L’art de devenir chercheuse, ou presque.

John Lavery, Miss Auras, 1900, cc wikipédia

Qu’est ce que la recherche universitaire en master 2 d’histoire ? Comment imprègne-t-elle mon quotidien ? De quelle façon cette exigence universitaire s’articule-t-elle aux autres aspects de mon quotidien ? Bien que je ne sois pas certaine de pouvoir répondre à l’ensemble de ces questions, je peux prudemment commencer par dire que faire de la recherche est loin d’être une mince affaire et nécessite une sacré organisation ! Mêler constance dans le travail, repos/activités nécessaires à la santé mentale (oui j’essaye de ne pas devenir folle face à mes livres), travail salarié et militantisme à de quoi rendre mon emploi du temps hebdomadaire parfois un peu trop imposant.

A la recherche d’une certaine constance

Dans un monde idéal mon emploi du temps serait parfaitement fixé ainsi que mes heures de travail, malheureusement il n’en est rien. Alors oui, j’ai bien quelques horaires fixes. Le mardi de 10h à 18h je me rend au lycée Ozenne où je suis surveillante, et il en est de même le jeudi de 7h45 à 17h45. Ces deux journées sont lourdes et bien souvent le mardi et le jeudi ne sont donc pas synonyme d’avancés cruciales dans mon travail universitaire. Le vendredi, et parfois le mercredi, c’est au tour du tutorat que je donne à des étudiants de L1. A cela, se rajoute les cours, et enfin les séminaires et les réunions syndicales de l’UET dont les dates sont fluctuantes. Autant dire, qu’il ne me reste pas d’immenses plages horaires pour organiser ma recherche.

CC giphy

Ceci dit, la tâche n’est pas non plus insurmontable ! J’essaye au maximum d’être constante dans mon travail, et donc d’avancer dans mes lectures et analyses chaque semaine. En fonction de mon emploi du temps je consacre environ deux journées complètes à ma recherche (9h-17h environ), ainsi que diverses soirées studieuses. Ces moment consistent à lire ma bibliographie et à dépouiller mes sources en prenant mes notes sur ordinateur. Pour effectuer ce travail je préfère être seule chez moi plutôt que de travailler en groupe à la bibliothèque universitaire. Je sais bien que cette perspective peut paraître peu réjouissante, mais non je ne passe pas des journées déprimantes seule face à mes livres. Être chez moi me permet d’être bien plus productive, dans un cadre agréable, de pouvoir travailler depuis mon lit ou mon bureau, de boire des litres de thé et même de manger en fichant mes sources, quel bonheur ! Bon, c’est vrai que tout n’est pas non plus rose, il faut dire que la procrastination rôde. Cela ne m’empêche pas complètement de travailler mais j’ai tendance à un peu trop relativiser mes échéances. Une autre donnée est le fait de faire passer d’autres exigences avant le travail universitaire. Ces écarts ne me sont pas fatals mais encore une fois il me faut être constante pour éviter de trop m’égarer.

 Faire de la recherche sans passer pour une extraterrestre

Mon quotidien de chercheuse en herbe fait bien sûr que je côtoie d’autres apprentis historiens mais mon entourage est un peu plus divers que ça, ce qui implique une explication de mon sujet ou tout simplement de ce qu’est un mémoire de recherche. Les réactions sont alors diverses, il y a les autres étudiants qui comprennent de quoi il s’agit sans se préoccuper outre mesure de l’histoire et sont parfois intéressés, ainsi que le reste de mes proches. Certains sont réceptifs à mon travail et fiers de mon parcours (alias mes parents), d’autres ne comprennent pas vraiment l’intérêt d’étudier le passé. De façon générale, mon sujet a quand même souvent le mérite de provoquer une certaine discussion. Les gens sont interpellés et me posent donc diverses questions sur la noblesse à l’époque contemporaine, sur ses modalités d’existence, ce qui me donne l’occasion d’échanger et d’avoir diverses conversations intéressantes. Je me suis même rendue compte, que dans mon entourage deux personnes sont issues de familles nobles qui ont plus ou moins perdu une certaine conscience d’appartenir à la noblesse.

Moi rendant ma recherche visible sur le web. Giphy CC

M’enfin, il reste vrai que quand j’annonce  faire de la recherche en histoire les gens me voient un peu comme une extraterrestre,  qui s’intéresse à des choses un peu inutiles et perd un peu trop de temps à lire des livres. La plupart du temps j’évite de rentrer dans des détails trop théoriques et finalement assez peu intéressant pour des personnes qui se préoccupent peu de l’histoire. Néanmoins, je fais un effort de vulgarisation de ma recherche et plus largement de mon champ de recherche, cela me semble essentiel pour pouvoir dialoguer de façon constructive, ce qui est un apport non négligeable en terme de stimulation intellectuelle. En dehors de mon cercle d’amis et de ma famille je dois avouer que je ne fais pas vraiment d’efforts particuliers pour faire la promotion de ma recherche. De façon générale, j’utilise assez peu les réseaux les réseaux sociaux et j’ai d’autant moins le réflexe  de m’en servir pour cela.  Pour entrer en contact avec des chercheurs et chercheuses pouvant m’aider je reste assez classique en utilisant les mails. Ces billets de blog sont au fond le seul moyen par lequel ma recherche est rendue visible. Il s’agit peut-être d’une lacune, mais dans la mesure ou je ne souhaite pas forcément poursuivre dans le monde de la recherche je n’y vois pas une nécessité immédiate même si j’ai conscience des possibles avantages. J’ai pour l’instant plutôt tendance à rester dans mon monde, entre livres, thé et petites satisfactions lors de trouvailles intéressantes, sans faire grand cas du reste.

 

Crédits de l’image mise en avant : CC pixabay


Lola Latcher

Je suis actuellement étudiante en master 2 d'histoire contemporaine à l'université Toulouse Jean Jaurès après avoir fait deux années de prépa lettres supérieures Ulm (option géographie puis philosophie) au lycée Pierre de Fermat et une L3 d'histoire à la sorbonne (Paris IV). Je m'intéresse particulièrement aux questions liées à la noblesse au XIXe et XXe siècles et travaille sous la direction de Catherine Valenti.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *