Demain est souvent le jour le plus chargé de la semaine

« God saves the Queen ! »

Au pays de la procrastination, assurément j’en suis la reine. Ma devise royale ? « Pourquoi remettre à demain ce que tu peux faire après demain ? ». Oui ça envoi du lourd.

Pour décrire l’effet procrastinateur, j’aime particulièrement cette vidéo de TED qui résume parfaitement la chose. Tim Urban n’est expert ni en psychologie, ni en neurosciences et pourtant, je dois dire qu’il a parfaitement bien décrit le phénomène. Nous aurions dans la tête un petit singe qui aime faire ce qu’il veut et qui nous pousse sans cesse du droit chemin. Mon singe à moi, est très capricieux.

La procrastination, quel beau mot

Pour répondre à ce billet, il nous ai demandé de répondre à plusieurs questions sur nos méthodes de travail au quotidien. Si je devais me contenter d’y répondre, mon billet serait extrêmement court. En vérité, je ne peux répondre à très peu de ces questions pour le simple fait que lorsque je travaille, je suis dans le flou artistique le plus total. Pas d’horaire de travail, ni méthode, ni matériel type. Seulement mon ordi, et quelques notes prises sur celui-ci.

Alors que je suis de bonne volonté, j’ai beaucoup de mal à travailler et je repousse sans cesse le travail. Je m’y met quand je dois m’y mettre, que je n’ai plus le choix, et rarement par envie. Autant vous dire que le stresse de la deadline je connais très bien.

Néanmoins je réussi très bien ce que je fais car, lorsque je m’y met, j’ai une grande capacité de travail et je suis efficace. Mes règles de l’efficacité ? Être seule, sans internet, avec un objectif bien clair en tête et écrit en gros devant moi.

Un peu comme pour aller à poudlard. Je visualise le mur devant moi, je marche très vite en direction de l’objectif sans le lâcher des yeux

Procrastination car peu d’intérêt ?

À me lire vous pourriez vous  dire que je n’ai pas mal place dans un master d’histoire. L’histoire demande une rigueur, une discipline que je n’ai vraisemblablement pas. Et vous auriez parfaitement raison de le penser. Non pas que je n’éprouve pas d’intérêt pour l’histoire ou mon sujet… Ce n’est simplement pas fait pour moi et une lassitude s’installe de plus en plus. Pourquoi diable je continue ? Car je suis têtue et que quand je commence une chose, je la termine.

Néanmoins, je parle beaucoup de mes recherches autour de moi. Pas sur internet, mais auprès de mes proches. Malgré tout je reste une passionnée d’histoire, et j’aime mon domaine de recherche. Mes parents ont donc droit a un récit régulier de mes états de recherches, de même que mes amies, historiennes ou non. Les gens s’intéressent à ce genre de choses. Je n’en parle pas beaucoup via les réseaux sociaux, mais c’est bien dommage je l’admet.

 

 

Image à la une : Pixabay CC AdinaVoicu


Océane Larousse

Je suis étudiante en master histoires et civilisations modernes et contemporaines sous la direction de Philippe Foro à l'université Jean-Jaurès de Toulouse. Mes domaines de recherches se portent sur l'histoire des Juifs et plus particulièrement celle des Juifs de Toulouse

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *