L’élève ignorant

Giovanni DO,  » Un Maître et son élève », 1604. Musée des Beaux-Arts de Bordeaux

Que fait un chercheur de ses journées ? Cette question ressemble au début d’une mauvaise plaisanterie pourtant c’est à celle-ci qu’il m’a été donné de répondre. Malheureusement, je n’ai pas la solution. Par contre je peux vous parler de moi, moi qui cherche à devenir un chercheur. Mon quotidien, en comparaison de quelqu’un de « normal » faisant des études ou travaillant, est celui d’un tire-au-flanc. Ceci pour plusieurs raisons : je n’ai pas beaucoup de cours, j’étudie chez moi mais personne n’en a la preuve, je lis des livres ; et pour les plus bornés, le simple fait de dire que je suis à l’université du Mirail leurs suffit pour se faire un avis sur mes compétences, mon orientation politique et mon hygiène.

 

Lit, ordi, amis

Représentation de mon quotidien argentin.

Mensonges et calomnies bien évidemment, j’appartiens à la France qui ne se lève pas trop tôt : 8h27 tous les matins, même le dimanche et jours fériés. La première action est de mettre en route la pompe à café afin d’avoir du carburant pour la journée. Pendant ce temps, l’ordinateur commence son doux ronronnement et je consulte les nouvelles du jour. Après les ablutions obligatoires, le travail peut commencer. J’écris ou je lis jusqu’à ce que ma faim vainque ma fainéantise d’aller acheter de quoi cuisiner. L’après-midi, je continue ce que j’ai entrepris durant la matinée. Parfois perdu entre des lambeaux de feuilles volantes qui me servent alternativement de blocs notes et de sous-verres, je garde le cap en transformant le plus rapidement possible ce que je pense en texte. Quitte à les reprendre plusieurs fois pour retranscrire.

Ensuite, j’organise ma fin de journée en fonction des disponibilités de mes amis. C’est l’occasion de se retrouver autour d’un pot en préparant l’asado (le barbecue argentin) et de discuter d’un peu de tout. Je ne peux pas vraiment partager mes expériences de recherche avec mes camarades de Rosario car le déroulement de la formation d’histoire ici n’est pas la même qu’en France. Ils sont dans une dynamique d’apprentissage de l’histoire, qui ressemble plus ou moins à ce que nous faisons en licence d’histoire mais en plus complet. Ainsi, en plus d’apprendre l’histoire américaine, ils ont de solides connaissances en histoire européenne, africaine et asiatique. Sans oublier l’apprentissage des différents courants historiographiques. Grâce à eux, j’ai une aide sur l’historiographie générale du pays. Par contre, quand la discussion se précise, je suis seul avec mon fardeau. Heureusement je peux toujours me plaindre à mes compatriotes restés au pays. À ceux qui partagent le même bateau que moi, j’expose les peines et les bonheurs que je rencontre dans ma recherche. Aux mécréants qui ont choisi une autre voie, j’essaye de trouver des relations ou des points de vue intéressants pour penser l’actualité à partir de mes recherches. Bien sûr j’ai d’autres sujets de discussions qui se détachent de mes recherches… ou plutôt  je l’espère.

Students problems

Je n’ai pas de programme de travail défini à l’avance, je sais que je ne le respecterai pas. J’ai juste cette impression permanente toujours dans un coin de ma tête, d’inaccompli, d’inachevé. De ne pas avoir fait le travail et de ne pas en être capable. Certains mettront en avant le syndrome de l’imposteur, c’est  ce qui est provoqué par le doute entre ce que l’on nous demande de faire et ce que l’on pense être capable de produire. Ceci dans un rapport entre un dominé qui a à prouver sa légitimité à un dominant qui jouit d’une position supérieure conférée par une institution. L’élève se sent comme un imposteur, il n’est pas censé être là au vu de ses capacités mais tout le monde le pense capable d’effectuer la tâche qui lui est assignée (selon Wikipédia, pour ceux intéressés, Pauline Rose Clance développe cette idée dans : Le Complexe d’imposture). Les effets supposés du syndrome au-delà du mal être, se concrétise par un refus des compliments sur son travail qu’il considère injustifiés et la compensation de son imposture par un effort important d’étude ou de travail. À l’inverse, l’imposteur peut choisir de se préparer à l’échec. Sans vouloir imposer au lecteur un auto-pronostic bancal, je me dois de clarifier ma position face à ce phénomène : la procrastination me guette et parfois m’attrape pourtant, j’essaye de garder le cap tout en me préparant à un possible échec mais en espérant des éloges… que je refuserai car elles ne seront pas justifiées. À ce titre, je refuse d’accorder de la valeur à mes recherches tant qu’elles ne mènent pas à quelque chose de concret. Ce qui ne m’empêche pas d’aimer ce que je fais. J’ai la chance de faire des études qui me poussent à me poser de nouvelles questions chaque jour, de creuser celles-ci quotidiennement pour apprendre continuellement. L’important dans ce que je fais n’est pas de trouver, chercher me comble amplement.


Guillaume Balfet

Je suis étudiant en seconde année de master Histoire, Civilisations, Patrimoine à l'époque contemporaine à l'Université Toulouse II Jean Jaurès. Je travaille sur l'ordre public en Argentine au XIXème siècle sous la direction de François Godicheau.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.