Ne jugez pas chaque journée par votre récolte, mais par les graines que vous avez plantées (Robert Louis Stevenson)

CC Pinterest

Le quotidien d’une étudiante quinquagénaire, engagée dans une vie active et à la tête d’une tribu familiale, est forcément particulier et singulier.

Afin de mener à bien mon projet de master, j’ai obtenu de ma hiérarchie, un poste à mi-temps dans un établissement scolaire du second degré. Il s’agit là d’une opportunité exceptionnelle. J’ai naïvement supposé que le confort d’une telle situation me permettrait de dégager beaucoup de temps pour l’élaboration et la rédaction d’un mémoire. La réalité est tout autre. Il me faut gérer mes trois vies en régulant au mieux l’appétit de l’enseignante et de la mère.

CC Pinterest

L’histoire ne mérite pas une heure de peine si elle ne vise pas à émanciper l’humanité (Patrick Boucheron)

Outre les cours à l'université, les travaux à préparer et à rendre comme ce présent billet, le travail historiographique et la composition d'un corpus, je dois assurer la préparation de ma classe. Cette dernière constitue un travail intellectuel à plein temps bien connu des professeur-e-s. En effet, il est très difficile de « sortir de la classe », de cesser de penser au contenu des cours : une émission de radio, un film, la lecture d'un article, d'un livre … tout devient un éventuel support pédagogique.
Et à la maison ? J’endosse joyeusement mon rôle de parent d’élève. Je viens ainsi d’achever un débat philosophique, avec ma fille, sur un sujet certes passionnant mais chronophage « les peines qu’inflige une société sont-elles une simple vengeance ? ». Ces heures-là charpentent la mère et l’enseignante. Elles sont modulables mais globalement incompressibles.
Comment, dès lors, trouver du temps supplémentaire? La vie sociale se contracte et tend à devenir une variable d’ajustement de l’emploi du temps. Ce n’est pas toujours facile à gérer car l’amitié remplit aussi une vie! Il faut avoir du tact, faire preuve de pédagogie et parfois défendre son pré carré en déclinant, avec gentillesse, des sollicitations festives de la part d’ami-e-s, de relations qui ne comprennent pas votre manque de disponibilité. « Encore un master ? Mais pour quoi faire ? À ton âge ? Ah de l’histoire ? A quoi ça sert? Est-ce bien utile ? Tout ce temps perdu ? Est-ce bien sérieux ? L’histoire, ça mène à quoi ?
L’humour et le théâtre permettent d’apporter une première réponse : “Que dîtes-vous?… C’est inutile?…Je le sais! Mais c’est encore bien plus beau lorsque c’est inutile!” (Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand, Acte V, scène 6).
Cette incompréhension est cependant légitime car la validation de ce master ne modifiera pas ma situation professionnelle. La gestion des ressources humaines de l’Éducation nationale ne prend généralement pas en considération la montée en compétences des agents si celles-ci ne sont pas sanctionnées par l’obtention d’un concours. En conséquence, les ressorts de la motivation permettant de tenir au quotidien ne peuvent être que personnels. Pour ma part, j’éprouve régulièrement le besoin d’ajuster mes lunettes de compréhension du monde, de donner du sens à mon engagement professionnel et de renforcer l’efficacité de mon action. Et puis, “nous avons besoin d’histoire car il nous faut du repos. Une halte pour reposer la conscience, pour que demeure la possibilité d’une conscience – non pas seulement le siège d’une pensée, mais d’une raison pratique, donnant toute latitude d’agir”. L’histoire peut beaucoup, selon Patrick Boucheron, en réconciliant l’imagination et l’érudition. “L’érudition […] qui permet de faire front à l’entreprise pernicieuse de tout pouvoir injuste […]. L’imagination, car elle est une forme de l’hospitalité, et […] aiguise un appétit d’altérité. Si c’est cela l’histoire, si elle peut cela, alors il n’est pas tout à fait trop tard. Et pourquoi se donner la peine d’enseigner sinon, précisément, pour convaincre les plus jeunes qu’ils n’arrivent jamais trop tard ?”. Cet horizon justifie la sonnerie (parfois brutale) du réveille-matin.

