Pérégrinations d’un jeune chercheur

Alex Proimos, Long Road to El Chalten, 2011. Wikimedia Commons (CC) Le long cheminement qui mène à la version finale du mémoire …

Le billet vient compléter le précédant qui s’articulait autour du traitement de nos sources. Quel quotidien pour un apprenti chercheur de Master 2 ? Si les années universitaires ne nous ont pas donné la science infuse, elles nous ont permis de construire une méthode de travail qui nous est propre et que l’on essaie d’utiliser avec efficacité. Cours, séminaires, travail étudiant et loisirs … Il faut s’organiser tant bien que mal sur le long chemin qu’est celui de la recherche.

Réveil matinal, une trentaine de minutes de transports en commun et me voilà de retour à la fac. Obligation de mener les travaux de recherches en matinée puisque tous les après midi de la semaine : place au job étudiant où je retrouve mon rôle d’animateur en accompagnement à la scolarité pour les enfants/ados issues de quartiers défavorisés .

Hormis les jours où j’ai cours, les horaires qui semblent idéals sont 8h – 12h30. Sachant que le mémoire n’est pas notre seule tâche ce semestre, il faut savoir diviser notre temps de travail équitablement. Pas facile non plus d’étudier en soirée puisque je débauche à 19h30 et que je souhaite garder du temps pour certaines passions, que cela soit le sport ou la musique. Conclusion : il faut être efficace ! Le cadre d’une bibliothèque favorise la concentration, pas facile de s’y mettre chez soi.  Direction la bibliothèque universitaire centrale de l’UT2J, parfois seul, parfois en groupe (préférable pour les pauses cafés).

De la structuration du travail

Pixabay, Le Parthénon, 2010. On essaie de construire une méthodologie de travail qui traversera les âges, comme les piliers du Parthénon

La première étape du travail de recherche représente la lecture des sources et leur analyse puis l’extraction des données choisies. Si je tiens à esquisser les idées de développement sur papier, la saisie des données se fait quant à elle sur ordinateur. Cette année je compte sur Zotero pour me donner un coup de main avec la bibliographie. Il est vrai que l’exercice peut vite devenir chaotique. D’où l’importance de posséder des notes claires et précises, sinon il est difficile de s’y retrouver pour la rédaction.

La procrastination représente une ennemie face à notre avancement dans la recherche. Remettre à demain ce que l’on peut faire aujourd’hui, c’est le choix de la facilité dans l’instant mais c’est surtout se mettre en difficulté par la suite. Même si parfois la motivation est en baisse, il est conseillé de persister dans le développement de nos travaux pour éviter d’arriver à une surcharge de travail qui devient insurmontable.

Partager l’expérience de notre quotidien

La recherche demande toute une organisation, et à priori les individus les plus enclins à le comprendre sont les autres étudiants/chercheurs. L’histoire est une discipline pour laquelle de nombreuses personnes ont de l’intérêt, preuve d’une bonne culture générale. On connaît tous des historiens de soirée qui apprécient (ou adorent) dévoiler leurs connaissances sur certains sujets. Mais de là à comprendre que l’on puisse faire des études en histoire, rien n’est gagné.

Être étudiant en histoire s’est se confronter à plusieurs barrières, comme celle de la conception de cette discipline que l’on a acquise à travers nos études (liée à une méthodologie). Conception qui s’oppose à l’incompréhension d’un public pensant que l’étude de l’histoire c’est intéressant, mais pas plus. Cela empire quand on se spécialise et le master recherche est le premier acte de spécialisation. Alors faire de l’histoire immédiate sur le développement d’une compagnie aérienne norvégienne … Ça prends du temps à expliquer et ce n’est pas toujours très clair. Parler de mes recherches avec mon entourage n’est pas la première idée qui me vient à l’esprit.

Faire la promotion de son travail sur le web n’est pas forcément évident. D’où l’intérêt de ces billets nous permettant l’écriture de quelques articles, mais aussi de s’adapter à des outils tel que Twitter. Quant à publier sur des sites tel qu’Academia ou ResearghGate, chaque chose en son temps, mais je ne néglige pas la possibilité de le faire un jour.

Image à la une : Arvarga, Randonnée d’hiver dans les Alpes, 2007. (Pixabay, Creative Commons). (Quand on rentre dans nos recherches)

 


Josué Llopez

Etudiant en Master II Histoire et civilisations modernes et contemporaines (parcours Histoire et patrimoine de l'aéronautique et de l'espace) à l'Université Toulouse Jean Jaurès. Sous la direction de Jean Marc Olivier, mes recherches portent sur la compagnie aérienne Norwegian, son développement d'un point de vue historique et économique ainsi que ses apports pour la société norvégienne.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.