Journal d’une étudiante en Histoire

Organiser son temps de travail est un réel défi. En deuxième année de Master, s’il y a moins de cours qu’en première année, la charge de travail est aussi importante.

Au début du semestre, j’ai commencé par travailler chez moi mais les avantages du « sweet home » familial devinrent rapidement des inconvénients. Les diverses sollicitations, du frigo à la télé et du chat à la musique, ne permettaient pas une concentration idéale. Travailler dans ma chambre, censée être un lieu de repos, devenait anxiogène. J’ai donc décidé d’organiser mes journées de travail à la bibliothèque…

Un cadre motivant

Repoussant toujours à plus tard mes recherches, j’ai vite compris que le problème ne résidait pas dans les sollicitations extérieures mais plutôt dans ma capacité innée à me laisser distraire par des tentations mêmes infimes.

Bibliothèque Universitaire Centrale, Toulouse Jean-Jaurès. Troisième étage Nord. Tous droits réservés

Il faut d’abord se méfier de soi-même et retrouver avec la concentration l’intérêt personnel pour le travail. Durant cette deuxième année de Master, l’autonomie dans la recherche reste indispensable. Personne ne m’impose d’objectifs ni ne délimite les différentes étapes de réalisation dans le temps. Résultat, les trois fléaux de l’étudiante me guettent : procrastination, baisse de motivation, manque de confiance en soi. Pour compléter le tableau, je suis très exigeante : je critique à l’excès mon travail, ce qui finis par me paralyser.

La prise de conscience réalisée, je me rends enfin régulièrement à la bibliothèque centrale de l’université. Je m’assois toujours au même endroit, et je passe la journée entière à travailler. Depuis que j’ai entrepris des études supérieures, j’ai pris l’habitude de travailler seule, excepté pour les travaux de groupe…évidemment. À la bibliothèque il m’arrive de croiser des étudiant.e.s du Master ou d’autres ami.e.s, mais je préfère toujours m’isoler pour mieux me concentrer. Je me sens plus à l’aise et plus efficace lorsque je travaille seule. En revanche, je sais apprécier le travail collectif lorsqu’il s’agit de monter un projet.

Quand le travail de groupe me ralentit

J’ai eu l’occasion de traiter de l’organisation de ma recherche dans mes billets précédents, notamment dans celui consacré à la question des archives. Je travaille principalement à partir de différents brouillons OpenOffice. Plusieurs fichiers sont consacrés aux cours de Master et d’autres au Mémoire. Je prends également des notes sur un journal que je garde constamment sur moi mais je n’utilise pas de traitement informatique, mis à part Zotero pour ma bibliographie.

Le goût des autres

Depuis que j’étudie en Master d’Histoire, je remarque que les personnes s’intéressent beaucoup à cette discipline. Souvent, lorsque j’explique mes recherches, les gens veulent en savoir plus. Finalement, l’Histoire n’est étrangère à personne et passionne beaucoup plus que je ne le pensais. Échanger sur mon travail me donne la satisfaction de constater que mon sujet intéresse un large public. Les étudiants en Histoire que je connais, en Master recherche ou en Master MEEF (qui forme aux métiers de l’enseignement et de l’éducation), trouvent mon sujet passionnant et me posent souvent des questions. Je parle également de mon travail à ma famille et à mes amis, néophytes en Histoire, et pourtant les plus curieux.

Mon sujet trouve une réelle résonance dans l’actualité, et les débats d’idées que les mutilations sexuelles féminines en Afrique peuvent susciter me le rappellent. Tous mes proches m’encouragent à poursuivre cette recherche qu’ils trouvent intéressante et passionnante. On m’a déjà demandé plusieurs fois d’envoyer mon travail pour le lire et les retours ont toujours été positifs même s’il s’agissait d’une lecture rapide. La réception de mon travail fait réellement partie des éléments qui me poussent à poursuivre ma recherche. Malheureusement, bien que présente sur les réseaux sociaux, j’utilise peu ces supports pour rendre visible ma recherche et, même dans le cadre universitaire, je ne communique pas mes recherches. Je pense qu’il serait intéressant que le Master nous forme davantage à ce genre d’exercice pour encore mieux s’approprier et promouvoir son travail.

Quand on me dit que mon sujet est intéressant

Image à la Une : S’organiser jour après jour, CC, Pixabay


Jeanne Garcia

Etudiante en deuxième année de Master en histoire contemporaine à l'université Jean Jaurès-Toulouse II. Mon travail, mené sous la direction de Sophie Dulucq, professeure d'histoire contemporaine et spécialiste de l'Afrique Subsaharienne à l'époque coloniale, porte sur les mutilations sexuelles féminines en Afrique du XIXe siècles jusqu'aux indépendances.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search