CC Pinterest

Ce qui compte, ce n’est pas le nombre d’heures que vous consacrez à vos activités, c’est l’énergie que vous y mettez (Dan Millman)

Mon emploi du temps est clairement établi. Il y a peu de place pour l’improvisation. Ce qui n’est pas fait au moment indiqué sera abandonné ou hâtivement réalisé. Les tâches prioritaires voire essentielles finissent par s’imposer d’elles-mêmes. Il y a donc des échéances à tenir. Mais, en même temps, il faut savoir manipuler ce carcan avec souplesse et s’accorder des libertés dans le pilotage de la machine et la gestion de l’imprévu. L’objectif permanent demeure l’optimisation de mes journées par l’application des lois de Carlson, Illich, Laborit, Parkinson, Pareto et Murphy.
Un après-midi par semaine et le dimanche (8H30-22H) sont des moments entièrement dédiés aux activités du master. En sus, je lis, j’annote et rédige des fiches à la nuit tombée lorsque la maison est enfin silencieuse. Il est alors aisé de se concentrer et de gagner en efficacité. Le reste de la semaine s’articule autour de ma présence au lycée, à l’université, à la bibliothèque ou à l’Inathèque et dans mon bureau. Une part importante de mon temps est consacré à la préparation des cours (actualisation de mes connaissances, recherche, mise en oeuvre pédagogique, partenariat, formation), à la correction des copies, aux entretiens individuels avec des familles, au tutorat proposé à certains élèves hors des heures d’enseignement. Mon planning semestriel prend également en considération la lourdeur de certains mois de l’année scolaire en raison des conseils de classe et des rencontres parents-professeur-e-s.
Aussi afin d’accroître ma capacité de travail, j’exploite tous les instants interstitiels d’une journée : les pauses méridiennes, les déplacements en bus et en train. Je parcours des ouvrages ou des articles, je prends des notes. C’est souvent dans ces intervalles de passivité physique, où je me laisse transporter d’un point à un autre, que des associations d’idées prennent forme. J’avance ainsi à petits pas dans ma recherche. La récolte quotidienne est souvent maigre. Mais, il y a aussi des jours fastes. Ces jours-là sont précieux car ils donnent envie de continuer.
Les traces de mes trouvailles sont conservées dans un organiserbook qui contient les notes prises à la bibliothèque ou à l’Inathèque, le résumé des articles ou des chapitres lus.
De façon bihebdomadaire, je fais le point et enrichit des ensembles thématiques sous forme de textes ou d’un tableau Excel. La bibliographie-sitographie est également régulièrement mise à jour.

CC Pinterest

Parler de sa recherche ? Semer des graines…

Dans notre famille, le repas du soir est un moment d’échange privilégié. Mes enfants s’intéressent à mon travail et moi au leur. Nos conversations sont aujourd’hui d’autant plus riches que nous vivons, peu ou prou, le même quotidien « d’élève ».
Cet intérêt débouche, quelquefois, sur une aventure commune : ainsi lors du Master GEPS (Genre, égalité et politiques sociales), j’ai été amenée à rédiger un projet portant sur « la représentation et la place des femmes dans les médias : une situation à questionner dans une société démocratique. Quelle prise en compte dans une éducation aux médias ? ». Ma fille y a puisé son sujet de TPE (« L’image de la femme dans les clips américains de 2008 à nos jours »). Je suis devenue sa personne ressource.
Au-delà, du cercle familial, j’évoque mes travaux avec des collègues car le sujet choisi (Autorité et genre à l’école depuis les années 70) s’enracine dans un questionnement professionnel.
De façon générale, j’utilise peu les réseaux sociaux en raison d’un manque récurrent de temps. Je suis cependant active sur Linkedin, outil intéressant de veille professionnelle, relais des actualités et informations thématiques. Exploiter ce réseau pour éventuellement diffuser ma recherche à celles et ceux susceptibles d’être intéressé-e-s, en France et à l’étranger, peut être une piste envisageable.

CC Pinterest

Crédits image à la Une : CC Pinterest


Catherine MULERO

En reprise d'études dans le cadre du Master d'histoire moderne et contemporaine. Mon projet de recherche, sous la direction de Sylvie Chaperon, porte sur l'autorité et le genre à l'école depuis 1970.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.