Passer à confesse !

CC Wikipedia Commons

Décrire mon quotidien d’apprentie-chercheure ? Un beau projet vous dévoilant sans fard une organisation (au jour le jour), une méthode de travail (particulière) et un penchant pour la procrastination (léger tout de même) …. Je passe à confesse !

Consciente de mon manque d’autodiscipline, cet article va permettre d’en exposer tous les ressorts, à mon grand regret… Enfin (soupir) puisque l’exercice est obligatoire, je m’exécute ! Une musique d’ambiance, les concertos brandebourgeois de Bach, saupoudrée d’un peu de courage devrait permettre d’accomplir cette tâche.

Ouverture du bureau

Les jours où je travaille à mon mémoire sont déterminés par ceux consacrés aux cours universitaires. En master, et contrairement à la licence, il y a peu d’heures de TD. Ainsi, je profite des lundis, mardis, vendredis et du week-end pour me consacrer à la seigneurie de Pointis-Inard. Néanmoins, différents impératifs personnels peuvent venir contrecarrer mon emploi du temps, m’obligeant à composer autrement. Une journée type de recherche commence vers 9 h 05 pour se terminer à 15 h 45. Les « chargés de famille » reconnaîtront là les horaires d’ouverture des écoles primaires (sauf bien sûr pour celles qui sont encore à la journée de 4 jours). S’il ne tenait qu’à moi, l’amplitude serait plus importante car il n’est pas rare que je sois interrompue en pleine dynamique de travail. Comme il faut faire avec, j’essaye de concilier mon projet de la journée et ces horaires. Le week-end constitue alors un temps bénéfique pour mes recherches dans la mesure où mon conjoint peut alors gérer la marmaille.

Mon antre …
CC Xénie Nouvel

Ayant depuis quelques temps une maison avec un bureau rien qu’à moi, j’ai installé tout le matériel nécessaire à mon travail d’apprentie historienne (ordi, imprimante, papeterie, livres en tous genres ….). Comble du luxe, j’ai la possibilité de cribler les murs de chevilles et de punaises pour exposer des affiches et des photos me tenant à mon cœur (certaines me suivent dans mes déménagements depuis + de 15 ans !). Cet espace est donc propice à la recherche en solitaire et explique les rares moments passés à la BU. Nous verrons par la suite comment l’obtention d’un tel espace a permis de réduire largement mon penchant pour la procrastination ….

Xénie et Méthode : un couple en crise

CC Pixabay / Elisa Riva

Du point de vue de la méthode de recherche, je tente d’équilibrer le dépouillement des archives et la lecture d’ouvrages. Ce rythme est parfois difficile à maintenir et malgré ma vigilance, je privilégie souvent les sources au détriment des comptes-rendus de lecture (CR). N’utilisant ni carnet ni feuilles volantes pour fixer ma réflexion, je m’organise en réalisant deux documents informatiques. La création en premier lieu d’une base de données m’amène à répertorier le contenu des archives utilisées pour répondre à la problématique. Je croise les informations aux éléments historiques généraux pouvant les éclairer. J’ai créé par exemple une chronologie de l’histoire familiale des seigneurs de Pointis-Inard : la 1ère étape consiste à dater et à décrire les événements de leur vie durant la Révolution française ; la seconde repose sur l’examen de ces « faits » au regard du contexte social, économique et juridique de la France révolutionnaire. Deux étapes, l’une descriptive, l’autre analytique, permettant de construire et/ou d’alimenter ma réflexion.

L’élaboration d’un autre document exposant mon corpus de sources et inventoriant mes pistes de recherches sert à établir des liens entre mon sujet et les problématiques soulevées, voire délaissées, par les historiens de la seigneurie. Exposée ainsi, la méthode peut sembler efficace … Dans les faits, la réalité est moins glorieuse car je n’alimente pas régulièrement ces deux fichiers. Dès lors, ma réflexion se trouve souvent sans support matériel pour se fixer. Mon esprit vagabonde d’une idée à l’autre sans les hiérarchiser  et je me demande si ce phénomène n’est pas contre-productif pour le mémoire. Enfin, voilà pour le point concernant la méthode. Passons maintenant au problème de la réception de mon travail auprès des Autres.

Et alors ? Justifier son mémoire

CC Pixabay / Géralt

Deux années passées sur un mémoire marquent son auteure … et son entourage aussi ! Mes proches connaissent mon enthousiasme pour la seigneurie de Pointis-Inard mais le partagent-ils ? Ils ont compris que ce sujet et mes projets futurs sont liés : le master déterminera mon avenir professionnel puisqu’en validant mes compétences d’apprentie-historienne, il appuiera ma demande de CDU pour réaliser une thèse (sur le régime seigneurial évidemment !). Cet enjeu est assimilé mais certains membres restent dubitatifs quant à ma volonté d’être « médecin en histoire ». Entre le temps passé depuis la licence (6 ans) et celui qui s’annonce pour la thèse (5,8 ans en moyenne), le monde du travail n’est toujours pas prêt de m’accueillir : vu mon âge, ils s’inquiètent. Si je suis leur raisonnement, à quoi bon viser le doctorat si le diplôme n’est pas un sésame pour obtenir un emploi ? Certes, mais il s’agit aussi d’une aventure exceptionnelle et je me sens l’âme d’une Indiana Jones … Néanmoins, ma famille trouve mon sujet intéressant puisqu’il permet de questionner des idées toutes faites sur la question seigneuriale ; elle comprend également toutes les perspectives qu’un doctorat pourrait ouvrir sur le sujet. D’ailleurs, mon entourage s’intéresse de façon générale à l’histoire et cette recherche nous donne l’occasion d’aborder des sujets divers et variés.

Du côté des personnes lambda, la perception de mon travail n’est pas vraiment la même. S’il y a quelques temps je prenais la peine d’expliquer mon activité, aujourd’hui je suis moins prolixe. Entre les « c’est intéressant » et « ce n’est pas courant », phrases de courtoisie insipides, j’entrevoie toute la bizarrerie provoquée chez les Autres par le monde de la recherche. Leur mine sceptique me laisse à penser, pardonnez-moi l’expression, que mon sujet relève de « la branlette intellectuelle » (décidément, c’est très vulgaire mais cela traduit bien la situation)! Parfois, un interlocuteur plus curieux ou poli essaye de donner le change. Le résultat est le même : soit je ne sais pas communiquer simplement sur ma recherche, soit il lui manque un peu de culture historique mais je finis par sentir tout l’ennui qu’il éprouve et n’arrive pas à refouler.

CC Pixabay / Matty Simpson

Plus rarement, je peux tomber sur une personne pétrie d’idées fausses sur la question seigneuriale. Et malgré mon argumentation et mes connaissances sur le sujet, elle n’en démord pas : les seigneurs étaient tous nobles, cruels, exploitant les paysans (tous pauvres) jusqu’à les faire mourir de faim … et puis, bien fait s’ils sont passés à la guillotine !  Raisonnement fondé sur une méconnaissance de la société d’Ancien Régime et révélant l’absence totale de sens critique. Heureusement, cette situation est peu fréquente, la règle étant plutôt que mes interlocuteurs opinent de la tête lors de mon explication avant de vite changer de sujet. Ces réactions expliquent mon attitude actuelle : je m’en tiens à des banalités du style « je suis étudiante en histoire, je travaille sur le XVIIIe siècle ».

Conscientiser la procrastination

Afin d’interroger notre rapport à la procrastination, Sébastien Poublanc, professeur responsable de l’UE encadrant ces billets, nous a soumis un article dont je vous recommande vivement la lecture (par là). Écrit par un maître de conférence (université Lyon 2) soucieux de comprendre les mécanismes poussant les étudiants à procrastiner, cette étude est intéressante car elle peut nous permettre de les conscientiser. Seuls les éléments intéressant mon expérience seront exposés ici puisque le but n’est pas de faire un CR mais d’éclairer mon quotidien, empreint parfois de procrastination. En fonction du type de motivation, l’étudiant aura tendance à adopter plus ou moins cette attitude. A titre personnel, je suis portée par une motivation autonome (dans le sens où elle ne relève que de mes choix, sans être influencée par une pression extérieure) donc si je procrastine, ce n’est pas en raison d’une démotivation. Par contre, le manque d’estime pour mes compétences est un facteur pouvant expliquer ma procrastination sévère de l’an passé. Selon cet article, la « présence d’une peur de l’échec ou faible estime de soi » peut pousser l’étudiant à l’ajournement systématique de son travail. Je me reconnais tout à fait dans cette hypothèse : j’ai eu si peur de rendre un travail misérable en M1 que j’ai fini par devoir faire une année supplémentaire. Assaillie de « pensées irrationnelles » concernant ma recherche, j’ai failli abandonner.

Allégorie du retard angoissant
CC Pixabay /Dassel

En même temps, ces angoisses peuvent être mises en lien avec les objectifs que je me proposais de remplir. Cherchant à répondre à tous les enjeux soulevés par la question seigneuriale, j’ai été prise de vertige face à la tâche, consciente de ne pas pouvoir y arriver. Ainsi, au lieu de chercher à optimiser ma recherche, j’ai souhaité la maximaliser. La première option amène un travail moins fourni mais aussi moins coûteux. S’il était honorable de vouloir traiter toutes les questions liées à mon sujet, cela a démultiplié les pistes à poursuivre. A terme, j’ai été secouée par une violente crise de procrastination et j’ai fini, au bout d’un certain temps, en position fœtale dans mon canapé, me jugeant trop feignante et trop nulle pour y arriver. Depuis, j’ai réussi à dépasser ce comportement néfaste. D’une part, la soutenance de mon mémoire a rassuré ma psyché torturée sur mes capacités ; d’autre part, l’évaluation à la baisse des objectifs à atteindre m’a permis d’appréhender plus sereinement ma recherche. Cependant, il m’arrive encore de procrastiner un peu. Non pour les raisons exposées ci-dessus mais plus par saturation. Entre les cours, le travail concernant le mémoire, mon petit job de secrétaire à domicile et ma vie de famille (va de pair avec la fameuse charge mentale !) et bien je l’avoue, je remets parfois certaines tâches au lendemain ! La différence entre hier et aujourd’hui tient au fait que je ne culpabilise pas si je ressens le besoin de décompresser quitte à délaisser certains impératifs, le tout étant bien sûr de ne pas accumuler trop de retard.

Comme j’achève l’écriture de ce billet avec en arrière fond la B.O de The Full Monty, j’insère ce gif. Justification renforcée par l’idée directrice de mon propos : passer à confesse et mettre à nu mon quotidien d’étudiante-chercheure …

 

CC Gfycat

Image à la Une : CC Wikipedia Commons


Nouvel Xénie

Titulaire d'une Licence d'histoire obtenue à l'Université de La Rochelle (17), je suis actuellement en Master 2 Histoire moderne et contemporaine à l'Université Jean Jaurès (31). Travaillant sous la direction de Valérie Sottocasa, j'étudie une seigneurie commingeoise au XVIIIe siècle en intégrant son devenir lors de la Révolution française.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.