Procrastiner « en boucles »

Savoir partager son temps ?
CC Christophe Pinot, Wikimédia

Ma gestion discutable du temps a été brièvement évoquée au cours de billets précédents. Si elles constituent deux moments majeurs de la vie d’un mémoire, l’écriture et la recherche de sources n’occupent pas l’intégralité du quotidien d’un étudiant en master. Cours, discussions, lectures, analyse mais aussi temps morts sont essentiels au développemement de la réflexion. Le temps accordé à la recherche fluctue ainsi, en raison d’impératifs mais aussi de la motivation.

Un facteur qui me fait régulièrement défaut, d’autant que moins l’on passe de temps sur son mémoire, moins l’on a envie de s’y remettre. Ma capacité non négligeable à tout repousser à plus tard n’y est pas étrangère. Conscient du second semestre difficile qui m’attend en continuant de la sorte, je fais néanmoins en sorte de rester au maximum en contact avec mon sujet ou au moins avec la recherche académique.

« Et c’est le temps qui court, court… »

Il peut parfois se passer quelques jours sans que je ne touche à mon mémoire, et souvent sans y prêter garde. On tient là sans doute mon défaut le plus important dans la recherche. Incapable de mettre en place un planning de travail et de m’y tenir, je me perds souvent dans tout un tas d’autres préoccupations, avant de paniquer face au calendrier. Le problème n’est pas tellement de toujours tout remettre à demain volontairement, par flemme ou en déviant sur Internet (sans prétendre, bien entendu, ne pas être victime d’un tel phénomène). Non, il s’agit d’autre chose. De minutes qui se dissolvent, d’heures qui filent, de jours qui passent, comme dans un sommeil, avec au réveil la désagréable sensation de n’avoir guère de souvenirs, de n’avoir rien fait.

Pour autant, l’évocation de mon sujet n’est pas devenu un prétexte de fuite lors de discussions avec mes amis ou d’autres étudiants. Si je me sens plus gêné que d’ordinaire (j’ai toujours été atteint du syndrome de l’imposteur), je garde assez d’éléments en tête pour tenir une conversation, qui me permet parfois même de développer plus facilement ma pensée et mon but. Le plus frustrant est alors de ne pas pouvoir sortir de quoi noter, au fil de mes paroles et des questions de mon interlocuteur, les pistes et les questions que j’aurais oubliées de retour à mon bureau. J’en profite en revanche pour me rebooster question envie, afin d’avoir de nouvelles choses à dire lors d’une prochaine rencontre.

Partager la solitude

En dépit de mes problèmes avec le temps, j’essaie de travailler régulièrement. Comme je l’ai dit dans un article précédent, je n’ai pas de préférence en terme d’environnement de travail. Quand je parviens à me concentrer, que la motivation ou la pression de la date sont au rendez-vous, j’ai une capacité d’abattage qui me fait à la fois regretter de ne pas avoir commencé plus tôt et relativiser mon retard (vous sentez venir le cercle vicieux ?). Depuis le second semestre de M1, j’essaie toutefois d’aller de plus en plus à la BUC, avec un double objectif. D’abord, le lieu relativement calme est propice au travail et à la concentration. Sachant que je suis du genre à abandonner toute forme de sérieux quand mes amis sont dans les parages, la stratégie est vite payante. Ensuite, il s’agit d’une occasion idéale pour sociabiliser un peu avec mes camarades de Master, qui n’ont pas vécu leur Licence en même temps que moi. Au-delà d’une intégration que je n’ai pas si souvent eu au cours de ma scolarité, le fait de savoir que je ne suis pas seul à éprouver des difficultés ramer soulage un peu ma culpabilité et mon inquiétude.

Une direction pas assez prise dans ma vie
CC Silvae, Bibliobsession

Notre travail est solitaire, mais il est plus facile d’en partager les peines car nous vivons tous les mêmes. Impossible pour moi d’en parler avec ma famille : je n’ai que peu de contacts et j’en suis le seul diplômé. De plus, la majeure partie de mes amis sont en licence, qui implique une autre idée du travail et de l’investissement. Garder une cohésion et une solidarité au sein de la promotion me semble donc nécessaire afin d’avoir un cadre où l’on peut se lâcher et se réconforter un peu.

Faire ma recherche

En dehors des créneaux à la BUC, qui se situent souvent sur des morceaux d’après-midi, je travaille majoritairement chez moi, sur un bureau que j’ai voulu suffisament grand pour accueillir bazar, ordinateur, tablette et notes. Capable de travailler jusqu’à une heure avancée de la nuit, je dépouille et analyse mes sources en mode automatique, mais prêt à relever la moindre incohérence ou question nouvelle. Les tableurs Excel donneront bientôt, je l’espère, une base de données à même de faire avancer ma réflexion, en attendant de retravailler la cartographie durant les vacances de Noël. Je note toute idée à approfondir dans mon petit carnet noir, dans l’attente d’en avoir fini avec le dépouillement systématique pour la vérifier.

« Et c’est quoi ton sujet ? Tu veux faire prof ? » pour la 4e fois de la soirée

Souvent objet de curiosité, l’étudiant en master recherche est bombardé de questions à chaque soirée ou presque. Aussi étonnant que cela puisse paraître, mon sujet semble intéresser un peu partout. Il m’est même arrivé de passer près de 2h à en parler, chiffres et questionnements à l’appui, avec des étudiants en médecine. Mes trouvailles, quelques fois immortalisées sur Twitter, ressortent de manière amusante dans la bouche de mes amis. Toutefois, auprès d’étudiants issus d’autres disciplines, reste souvent la question (le plus souvent non-moqueuse, les autres historiens sont là pour ça) de l’utilité et des débouchés. Question légitime à laquelle la seule curiosité ne peut pas répondre…

Crédits Image à la Une : CC Dick Jensen, Flickr


Xavier Regnier

Etudiant en Master 2 à l'Université Toulouse Jean Jaurès

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search