La recherche : un bon moyen pour apprendre à se connaître

L’avantage de la recherche est que tout dépend uniquement de soi. Cela engendre une grande part de responsabilité, mais cela permet aussi d’ouvrir assez loin le champ des possibles. J’ai pu choisir mon propre rythme de travail et ma propre méthode. Néanmoins, cela n’a pas toujours été facile. Souvent seule, face à soi même, il est difficile d’avancer. Mais c’est aussi dans ces moments-là que l’on comprend quion est.

Retour sur ma découverte de la recherche : un bon moyen pour comprendre sa manière de travailler.

Difficile de s’y mettre…

Au début de l’année dernière, j’ai eu beaucoup de mal à m’organiser. Néanmoins, comme ma directrice de recherche, Natacha Laurent, m’avait conseillé de me rendre deux à trois fois par semaine à la cinémathèque, je m’y suis tenue. J’ai pu également réaliser ma bibliographie pendant mes heures de travail lorsque je n’étais pas dérangée. En effet, je travaille à la bibliothèque universitaire du Mirail, ce qui a été souvent très pratique. J’ai pu avancer lorsque j’étais en accueil et que personne ne venait me demander un renseignement. Mais lorsqu’il a fallu commencer la rédaction, je me suis retrouvée face à moi-même et j’ai passé mon temps à repousser l’écriture.

C’est alors que j’ai compris comment je fonctionne. Il faut dans la grande majorité des cas que je travaille dans une bibliothèque sinon j’ai tendance à rêvasser et à faire tout sauf le mémoire. Cependant, j’ai du mal à me lever et à me motiver pour me rendre à la fac. J’ai donc décidé de mettre mes heures pour travailler à la BUC le matin pour me forcer à être en avance. À partir de là, il n’est pas difficile pour moi de rester assez tard à la bibliothèque. J’y reste l’après-midi et je me force à avancer sur mon mémoire.

Savoir s’organiser

Mais s’il a été difficile pour moi de prendre un bon rythme de travail, il ne m’a pas été très compliqué de trouver ma méthode. J’ai décidé de faire suivre avec moi un carnet de bord où j’inscris des idées de réflexion, des remarques, des idées importantes prises de bouquins ou trouver dans des sources. À côté de ce carnet, je réalise bien sûr des prises de notes plus abouties (fiche de lecture, source), mais mon carnet est vraiment l’outil sur lequel je me repose.

J’ai également réalisé un agenda adapté à mes besoins. En effet, comme j’aime bien avoir pas mal de place pour dire ce que je dois faire dans la journée, et une case pour écrire ce que je dois réaliser dans la semaine, je me suis customiser un petit carnet qui me suit également partout. J’y ai ajouté des pages destinées à des listes (travail à faire, création à réaliser, livres à lire, films à voir…) pour m’éviter de m’éparpiller.

Lorsque je travaille à la BUC, j’ai le plus souvent avec moi les principaux ouvrages dont j’ai besoin. Je me réfère alors à la bibliographie que j’avais faite l’année dernière où j’avais inscrit les cotes des bouquins des bibliothèques de la BUC, du CROG et de l’UT1. Lorsque je travaille, j’ai souvent plusieurs livres autour de moi. Je me sers rarement de tous, mais ça me rassure de les avoir près de moi au cas où j’en aurais besoin.

Être accompagnée ou faire cavalier seul ?

La recherche est un travail de solitude et c’est parfois difficile à vivre. Pour pallier ce manque, je travaille très souvent en groupe (avec ceux de la promo et parfois ma sœur lorsqu’elle rentre sur Toulouse). Le fait d’être en groupe me permet de rester longtemps à la bibliothèque, mais j’ai néanmoins tendance à parler. Je pense donc que je devrais parfois m’isoler au moment de la rédaction pour rester plus longtemps concentrée.

Lorsque j’ai besoin de parler de mes recherches ou d’un conseil, je me tourne souvent vers Olivier et Adeline. J’ai quasiment réalisé tous mes exposés de licence avec Olivier, ce qui fait que l’on connaît tous les deux très bien notre manière de travailler. Il m’aide énormément. De même, Adeline est elle aussi dirigée par Natacha Laurent. On se pose souvent toutes les deux des questions sur n’importe quel sujet de notre travail. Une véritable complicité intellectuelle est en train de se créer entre nous. Je parle aussi de mes recherches à ma sœur qui est en train de préparer les concours de l’enseignement. Ayant déjà réalisé un mémoire d’histoire, elle me donne souvent des indications ou des pistes de recherche. Je parle aussi très souvent de mes recherches avec deux de mes meilleures amies : Lou et Élisa. Lou est en thèse en lettre moderne et travaille sur le cinéma. En plus de me soutenir, elle m’apporte beaucoup sur ma réflexion sur l’image. Élisa est au Celsa et a également réalisé un master d’histoire sur le journalisme. Elle m’apporte beaucoup sur ma réflexion sur la presse.

Si je parle assez régulièrement de mes recherches à mes amis, c’est rarement le cas pour ma famille. Je sais que cela pourrait les intéresser, mais lorsque je les vois ce n’est pas le sujet que j’ai envie d’aborder. Je pense que je préfère lorsque je suis avec eux me déconnecter de mes recherches. De même, je ne me sers pas souvent des réseaux sociaux pour véhiculer l’avancée de mes recherches. Vu l’état d’avancement de mon mémoire, je n’y vois pas pour l’instant un grand intérêt.

 

 

Image à la Une: CC, flickr, MANET Edouard, Devant le miroir, 1877.

 


Alexandra Nou

EtudiantE à l’Université Toulouse-II, inscrit en master 1 Histoire et Civilisations Moderne et Contemporaine, sous la direction de Mme Natacha Laurent, mes recherches portent sur la représentation des attentats de 1995 à la télévision. Avant mes études d'histoire, j'ai réalisé un BTS Audiovisuel, option montage-postproduction au lycée René Cassin à Bayonne-Biarritz.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *