Boulot, Bureau, Dodo !

Un fouillis organisé, CC, Marion Ferré

La recherche en histoire a plusieurs aspects. Bien avant la rédaction du mémoire, il faut bien sûr réaliser tout le travail préliminaire afin d’avoir un maximum de connaissances de base. Réfléchir et penser le sujet choisi, le problématiser, en voir les enjeux, etc… Ensuite, vient le temps de la recherche proprement dite avec l’exploitation des sources. 

La bibliothèque du campus, terre inconnue

Ce semestre, trouver le temps de travailler aura demandé une grosse organisation. Travailler en semaine est parfois compliqué notamment avec la fatigue accumulée lors de la journée. Voila pourquoi, en général, le jour ou j’avance le plus reste le dimanche. Ce jour-là je peux passer des heures à éplucher des témoignages, à retracer des chronologies ou à essayer de comprendre des enjeux politiques.

En semaine, progresser dans mes recherches est plus compliqué. Je travaille plutôt le soir entre 21 heures et 23 heures et même si cela me permet (un peu) d’avancer, ces moments restent moins productifs. Mon emploi du temps compliqué explique aussi pourquoi je travaille principalement seule bien que je participe à plusieurs discussions Facebook avec mes camarades. Il nous ai ainsi possible d’échanger conseils et informations.

Which book should you read?, CC, playbuzz

Le peu de disponibilités que j’ai explique aussi, en partie, pourquoi je ne vais jamais à la bibliothèque universitaire. En tout et pour tout, cette année j’y ai emprunté deux livres… la semaine dernière. Même s’il s’agit d’un lieu de travail, travailler chez moi reste plus simple. Au delà de ceci, je ne trouve aucun ouvrage nécessaire à ma recherche dans ses rayonnages.

Il n’y a, pour le moment, que deux bibliothèques qui m’intéressent pour mon étude. Celle du service historique de la Défense, qui se trouve à Vincennes, et celle du musée des troupes aéroportées, à Pau. J’y passe d’ailleurs autant de temps que possible car elles renferment des ouvrages riches et totalement axés sur mon sujet. Par chance, le musée de Pau me laisse régulièrement emprunter des ouvrages, chose sans laquelle j’aurais du mal à avancer.

Adieu l’écologie !

Education, école, entreprise, CC, Pixnio

Depuis que je suis entrée en master et que j’ai commencé mes recherches j’ai dis adieu à l’écologie! En effet, toutes mes prises de notes se font sur des carnets ou des feuilles volantes. J’ai toujours aimé noircir des pages mais je bats désormais des records.

Tous les comptes rendus d’ouvrages que j’ai fais sont sur papiers, tout comme les chronologies que j’ai établi. J’ai aussi regroupé dans de petits carnets toutes les recherches préliminaires que j’avais fais. C’est le cas, par exemple, pour l’histoire du parachute en lui-même ou sur l’histoire de l’aviation. Et je ne parle qu’à peine de mon petit répertoire regroupant tous les noms, numéros de téléphones et adresses des gens que j’ai pu contacter au cours de ces deux années.

En somme, je n’utilise mon ordinateur que pour effectuer certaines recherches et retranscrire des témoignages. L’année dernière,  j’ai eu la mauvaise expérience de voir mon ancien ordinateur tomber en panne au mauvais moment, il s’agissait d’un soucis mineur mais depuis je préfère jouer la sécurité.

Papa, Maman, l’armée et moi

Mon sujet est le fruit d’une passion bien présente en moi… et que je partage avec un certain nombre de mes amis qui sont (surprise, surprise) des militaires. C’est donc un monde familier pour eux et ils ne sont pas avares d’anecdotes et de conseils.

Certaines des personnes que j’ai contacté pour mes recherches sont aussi devenues des amis et je parle régulièrement avec eux de l’avancée de celles-ci. Ces contacts sont précieux et ils sont ravis que je les tiennes au fait de mes succès (comme lors de l’obtention de mon master 1) ou des mes difficultés.

Que ce soient les contacts que j’ai noué à l’ETAP ou au sein des divers régiments, ils me suivent pas à pas. J’essaye aussi de garder un maximum de contacts avec les anciens que j’ai rencontré qui, très connectés,  m’envoient régulièrement de la documentation ou des liens vers des reportages en lien avec mon sujet.

Je reconnais être assez surprise de l’intérêt qu’ils portent à mon étude. Ma famille y porte aussi un certain intérêt mais d’une manière différente. Si mon entourage proche est très intéressé par mes études et par leur aboutissement, je crois que le sujet de mon master leur importe peu.

Je parle régulièrement de mes déplacements, de mes rencontres et ils trouvent cela assez impressionnant. Je crois que le fait que je sois une fille, et que je choisisse un tel sujet, les a surpris au début mais ils sont très impliqués. Certains ont même accepté de lire mon galop d’essai !

En revanche, en ce qui concerne la recherche en elle-même, ils voient cela de manière un peu abstraite. L’une des questions qui revenaient régulièrement lorsque j’ai choisi un master de recherches était:

– « Mais à quoi cela va-t-il te mener? »

Aujourd’hui il est bien clair pour tout le monde que je ne serais pas historienne, je ne me rappelle d’ailleurs pas avoir souhaité l’être.

L’organisation est-elle la clé?, CC, Marion Ferré

La procrastination est un luxe

Comme un certain nombre d’étudiants, j’occupe un emploi à temps partiel en parallèle de mes études. En effet, comme j’ai pu le raconter dans un précédent billet, la recherche a parfois un coût élevé (surtout lorsque l’on doit se rendre à Vincennes plusieurs fois par an et que l’on parcourt la France pour trouver d’anciens militaires un peu bavards).

Travaillant six jours sur sept, je me dois d’avoir une organisation assez rigoureuse. C’est la raison pour laquelle je suis dans l’obligation de faire les choses lorsque je peux les faire et non les remettre au lendemain. D’autant que mon travail se révèle chaque semaine plus imprévisible et ma responsable peu compréhensive.

Une recherche… discrète

Etant destinée à une carrière militaire, j’ai fais le choix de ne pas surexposer mon travail, en tout cas pas plus que nécessaire.

Les billets que je publie ici sont les rares occasions pour moi de mettre en avant ma recherche en dehors du cadre universitaire et privé. C’est un choix. Même si je la fais connaître dans les milieux qui me sont utiles, je préfère la préserver. C’est la raison pour laquelle je ne publie rien concernant mon étude sur mon profil Facebook ni sur mon compte Twitter. Ce dernier n’est d’ailleurs utilisé que pour en suivre d’autres et ainsi me tenir au courant d’informations bien spécifiques, pas nécessairement relayées par les médias.

Je reconnais cependant qu’il m’arrive de « promouvoir » ou de mettre en avant certains ouvrages de ma bibliographie sur Instagram mais seulement lorsque je sais qu’ils sont susceptibles d’intéresser certaines de mes connaissances.

D’autre part, je possède un compte Académia, crée à la demande de mon maître de recherches mais une fois encore, je ne l’utilise que pour avoir accès à certaines publications.

Crédits image à la une: Papier, livre, document, CC, Pixnio


Marion Ferré

Après avoir validé une licence en histoire, je travaille actuellement, sous la direction de Mr Jean-Marc Olivier, sur les engagements des régiments parachutistes entre 1944 et 1962.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *