Un billet pour me rappeler à l’ordre. Parfait.

La liste qui a changé ma vie… CC Adeline Chaverot

Un billet pour me rappeler à l’ordre car parler de mon quotidien dans la recherche constitue pour moi une tâche délicate. En effet, je ne consacre malheureusement que peu de temps à l’histoire. Explications.

Organiser son temps

Le choix d’un double cursus est la raison pour laquelle la recherche est peu présente dans mon quotidien. En effet, l’apprentissage de la langue russe me demande beaucoup de temps et de travail. Et j’ai bien souvent du mal à le mettre entre parenthèses ; ne pas pratiquer régulièrement une langue peut vite mener à la stagnation, voire à la régression !

Mais comme pour tout travail, l’organisation fait souvent des miracles. Aussi, j’ai récemment mis au point un emploi du temps me permettant d’être à la fois à jour dans mes devoirs de russe, et de rester à la page en ce qui concerne mes recherches. L’objectif étant, à la longue, de trouver dans mon temps libre de longues heures pour l’écriture de mon mémoire, qui reste la chose la plus importante cette année. En effet, l’avantage d’avoir des sources très éloignées géographiquement m’oblige à dépouiller principalement sur place.

La nouvelle répartition de mon temps de travail se base sur une logique simple : terminer mes devoirs de russe pendant la semaine afin de consacrer tout le week-end à l’histoire. D’autant plus que chez moi, le week-end commence le vendredi. Ainsi, je consacre chaque soir de la semaine à un cours de russe. Et les trois derniers jours de la semaine à la lecture, à l’écriture et bien sûr, aux divers exercices imposés par la master.

Le travail en bibliothèque

J’apprécie tout particulièrement la solitude en bibliothèque. Rien de tel qu’une journée entière passée au milieu des livres ou plongée dans l’écriture avec pour seule compagnie une paire d’écouteurs – ainsi qu’une connexion internet relativement bonne – et pour seule pause un repas pris sur le pouce ou un rapide appel téléphonique à l’extérieur… J’en ressors lessivée mais gratifiée et grandement satisfaite. Cependant j’ai récemment goûté à une autre forme de plaisir intellectuel : le travail en compagnie de mes camarades de master. Si l’efficacité se fait parfois la malle, la satisfaction sociale n’a pas son égal !

вы любите путешествовать ?*

Une fois sortie de la bibliothèque, j’ai la chance d’avoir des amis intéressés par ma recherche. Plusieurs – même les plus éloignés géographiquement – sont généralement prêts à m’écouter parler d’Ella Maillart et des voyages en Union soviétique. Les plus courageux ont même lu mon mémoire de master 1 ! Mais je dois avouer que je ne suis pas encore très à l’aise à ce niveau-là. La peur ancestrale de dire des bêtises me bloque généralement, même quand il s’agit de parler d’un sujet dont je suis censée devenir spécialiste.

Quant aux gens que je rencontre, aux inconnus, mon sujet présente un grand avantage. Le voyage inspire les gens. Ceux qui connaissaient Ella Maillart de nom se sont parfois exclamés : « Oh, c’est un beau sujet ! » Bref, les gens ont généralement quelque chose à dire sur le voyage. Et même si leur propos n’a guère de rapport avec ma recherche à proprement parlé – à l’instar de cet ancien militaire reconverti en maître nageur qui en a profité pour me raconter ses souvenirs de voyage… – lire l’envie de dépaysement dans leurs yeux est plaisant.

Mais avouons-le, la plupart se demande quand-même à quoi peuvent bien servir mes études… Certains  semblent même inquiets pour moi (ou bien pour les finances de l’Etat…). Je prends leurs réactions avec le sourire et leur assure que l’épanouissement dans le travail, c’est quand-même chouette.

CC pixabay

*Vous aimez voyager ?

Image à la Une : extrait de Лев Николаевич Толстой, Смерть Ивана Ильича (Léon Tolstoï, La mort d’Ivan Ilitch), CC Adeline Chaverot


Adeline Chaverot

Etudiante en Master 2 en Histoire contemporaine à l'Université Jean Jaurès (Toulouse), je m'intéresse à Ella Maillart, voyageuse suisse du XXème siècle, et tout particulièrement à ses voyages en Union Soviétique. Je travaille avec Natacha Laurent. En parallèle, j'étudie le russe dans le cadre d'une licence en littérature et civilisation étrangère.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 24/12/2017

    […] une synthèse me met dans une position délicate. Ce semestre a été, comme je l’ai expliqué précédemment, très peu consacré à mes recherches. C’est pourquoi je prends mon courage à deux mains […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *