arctique.

Chaque document ne représente qu’un détail de l’histoire de ma recherche. Pourtant, prises collectivement, les sources d’inspiration de la rédaction de mon mémoire permettent de reconstruire le puzzle qui se compose d’Etats, organisations internationales, contraintes et enjeux contemporains. Au fond, quoi de plus stimulant qu’une mine inépuisable d’informations ?

Crédits image à la une : sous-marin émergeant des eaux arctiques, plateforme Pixabay, licence Creative Commons


Simon Lesénéchal

M2 recherche histoire (patrimoine de l'aéronautique), Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search