« Soyons fous, je reste jusqu’à 19h ! »

CC – Pixabay – StockSnap

Si il y a deux ans je vous avais dit « un jour, je passerai plus de temps à la BU qu’en cours ou que chez moi » vous auriez ri. Et moi aussi.

Et pourtant, ce jour est bel et bien arrivé, depuis quelques mois la Bibliothèque Universitaire (BU pour les intimes) me voit plus que mon lit. Je vous propose un petit retour sur le quotidien d’une apprentie chercheuse.

La BU, cet endroit magique

Au début du semestre, à la fin des vacances, notre cerveau est encore embrumé par un été plus ou moins studieux, plus ou moins festif, plus ou moins productif. Il reste un ancien souvenir du chemin de la BU, appris lors de la rédaction, mais tout est fait pour ne pas y retourner immédiatement. On cherche d’autres choses à faire. Pour ma part, c’est aux archives que j’ai repris petit à petit l’habitude de me lever, de travailler sur mon sujet. Puis milieu de semestre, plus le choix, il est temps de s’y remettre sérieusement !

NOTRE emplacement !

En règle générale, j’arrive entre 9h et 10h à la BU et j’y reste jusqu’à 17h si je dois partir travailler, ou jusqu’à 19h quand je suis vraiment motivée. À force d’y aller, nous sommes quelques-uns de la promo à y avoir pris nos quartiers : côté histoire, tout au fond, près de la baie vitrée, c’est notre place ! Malheur à ceux qui piquent notre table ! Et malheur aux autres étudiants lorsque nous venons à plusieurs : si un de notre groupe se dissipe et arrive à entraîner les autres avec lui, c’est le bordel (chuchoté bien sûr) assuré ! Mais une fois l’habitude de travailler en groupe prise, il devient très difficile de bosser seul,  on ressent comme un sentiment d’abandon. Un groupe de travail, c’est comme les Mousquetaires : chacun sa force, chacun son humour, mais Un pour Tous, Tous pour Un !

De bonnes conditions de travail

Première chose à faire lorsqu’on arrive : vider son sac. C’est toujours le même contenu, cahier, trousse, ordinateur, feuilles parfois un livre ou deux à rendre. J’étale tout sur ma table comme marque de territoire « gare à celui qui voudra me faire bouger mes affaires ! ».Suivant les jours, suivant mon humeur, suivant les gens qui sont là, je travaille sur diverses choses. Une fois sur mes archives, une autre sur les bases de données (arrachage de cheveux garanti) ou bien je tente d’écrire ces billets de blog ou de travailler sur des tâches à rendre pour le master. Lorsque il n’y a pas de rapport avec ma recherche je suis plus encline à râler dessus, tout comme mes compagnons de BU. Nous aimons beaucoup râler ensemble, ça rapproche, ça forme des liens !

Wikimedia Commons – The Three Musketeers (1921)

Râler nous permet également de parler de nos recherches. Nous sommes un groupe, plus ou moins gros suivant les jours, assez hétéroclite : Recherche Histoire, Recherche Histoire de l’art, ex Recherche, Master MEEF, etc. Tout le  monde est le bienvenu. Il y a un avantage à se côtoyer régulièrement : même les non-chercheurs savent où nous en sommes dans l’avancée de notre mémoire. Chacun dit sa manière de faire, donnant des conseils, encourageant lors des périodes de mou. Nous vivons dans le même monde, nous sommes tous devenus des rats de bibliothèque ! Nous connaissons les sujets des uns et des autres, ce qui nous permet de nous en parler régulièrement.

Faire de la recherche nécessite de s’aérer l’esprit, de se voir en dehors de la BU afin de ne pas exploser. Voilà pourquoi nous nous donnons parfois rendez vous dans des bars toulousains. Et si nous sommes le soir  du Quizz, bon courage aux autres participants ! Maintenant nous sommes capables de survoler la partie Culture Générale !

Communiquer avec des non-initiés

Parfois il m’arrive de tenter d’expliquer ce que je fais à d’autres gens, d’autres groupes d’amis qui ne font pas parti de la Fac. Je fais passer le tout sur une pointe d’humour en mettant en avant les repas que j’étudie (la bouffe ça plait à tout le monde !). Certains s’amusent même à tenter d’expliquer mon sujet aux nouvelles personnes que je rencontre, c’est devenu un challenge pour eux ! Et c’est un très bon exercice pour moi puisque ça me permet de voir si j’en parle de façon compréhensive ou pas du tout.

Être en recherche m’a fait découvrir une nouvelle sorte de fatigue : la fatigue intellectuelle. Nous passons nos journées sur nos livres/fiches/ordinateurs, notre cerveau est rempli de toutes sortes d’informations, il ne faut en oublier aucune ! Nous avons peu de cours : 8h dans la semaine. Mais chacun d’entre eux nous demande une concentration et des travaux à travailler/rendre. Réussir à tout faire dans les temps, sans laisser de côté notre recherche, voilà le challenge de ce semestre !

Notre pire ennemie : la procrastination !

Lors des moments de rush nous sommes tentés d’abandonner, de nous cacher sous notre couette, devant une série, tout en mangeant du chocolat. Mais la procrastination ne doit pas nous atteindre ! Noyade assurée ! Parfois, il m’arrive de ne pas vouloir procrastiner, mais face à la montagne de choses à faire, certains devoirs passent aux oubliettes. Comme ce billet de blog, le premier de la saison qui ne sera pas écrit dans les temps… Un jour, qui sait, je tiendrai une To Do List qui me sera vraiment utile !

On me demande parfois si j’expose mes recherches sur internet. Mais à part ces billets de blog et notre publication sur Twitter, je n’en parle pas sur le Web. Pour moi, la recherche reste quand même très personnel, il m’est difficile d’en parler au grand public et encore plus à des internautes. Voilà pourquoi, à l’ère du numérique, j’affirme ne pas utiliser le web pour divulguer mes recherches. Et sauf changement drastique de projet d’avenir, je ne pense pas utiliser Internet comme moyen de divulgation et de vulgarisation !

Un quotidien de chercheur se résume donc très facilement : Cours, BU, archives, BU, cours, BU, sorties, BU, BU. Mais ne vous inquiétez pas trop, je commence à y être habituée ! Me reste plus qu’à savoir classer mes notes…

 

Crédit Image à la Une : BUC de l’Université Jean Jaurès pendant une bonne journée d’hiver – Juliette Berthier

 


Juliette Berthier

Etudiante en Master 2 recherche, j'étudie les visiteurs des Capitouls à l'époque Moderne sous la direction de Sylvie Mouysset.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/12/2017

    […] de la réflexion sur le billet précédent, s’est posé la question de la procrastination. Un défaut très présent chez moi mais que […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.