Embarquement dans le microcosme de la recherche

Tout se déroule sur ordinateur pour mon travail de mémoire – Tous droits réservés, Simon Lesénéchal

La recherche représente un travail de longue haleine, étendu sur deux ans dans le cadre de notre master. Il n’existe pas de recette miracle, chacun d’entre nous possèdant sa propre méthode pour parvenir à ses fins. La bibliothèque universitaire est notre meilleure amie et la procrastination, le piège à éviter.

Au départ, plonger dans le monde de la recherche n’est pas chose aisée. La licence ne nous habitue pas à un travail sur la durée, mais plutôt à un apprentissage, voire un bachotage pour les examens de fin de semestre. Il est facile d’être perdu en arrivant en première année de master. La mienne fut particulière, puisque j’ai eu la chance de partir un an en Norvège grâce à mon directeur de recherche Jean-Marc Olivier. Lors de cette année, le mémoire mettra du temps à se dessiner : la grande partie de ma rédaction aura lieu pendant les vacances d’été ! Il semble donc plus intéressant de prendre en exemple ma seconde année de master, puisque j’ai réussi à mener un travail sur la durée. Du moins, pour l’instant…

La « BU » comme centre de réflexion

Pour moi, difficile de travailler à la maison, je suis confronté à plusieurs éléments perturbateurs : ordinateur, séries TV, portable…autant de raisons et d’excuses pour retarder mon travail de recherche. Je préfère donc étudier à la bibliothèque universitaire de l’université Jean Jaurès, cadre plus propice au travail. J’étudie parfois seul, parfois en groupe. Tout dépend des camarades présents sur place, puisque ma productivité peut grandement varier selon mes voisins de table ! Seul, j’ai la garantie de travailler plus efficacement, ce qui me laisse très peu de chances de divaguer.

Le centre du savoir à l’université – Simon Lesénéchal, tous droits réservés

Quid de la méthode ?

Je me démarque de mes camarades sur ce cas de figure, pour la simple raison que mon sujet se situe en histoire immédiate. Je n’ai donc pas besoin de me déplacer aux archives, mes sources sont principalement disponibles sur Internet. Je ne recoure pas à la prise de note sur feuille ; toutes mes notes se trouvent directement sur mon ordinateur. J’utilise par moments des tableaux pour mettre en valeur mes données, et rendre ces dernières plus agréables à la lecture. Au sein du travail de recherche, il est très important de ne pas reporter des tâches au lendemain. Le mémoire constitue un travail sur la durée, des reports successifs peuvent s’avérer piégeux, puisqu’ils impactent directement la recherche et la qualité finale de notre travail. Ce qui était pour moi devenu une habitude en licence est désormais un défaut à éviter au maximum en master. L’important est de se concentrer sur sa tâche et mettre à l’écart les sources de distraction.

Quelle portée externe ?

Hors de mes collègues historiens, je ne parle pas de mon mémoire à beaucoup de personnes. Je considère que ce travail demeure relatif à mes études, je m’épanche donc peu sur le sujet avec mes amis. J’aime faire part des avancées à mes proches, et expliquer quelles en sont les principales problématiques. Ma famille est très intéressée par la démarche de recherche. Mais certains de mes camarades externes à l’histoire n’en voient pas l’utilité au niveau des débouchés professionnels. Mon entourage est cependant unanime sur l’intérêt de ce travail et de l’histoire en général : connaissance du passé,  compréhension du présent, analyse des nouvelles problématiques contemporaines…

Il me faudrait mettre plus en avant ma recherche par rapport aux sites spécialisés comme Academia. Toutefois, je ne considère pas que mon travail est assez poussé pour le partager sur les réseaux sociaux. Je souhaite d’abord me consacrer à mon mémoire, puis voir s’il est judicieux de le partager sur certaines plateformes lorsque je l’aurai terminé. Pour le moment, j’en suis encore loin, je retourne donc travailler en élève assidu que je suis.

Image personnelle – Tous droits réservés, Simon Lesénéchal

Crédits image à la une : NASA-Imagery, plateforme Pixabay, licence Creative Commons


Simon Lesénéchal

M2 recherche histoire (patrimoine de l'aéronautique), Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search