En Master 2 ? Moi ?

CC – Pixabay – PublicDomainPictures

Contre toute attente, je suis toujours là ! Mon parcours semble linéaire et sans embûches. Pourtant durant ces quatre années à l’université, j’ai voulu arrêter plus de fois que je n’ai de doigts ! Mais il faut rester positif dans la vie, voilà pourquoi je vous parle plus de mes petites victoires plutôt que de mes gros échecs.

J’ai fait toute ma scolarité dans le beau département qu’est le Gers, en terminant avec un Bac Littéraire avec spécialité théâtre. Moins il y avait de maths, mieux je me portais. Puis, venu le temps des études supérieures, il a fallut quitter la campagne et arriver à la ville ! Coincé entre Bordeaux et Toulouse, le choix a vite été fait, j’ai atterrie dans la Ville Rose.

Une licence comme sur des roulettes !

« Garder les yeux ouverts… Garder les yeux ouverts… Garder les… ZzzZzz »

Cette année, j’entame ma 5ème rentrée à l’université de Toulouse. Je fais partie de ces puristes qui font tout leur parcours dans la même fac. Je suis arrivée avec les petits L1 de ma génération à la recherche d’une montagne de savoir. C’est ainsi que j’ai démarré par un parcours bi-disciplinaire, Histoire et Histoire de l’art, archéologie ! Mon rêve : devenir archéologue voire égyptologue ! Ce rêve n’a pas duré très longtemps, les cours d’histoire de l’art ne m’ont pas assez intéressée. Je me suis donc orientée vers l’histoire et la géographie pour la deuxième année. Sait-on jamais, si je veux un jour devenir professeur, la géographie pourrait m’être fort utile ! C’était sans compter un don soudain pour la sieste en cours qui s’est développé dès le 2ème cours de géographie. Impossible de garder les yeux ouverts. C’est pourquoi pour ma L3, j’ai décidé de faire ce qui m’avait le plus plu durant les 2 années précédentes : de l’Histoire pure. Ce fut ma meilleure année, les cours ne m’ont jamais paru aussi intéressant, j’avais le sourire aux lèvres le matin (et je ne suis pas du matin).

Durant ces 3 années de licence, j’ai rencontré des professeurs, des passionnés, des chercheurs. En L1, une de mes professeurs nous a fait lire Arlette Farge, La vie fragile. Ce fut mon premier livre d’historien. Nous l’avons décortiqué en cours, chaque chapitre faisait l’objet d’un devoir. Et si au début cela semblait barbant, à la fin nous avons compris comment fonctionnait l’Histoire. Ce livre fut ma première marche dans le monde de l’histoire. Les cours de L3 furent les dernières. Tous des cours passionnants avec des professeurs passionnés, mais il me manquait quelque chose de concret, je ne me retrouvais pas dans ces mots, ces faits que l’on étudie dans des livres ou des séances de cours.

Un sujet plutôt… appétissant !

C’est en voulant quitter ce monde trop théorique pour moi que je suis arrivée en Master Recherche. Je voulais étudier la pâtisserie, aller faire un CAP et avoir enfin l’opportunité de voir se réaliser concrètement mes travaux. C’est en discutant avec Sylvie Mouysset, une de mes professeurs qu’elle m’a proposé d’en faire un sujet de recherche. Elle m’a convaincu, je ne pouvais pas laisser tomber l’histoire comme ça. Septembre 2016, je décide de faire l’Histoire des pâtissiers toulousains du XVIIIème siècle. Hélas, face à de nombreuses péripéties,  je me vois obligée de lâcher ce sujet et d’en trouver un nouveau. La démotivation me guette fortement, je n’arrive pas à faire de plan, je souhaite me réorienter, aller en MEEF afin de faire de l’enseignement. Avec ma directrice de recherche nous changeons une 3ème fois mon sujet : Les Capitouls et leurs invités. Mais je ne travaille qu’une fois de temps en temps, je sais que je ne continuerai pas, il me manquait toujours ce côté concret que je voulais trouver ici. Cependant, c’est le 1er Mai (date importante), lors d’une insomnie à 3h du matin que je décide que non ! je n’abandonnerai pas, je suis capable de mener ce M1 jusqu’au bout, quitte à changer l’année suivante, je rendrai et soutiendrai ce mémoire !

Tout s’éclaire !

CC – Pixabay – Jarmoluk

Et c’est ainsi qu’à peine deux mois plus tard, je me suis retrouvée devant deux jury pour soutenir mon pauvre mémoire de 89 pages durement rédigé en un laps de temps très court. Durant cette soutenance, que ce soit lorsque je l’ai préparée ou en entendant les remarques de mes professeurs, j’ai compris que je venais de mettre le doigt sur ce qu’est réellement la recherche. Tout le début de l’année n’était qu’une mascarade où je faisais semblant de travailler. Mais une fois lancée, c’est juste magique ! Cette soutenance m’a montré que des professeurs croient en moi, peut-être plus que moi en moi. Leurs remarques très constructives m’ont permis de retravailler mon mémoire pendant l’été ; des invités, je suis passée aux visiteurs. Ils m’ont montré le côté histoire politique qui pouvait s’en dégager ainsi que des nouvelles idées à creuser.  C’est donc motivée comme jamais que je démarre mon année de M2.

Durant ce M2, ce sont donc les visiteurs des Capitouls que je souhaite étudier. Depuis l’annonce de leur arrivée jusqu’à leur départ de la ville en passant par l’accueil des Capitouls hors de Toulouse, la déambulation du cortège dans la ville, les réceptions données en leur honneur. Je souhaite montrer la dimension politique de la chose en comparant les différents types d’accueil suivant le prestige et le rang du visiteur : entre la reine d’Espagne, le frère ou les fils du Roi ou le Premier Président du Parlement, quelle est la différence entre ces visites ? Comment sont-ils reçus et fêtés suivant leur statut social ?

Un mot d’ordre : ORGANISATION

Ça c’est du planning !

Pour tenir le rythme lors d’un master, il est impératif de se faire un planning de l’année. Pour cette année j’ai décidé de mettre la barre haute afin de me forcer à le respecter : La première partie du semestre est consacré entièrement à la lecture d’archives, à la recherche d’écrits permettant d’avancer sur mon sujet. Une fois ces dépouillages bien avancés, je complèterai mon plan détaillé. J’espère avoir fait tout ceci avant Noël.  Entre Noël et février, je me concentrerai à réunir les dernières sources qu’il me faut, à les relire, à faire des fiches afin que dès février je puisse démarrer la rédaction du mémoire. Ce planning est, je pense, utopiste, mais il me permet de me persuader que cette année je serai à l’heure dans ma rédaction !

Et sinon, ma vie future ?

Ce planning tend à terminer le master 2 en 1 an. Ce qui veut dire que l’an prochain, je ferai autre chose. Cependant, autre chose, c’est vague, c’est flou, c’est embrumé. Au jour d’aujourd’hui, je suis incapable de dire avec précision où je me trouverai dans 365 jours. Je serai peut-être en train de préparer l’agrégation, peut-être inscrite dans un nouveau master, peut-être en train de faire le tour de France. L’avenir est vaste et offre de nombreuses opportunités. À moi de les saisir !

 

Crédit de l’image à la Une : CC – Flickr – Steven Depolo


Juliette Berthier

Etudiante en Master 2 recherche, j'étudie les visiteurs des Capitouls à l'époque Moderne sous la direction de Sylvie Mouysset.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search