Chronique d’une année à l’autre bout du monde

Parc Général San Martin, CC, Ciudad de Mendoza

Il y a un peu plus d’un an, je commençais mon Master de recherche. Il y a un peu plus d’un an, j’arrivais à Mendoza, en Argentine pour y passer onze mois, seize jours et neuf heures. Arrivé dans un nouveau pays, sans connaître personne et sans parler la langue, je dois dire que cette année a été pour le moins atypique.  

Après avoir passé les deux premiers mois à apprendre la langue, à m’adapter à la vie argentine, et surtout à profiter des gens et du soleil, il a fallu se mettre au travail et avant tout, trouver un sujet de Master.

Des indiens aux bandits, de l’ennemi extérieur au danger intérieur

En 1820, les conflits du Rio de la Plata (l’ancien territoire espagnol en Amérique du Sud) liés aux indépendances sont quasiment terminés. La Province de Mendoza débute sa période de « construction institutionnelle ». Derrière ce terme un peu barbare, il faut comprendre que les élites au pouvoir ont façonné une société à leur avantage. Pour cela, il a été nécessaire d’en poser les limites et donc de désigner qui doit être mis à l’écart. Les premiers concernés par ce changement sociétal furent les populations indigènes : les Mapuches au Sud de la Province ou les Huarpes au Nord. J’ai donc voulu m’intéresser aux relations qu’entretenaient les tribus natives avec les élites créoles, mais j’ai vite compris que ce sujet allait être difficile. En effet, très peu de sources sont disponibles en langue espagnole et la question des Mapuches est aujourd’hui encore très politisée (par exemple avec l’affaire Maldonado). M’intéresser aux populations indigènes me semblaient donc assez difficile, et disons-le clairement, je n’avais pas le niveau pour. Je suis donc allé errer dans les archives provinciales pour voir quel type de source pouvait me servir.

Et c’est là que j’ai rencontré Fermín, Estanislaos et Ramon. Ces trois hommes étaient présents dès que j’ouvrais un nouveau carton d’archives. Trois hommes, les trois chefs d’une même bande, qualifiés de voleurs, de criminels, de danger. A travers leurs procès, j’ai pu découvrir leur vie, celle de leur famille, celles de leurs camarades. Des hommes et leurs entourages qui ont été confronté à la Justice mendocinienne pendant plus de trente ans. J’ai donc décidé de me concentrer sur eux mais plus encore à la façon dont ils ont été perçus, jugés et marginalisés par la Justice de l’époque.

Tailler le diamant

Etudiant de Master 1 terminant sa bibliographie, CC, Wikimedia Commons

J’avais trouvé mes sources : un trésor à l’état brut. Il me fallait à présent un arsenal scientifique pour comprendre les dynamiques dans lesquelles ces hommes étaient impliqués. Une véritable meuleuse historiographique pour sublimer ces procès. J’ai donc eu l’occasion de découvrir un grand nombre d’auteurs ayant traité du banditisme, de l’histoire de l’Argentine, de l’exclusion des Hommes. J’ai également cherché une méthode de travail, un angle d’attaque et c’est dans la micro-analyse historique de Dario Barriera que je l’ai trouvé. Une de ses idées m’a particulièrement plu : l’histoire des institutions (et l’Histoire en général) est avant tout une histoire des Hommes et de leurs interactions. C’est une chose que beaucoup d’historiens ont eu tendance à oublier, prêtant parfois une seule et même voix à des organisations qui sont pourtant plurielles. C’est ainsi que ma recherche s’est portée sur la construction de la notion de criminalité dans la province de Mendoza dans la première moitié du XIXe siècle.

J’avais donc mes sources, mon bagage scientifique et un sujet. Il ne restait plus qu’à écrire ce mémoire. Ce que je pensais relativement simple. Alors que pas du tout. Mais vraiment pas du tout. J’ai cependant eu la chance d’être pris en stage dans un laboratoire scientifique argentin : le CONICET. Cela m’a permis de passer quatre mois à continuer mes recherches et écrire mon mémoire, en échange de quelques traductions à faire, quelques corrections, quelques tournées dans les bars.

Volver

L’année s’est écoulée à une vitesse folle et un jour il a fallu rentrer en France… Après un mois d’août assez court à terminer les dernières finitions du mémoire, il était temps de le soutenir. Cette soutenance m’a permis de me confronter à un point de vue scientifique nouveau et d’échanger sur les concepts que j’ai côtoyé tout au long de l’année : Criminalité, Justice, Société. J’en retient que les possibilités de ce sujet sont immense, que j’ai à peine effleuré ce qu’il pouvait offrir, qu’il va occuper toute mon année de Master 2, notamment grâce à l’étude des 50 procès photographiés et qui m’attendent dans mon disque dur. Et c’est un sujet qui me passionne, que j’ai envie de traiter le mieux possible, que ça soit dans ma seconde année de Master mais également de développer beaucoup plus, dans une thèse par exemple.

Bon, et bien comme disent les argentins j’ai plus qu’à ponerme las pilas!


Luka Mery

Etudiant en Master 2 Histoire et Civilisations moderne et contemporaine, parcours monde Ibérique à l'université Toulouse II Le Mirail-Jean Jaures. Sous la direction de François Godicheau, ma recherche s'oriente sur la notion de criminalité en Argentine au XIXe siècle.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search