Mais que fait l’historien de ses journées?

CC: Px here

« T’es en histoire ? Ah ça va, tu ne dois pas trop crouler sur travail ! » Retour sur un cliché qui colle inlassablement aux bottes des apprentis historiens. Un petit aperçu du quotidien des élèves en Master révèle qu’un Master en histoire, sans être l’usine, nécessite un minimum de boulot.

Le plus difficile à gérer pour l’étudiant en histoire, c’est l’emploi du temps très peu chargé. Il faut savoir travailler sans contraintes, mettre le réveil alors que rien ne vous y oblige, trouver un rythme alors que vos semaines en manquent énormément.

Une question de rythme

Il faut savoir trouver la bonne cadence pour un marathon qui dure plusieurs mois : de septembre à juin. Pour cela, rien ne sert de courir, mieux vaut partir à point. Lancer toutes ses forces dès les premières semaines, c’est risquer la déchirure musculaire. Il faut gérer ses efforts, prendre peu à peu le rythme et monter en gamme.

A l’inverse, ne pas prendre le départ peut également s’avérer très périlleux. Huit mois, ça a beau être long, ça peut aussi passer très vite si l’on ne sait pas sortir du cercle pervers télévision, sorties et réveils à quatorze heures. Nous en avons connu plus d’un qui émergeaient au mois de mai, il était alors trop tard.

Trouver le bon rythme donc, ne pas être celui qui part tête baissée puis qui finit par se faire dépasser par le peloton ; mais ne pas non plus être celui qui reste à quais sans ne jamais voir la ligne d’arrivée.

Quel est le bon rythme ? Il n’y a malheureusement pas de réponse universelle à cette question. Il y autant de rythmes qu’il y a de chercheurs.

Je peine à croire que beaucoup d’élèves de ma classe de Master mettent le réveil à six heures du matin le vendredi matin. J’envisage à peine que certains complètent leur bibliographie à vingt-trois heures un samedi soir.

Hélas, guère de Stakhanov dans nos rangs. Pas que je le sache du moins, les apparences sont parfois trompeuses.

Le tout est de réussir à travailler régulièrement, de ne jamais lâcher le fil, d’apporter quotidiennement une pierre à l’édifice. En travaillant un peu chaque jour (allez, disons du lundi au mardi) aucun doute, votre mémoire sera dans le casier de votre professeur référant fin juin.

Le bureau de l’historien. CC: Flickr

Les lieux de l’effort

L’apprenti chercheur ne connait ni l’usine, ni l’open-space. Tout juste fréquente-t-il parfois les bibliothèques. Pour ma part, je préfère travailler à domicile où je trouve un meilleur environnement propice à la concentration. J’évite ainsi les bavardages, le va-et-vient des étudiants en licence et la résonnance des sonneries d’IPhone. Je leur préfère le calme de mon logis, parfois agrémenté d’un peu de musique.

De plus, j’ai chez moi tout le matériel nécessaire : les livres empruntés à la bibliothèque mais aussi mes nombreuses notes sur les ouvrages que j’ai épluchés depuis le début du Master I. Rester chez soi permet de ne pas avoir à tout transporter au quotidien.

Mais le mémoire ne se fait pas uniquement lorsque le chercheur rédige, lit ou annote. Une grande partie de la réflexion a lieu lors de moments bien plus anodins. Plus la date de remise du mémoire approche, plus les pensées du chercheur se consacrent en grande partie à son sujet. Ainsi, les idées, les réflexions peuvent surgir sous la douche, dans le métro ou en dînant. C’est pourquoi il est difficile de délimiter précisément les horaires de travail du chercheur. Il travaille en réalité plus qu’il ne le parait, ses thèmes le suivant parfois jusque dans ses rêves.

CC image à la une: pixabay


Louis Bousquet

Élève en Master 1 d'histoire, je travaille sur la réception de l'oeuvre de la "beat generation" en France.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *