BU, recherche et procrastination

Giphy

Après t’avoir présenté mon parcours, mon sujet, mes archives… Alors que tu l’attendais depuis le début de la saison, il est enfin arrivé (et je parle pas du retour du CBO à McDo), le billet sur mon quotidien d’étudiant en master recherche histoire.

Si tu as lu le dernier billet, tu as déjà eu un petit aperçu de la vie trépidante que je mène durant cette deuxième année de master. Bienvenue dans ce cinquième épisode de « je te raconte ma vie ».

La BU, une seconde maison

CC, Wikimedia, Do not disturb

Eh oui, une des réalités de la recherche en master c’est que la BU devient l’un de tes principaux lieux de vie, mais surtout de travail. Quoi que, travailler c’est vite dit ! À certains moments la bibliothèque universitaire de notre cher Mirail, lieu de silence propice à la concentration, peut rapidement se transformer en cours de récréation. Cette situation est essentiellement due au fait que je travaille rarement seul. D’une journée qui, normalement devait être d’une redoutable efficacité, on ne sera parvenu qu’à faire le minimum syndical. Par contre nous aurons passé pas mal de temps dehors entre pause-café, cigarettes et organisation de soirée pour finir par prendre quelques remarques pour avoir parlé trop fort. La pause-café est clairement l’élément central de toutes activités à la BU. Les couche-tard arrivent avec leurs histoires de noctambules toulousains ; le match de la veille est intensément débriefé. Conséquence : ton emploi du temps peut alors, juste là, prendre un sacré coup dans l’aile… Mais si tout va bien, tout le monde se remet au travail sur le coup de 13h. Conclusion : même si, sur le papier, l’emploi du temps semble parfaitement rodé, il faut se préparer à toute éventualité.

L’une des premières règles que je me suis fixée est d’essayer au maximum de maintenir des horaires fixes de travail : 8h30/9H- 18H. Durant ces quelques heures, je dois avancer sur ma recherche, c’est-à-dire dépouiller mes sources, lire les ouvrages et articles que j’ai sélectionnés et les ficher. Quoiqu’il arrive, il faut impérativement respecter mon planning de lecture et de dépouillement (4 sources par jour) si je ne veux pas être en retard. Or, même si nous n’avons que 6 heures de cours, celles-ci nous donnent un peu d’occupation comme la réalisation de ce billet (qui prend souvent beaucoup plus de temps qu’il n’y paraît). Les heures se réduisent alors comme peau de chagrin.

Tout est question de méthode(s)

Bureau, CC, Matthieu Gayrin

Je ne vais pas te réexpliquer le travail de recherche en histoire (soit un peu attentif à ce que tu lis s’il te plait). On va plus tôt parler méthodes, avec un grand « S ». Parce que d’un exercice à l’autre tout change. Par exemple, ce que je te dis là, dans ce billet, je ne l’ai pas écrit du premier coup. Je l’ai préalablement rédigé au brouillon, à l’ancienne avec un crayon et des feuilles. Pour la lecture c’est un peu plus complexe. En même temps que je lis, je prends des notes directement sur le bouquin. Ensuite je fais un récapitulatif de l’ensemble de ces notes dans un carnet qui forme alors le résumé du livre, chapitre par chapitre. Pour finir, je tape ce résumé sur un document Word, je fais une rapide critique du livre et je centralise le tout sur Zotero.

Le dépouillement est certainement l’exercice le plus complexe. Premièrement, comme je n’aime absolument pas lire sur un ordinateur, j’imprime toutes mes sources, soit une petite centaine de documents (ça fait pas mal de papier). Lors de la lecture, je relève, selon un protocole précis, les informations qui m’intéressent, en allant toujours du général au particulier. Je commence par toutes celles relatives à la source (auteur, titre, date de publication, date de consultation).  Avec la date de publication je détermine à quel conflit se rattache le document que j’étudie, je relève les lieux et dates des événements qu’il rapporte – s’il y’en a – ce qui me permet de déterminer à quelle mission précise se rattache ce document. J’entre alors dans le vif du sujet, toujours en allant du général au particulier. Je recherche quels sont les acteurs (souvent les armées nationales), puis quels corps d’armée sont engagés et enfin quels appareils. Je relève ensuite les objectifs que j’ai nommés « globaux » (assimilé plus tôt au discours politique) et « particuliers » (plus militaires) puis je regarde quelle est la réalité sur le terrain. Pour finir, j’effectue le bilan de l’événement (nombre de victimes, appareil détruit), je relève quelques citations ou remarques. Je rentre l’ensemble de ces informations dans ma base de données, un tableur Excel de plusieurs feuilles construit sur le modèle que je viens de citer.

Aperçu de ma base de données, CC, Matthieu Gayrin

Tout travail mérite salaire

Là normalement tu commences à relativiser les clichés sur les facs de sciences humaines et à percevoir que la recherche en histoire ce n’est pas vraiment du tourisme. Tu te poses alors, peut-être, un certain nombre de questions sur les personnes avec qui je peux bien discuter de tels sujets ou encore la visibilité de ce que je produis.

Saches que, à part toi qui me lis en ce moment, ma visibilité en tant qu’ « étudiant en deuxième année de master recherche », est assez restreinte. Niveau échange sur mon sujet, je ne suis pas beaucoup mieux, c’est essentiellement limité à mes camarades de master, mon groupe d’amis, les profs de la fac et bien sûr mon directeur. J’en discute aussi avec ma famille, surtout au moment où j’ai débuté ce master. Déjà il a fallu expliquer à papi/mamie en quoi consistaient mes études – autant te dire que ce n’était pas une mince affaire. Maintenant, il va falloir que je leur dise pourquoi je repars pour deux ans alors que j’ai déjà un bac + 5, mais que je n’ai pas appris un réel métier (ça, c’est vraiment le point d’incompréhension le plus ténu). Après, bien évidemment j’en discute un peu avec les gens que je rencontre notamment dans les covoiturages, et j’ai noté que la recherche en histoire suscitait souvent la surprise. Les gens imaginent que la recherche n’est réservée qu’aux sciences dures, et se cantonne à des gars en blouse blanche qui jouent avec des microscopes et des éprouvettes pour lutter contre des maladies graves. Mais, une fois la surprise

Giph

passée, on se rend compte que les clichés ont la vie dure (un peu comme ce que je viens de dire) et l’image d’Épinal de l’étudiant « touriste » à la fac est largement répandue. Bien sûr, il y a un fond de vérité. Ce billet le prouve d’ailleurs, on travaille pas toujours comme des dératés certes, mais la recherche en histoire c’est tout de même une certaine charge de travail au quotidien.

Une telle situation est sûrement due au manque de visibilité dont pâtit un domaine d’étude tout de même assez particulier. Et comme certains de mes camarades, j’en suis l’un des tout premiers responsables. Certes j’ai bien une page Academia, mais elle reste désespérément vide, en même temps que veux-tu que je publie, je ne suis qu’étudiant. Quant à mon Facebook, il ressemble bien plus à celui d’un adolescent qu’à autre chose.

Bref, tout ce que je laisserai de mon travail de recherche sera donc ces billets et mon mémoire. Je vais vous laisser, la pause-café m’appelle.

Giphy

 

Crédit image : CC, Pixabay, Iohals.


Matthieu Gayrin

Etudiant en Master 2 recherche, je travaille, sous la direction de Monsieur Jean-Marc Olivier sur "l'efficacité et les limites de l'utilisation de l'arme aérienne dans les conflits en Irak (1990-2004)".

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *