Ma vie d’apprentie-chercheure

Creative Commons, Pixabay, Qimono.

Pour ceux qui ne connaissent pas le monde de la recherche, la vie du chercheur peut paraître assez obscure. Comment procédons-nous ? Quelle est notre organisation ? Vous pourriez même vous demander comment nous occupons nos journées.

Essayons de clarifier : je vous propose, dans le cadre de cet article, de vous présenter mon quotidien d’apprentie-chercheure, et mon ressenti là-dessus. Même s’il ne s’agit bien sûr que d’un parcours individuel, vous pourriez probablement retrouver des similitudes avec d’autres.

Ma chambre, mon bureau

Creative Commons, Pixabay, Jill1111

J’étudie principalement chez moi, en général avec une amie. Nous préférons le cadre confortable et calme de l’appart à celui plus impersonnel et parfois bruyant de la BU. A dire vrai, nous n’aimons pas travailler toute seule. Le côté solitaire de la recherche reste une des choses les plus difficiles à supporter.

Mais un de ses avantages réside dans l’absence de contraintes horaires. En effet, je peux travailler quand je veux, d’autant plus que je dispose de toutes mes archives sur internet. Cependant, j’essaie de m’y mettre un peu tous les jours et de rester régulière, car le mémoire nécessite beaucoup de travail et de réflexion.

Rien ne sert de courir, il faut partir à point !

J’ai d’abord commencé ma recherche en lisant des ouvrages généraux sur mon sujet. Je prenais des notes sur des copies doubles. Et je les classais, ensuite, par livre, dans une pochette dédiée à cet effet. Je m’efforçais de lire le plus rapidement possible. Toutefois, selon les livres, je n’y arrivais pas toujours, car certains en anglais nécessitaient, alors, un travail de traduction.

Mes notes sur mes sources, Tous droits réservés, Marie-Diane Clanet.

Je me suis ensuite lancée dans la consultation et l’analyse des sources. Pour cette partie-là, je procède à l’ordinateur. J’élabore un tableau sous word pour chaque haut fonctionnaire britannique interviewé.  Après des débuts laborieux, je suis devenue plus efficace. Actuellement, j’ai fini de lire tous mes entretiens. Je m’occupe maintenant de l’autobiographie de Roy Jenkins, intitulée, European Diary, 1977-1981. Mais en ce moment, je n’avance pas beaucoup. La fin du semestre approchant, le travail à fournir pour les cours me prend beaucoup de temps. Néanmoins, j’envisage de m’y remettre plus activement dès que je pourrai.

Cette méthode de travail peut donner l’impression d’une grande organisation. Cependant, comme pour la plupart d’entre nous, le grand risque de toute cette liberté donnée pour travailler, réside dans la procrastination. Pour ceux qui ne connaissent pas, la procrastination consiste à remettre inutilement des activités au lendemain. Comme nous bénéficions de temps pour rédiger notre mémoire, je pense, surtout au début, que rien ne presse. Et je me dis que si je ne finis pas quelque chose tel jour, je le terminerai le lendemain. L’échéance me paraît lointaine. Mais, je stresse beaucoup à l’idée de prendre du retard. Donc parfois, je refuse de m’arrêter de travailler tant que je ne parviens pas à terminer ma tâche. Mon anxiété me permet ainsi de limiter ma tendance à la procrastination.

Mais ça sert à quoi ?

La réaction quand je parle trop longtemps de mon sujet de recherche…

De manière générale, je parle de mon mémoire avec la majorité de mon entourage : famille, amis… Toutefois, leur intérêt pour mon travail reste assez superficiel. Ils ne comprennent pas tous mon objet d’étude, la démarche que je suis… Ils me posent parfois des questions là-dessus, par gentillesse, la recherche en histoire ne suscitant pas chez eux de réelle curiosité. Les seuls avec qui j’en parle de manière plus approfondie sont des spécialistes : mon directeur de recherche et mon père, historien.

N’utilisant pas les réseaux sociaux ou internet pour promouvoir ma recherche, je ne jouis pas d’une réception plus globale. Je n’en vois pas vraiment l’intérêt car je ne souhaite pas poursuivre dans cette voie.

Crédits image à la une : Creative commons, Pixabay, Dife88.


Marie-Diane Clanet

Je suis étudiante en master 2 histoire et civilisations modernes et contemporaines à l’université Toulouse 2 Jean-Jaurès. Après avoir passé deux ans en classe préparatoire hypokhâgne/ khâgne spécialité histoire/ géographie au lycée Saint Sernin à Toulouse, j’ai obtenu une double licence en histoire et en anglais LLCE . Je travaille actuellement sur les hauts fonctionnaires britanniques à la Commission Européenne de 1973 à 1981, sous la direction de M. Bertrand Vayssière.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search