Du bac scientifique au concile Vatican II

Phénix renaissant de ses cendres. CC, Pixabay Lysons_editions

Un parcours universitaire discontinu, un peu atypique mais somme toute assez « classique ». Un cursus un peu inattendu, mais que je connais bien, puisque c’est le mien. C’est celui-ci que je vais retracer ici.

Ce parcours universitaire s’inscrit dans un projet professionnel qui avait besoin de mûrir et qui a donc mis un peu de temps à se dessiner. Mais je ne regrette aucunement ce parcours qui m’a offert et m’offre beaucoup de joie. J’y trouvé ma voie.

Un parcours universitaire discontinu

Après avoir obtenu un Bac scientifique en 2011 je me suis tout naturellement orienté vers…. une licence d’histoire. Après tout, quoi de plus normal que de s’intéresser aux sciences humaines et sociales quand on a fait un Bac S. Cette licence a été perturbée par quelques ennuis de santé. Mais une fois cette licence en poche, en 2015, je décide de m’inscrire en Master de recherche en histoire moderne et contemporaine.

Giphy

Ma première année est alors de nouveau perturbée par mes problèmes de santé qui m’obligent à recommencer mon M1 (Master 1) l’année suivante. Mon directeur de recherche, Philippe Foro, accepte de me reprendre pour ma deuxième année de M1 (oui oui, je sais … ça commence à devenir compliqué) pour pouvoir mener à bien mes recherches sur le concile Vatican II et l’œcuménisme dans le Tarn. En juillet 2017, je valide, enfin, mon M1 et je peux alors me consacrer à la préparation de mon Master 2.

C’est donc un parcours universitaire quelque peu chaotique qui m’a mené jusqu’à cette année de M2. Mais c’est aussi un cursus enrichissant qui m’a permis de m’intéresser à différentes manières d’aborder l’histoire et à différents sujets. Si j’ai choisi de traiter un sujet d’histoire religieuse contemporaine pour mon Master, mon intérêt se porte aussi sur le période moderne et sur l’histoire politique et internationale. Certains enseignements reçus sur ces sujets au cours de ce cursus et certains enseignants ne sont pas étrangers à cet intérêt.

A concile dit « œcuménique », naissance d’une conscience œcuménique ?

Mon sujet de M2 est le même que celui de M1, à savoir : « Application et réception du concile Vatican II dans le Tarn : l’œcuménisme ». Après avoir étudié l’œcuménisme dans le Tarn entre 1958 et la fin du concile Vatican II, en 1965, j’entends élargir la période étudiée jusqu’à la fin des années 1960/début des années 1970. Mon mémoire de M1 s’est avant tout tourné vers la pratique catholique de l’œcuménisme, c’est pourquoi je souhaite maintenant aussi m’intéresser à la dimension protestante de mon sujet tout en approfondissant l’attitude catholique.

Le choix de ce sujet est le fruit d’une maturation. À travers certaines discussions avec des amis et à travers la médiatisation de la célébration des 50 ans du concile Vatican II, j’ai eu l’impression que le concile avait, sinon changé, tout du moins fait évoluer certains éléments du catholicisme. C’est donc par curiosité que je me suis intéressé à ce sujet. Je savais également que je voulais travailler sur le Tarn, mon département d’origine, ou sur la Haute-Garonne. En 3ème année de licence, pour un cours, je devais réaliser une « étude de faisabilité ». J’ai alors pris conscience que traiter l’ensemble des sujets abordés par le concile Vatican II était un travail trop large, trop vaste et trop long à faire en deux ans même en le réduisant à un département en particulier. De plus, il n’était pas certain que les archives me permettraient de traiter efficacement tous les thèmes. C’est pourquoi avec mon directeur de recherche, nous avons essayé de trouver un thème sur lequel centrer mon étude. Très vite, l’œcuménisme dans le Tarn (département propice à une étude des relations entre catholiques et protestants) est apparu comme étant le thème idéal.

Pragmatisme oblige, pas de planning précis de travail

C’est probablement un de mes défauts mais je me fixe rarement un planning de travail précis (en dehors de révisions en cas d’examen). Mon rythme de travail est fluctuant et dépend des réponses que j’aurai à mes différentes demandes de contact. En effet, connaissant très mal les archives protestantes j’attends des réponses de cette communauté pour commencer mes recherches. De même, travaillant à l’aide de témoignages oraux il m’est obligé de m’adapter aux disponibilités de mes interlocuteurs.

D’ici fin janvier-début février 2018, j’aimerai dans l’idéal avoir fini d’étudier les sources catholiques (exceptés les témoignages). Quant au mémoire de M2, j’espère pouvoir commencer la rédaction au début du mois de mai 2018. Cependant, je ne me fais pas trop d’illusions, il est bien rare que les plans initiaux soient respectés.

Un projet professionnel difficile

Faire un Master de recherche en histoire n’était pas une évidence à la sortie du bac. Avant même de m’inscrire en licence d’histoire grâce au, maintenant fameux, site APB, je pensais faire du journalisme. Finalement pour différentes raison, l’histoire, une de mes passions, m’a détourné de ce chemin. Une fois entré en licence, je ne pensais pas faire de la recherche mais de l’enseignement. Je me souviens avoir dit à un de mes enseignants de lycée que j’ai retrouvé durant ma première année de licence que je ne m’imaginais pas faire de la recherche, que je ne me voyais pas brasser des tas de papiers poussiéreux. Et pourtant … Et pourtant, c’est bien de la recherche que je fais aujourd’hui. La faute revient à mes enseignants de licence qui m’ont donné le goût de la curiosité, de la réflexion, de l’ambition de chercher soi-même et d’essayer de comprendre soi-même. C’est aussi la faute à la maturation de mon sujet de recherche en 3ème année de licence. En effet, j’avais à cœur de pouvoir aller au bout de ce projet, de cet intérêt pour le concile Vatican II. Mais loin d’être un projet temporaire la recherche historique est devenue un projet professionnel. J’entends allier la recherche et l’enseignement, en devenant enseignant-chercheur. Cela implique donc de suivre des étapes : le redoutable concours de l’agrégation, doctorat, … Cependant, ces concours et ces diplômes sont loin de garantir une réussite professionnelle, les débouchés étant peu nombreux. Comme le dit le proverbe « à cœur vaillant rien d’impossible ».

Crédit image à la Une : CC, Flickr Pascal Cojean Photography.


Guillaume Meunier

Actuellement étudiant en Master 2 Histoire, civilisations et patrimoine, je poursuis, sous la direction de Philippe Foro, mes recherches entaméees en M1 sur l'application et la réception du concile Vatican II dans le Tarn autour de la question de l’œcuménisme.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.