Quel est le quotidien d’un chercheur ?

Alekseï Stakhanov, CC wikimedia

Le master de recherche a pour avantage de ne pas nous écraser sous les heures de cours. De ce fait, nous disposons de beaucoup de temps pour notre recherche. Ainsi, pour le premier semestre nous n’avons que 8 heures de cours, sans compter les séminaires à suivre et les rendez-vous avec les directeurs de recherche. Il est donc important de s’organiser.

Pour le premier semestre nous avons convenu avec notre directeur de rassembler les sources et de les lire ainsi que d’élargir la bibliographie. Comme je travaille sur des sources publiées, les rassembler a été assez facile. Cependant, les lire sera plus difficile. Mes sources principales représentent à elles seules 228 lettres et pas loin de 1000 pages, mes sources secondaires représentent environ 1500 pages. Et je ne compte pas les pages de la bibliographie. Alors, comment faire ?

Comment travailler ?

L’idéal serait donc de profiter du temps libre offert par le master et d’aller à la bibliothèque et de lire du matin au soir. C’est ce que j’ai fait en partie mais de manière beaucoup moins régulière que prévu. Quant à l’organisation pratique, travailler à plusieurs permet de se motiver mais travailler seul évite les problèmes de concentration et les pauses trop longues. Il faut donc choisir raisonnablement en fonction du contexte.

Pour mes recherches, je n’ai pas besoin de prendre des photos, mes sources sont accessibles. J’emprunte un livre et je le lis, tout simplement. Je prends des notes à la main, au fur et à mesure de ma lecture. J’utilise un ordinateur exclusivement pour la rédaction du mémoire.

Communiquer sa recherche

Bien évidemment, même si je ne parle pas ouvertement de ma recherche, je suis toujours amené à l’évoquer. Ainsi, aux questions récurrentes du type « qu’est-ce que tu fais ? » ou « tu es en quelle année d’étude ? » je réponds que je suis en master et on me pose des questions sur le fameux mémoire. Quant à mes proches, il suivent mes avancées et me posent des questions en continu. je ne diffuse pas ma recherche sur internet, je n’utilise aucun réseaux pour promouvoir mes études et si je dois entrer en contact avec des personnes qui pourraient m’aider pour mon mémoire, je le fais par messagerie privée.

Libération du Stalag XI-B, CC Wikimedia

Mon sujet est un sujet plutôt précis, il est difficile pour les gens d’y trouver un intérêt. Au départ je disais que je travaillais sur l’écrivain Georges Hyvernaud mais évidemment personne ne connaissait et soyons honnête je ne connaissais pas non plus il y a 2 ans. Actuellement je dis que je travaille sur les prisonniers de guerre français pendant la Seconde Guerre mondiale. C’est long n’est-ce pas ? Et déjà la compréhension du sujet pose problème : pour les moins initiés, confusions entre un concentrationnaire et un prisonnier de guerre, méconnaissance du contexte et de la défaite de 1940 pour les plus avancés, confusion avec le STO.

Pour être honnête mon sujet éveil peu l’intérêt. il nécessite la connaissance d’un contexte qui est mal connu. Pourtant, la captivité concerne presque 2 000 000 de Français à une époque où la France comptait 40 000 000 d’habitants. Beaucoup de Français ont un ancêtre qui a été prisonnier de guerre. D’ailleurs, la réception de mon sujet est double, chez les jeunes, elle a peu d’écho mais chez les personnes plus âgées, notamment celles qui connaissent leur histoire familiale ou celle de leurs proches elle suscite un intérêt plus vif et ces personnes se rappellent d’un membre de la famille détenu dans un Stalag ou un Oflag.

Délaisser la mémoire des prisonniers de guerre n’est pas nouveau et l’histoire, comme les gens, n’ont pas trop d’intérêt pour ces « soldats sans gloire« . Ikor disait déjà il y a 50 ans : « Non, écoute, mon enfant ! Pour une fois… Tu prétends connaître par cœur toutes mes histoires, dont je t’aurais rebattu les oreilles depuis que le monde est monde, c’est-à-dire depuis que toi, tu es. En réalité, tu n’en connais aucune. Même celles qu’effectivement j’ai pu te conter, tu ne les a jamais écoutées, ce qui s’appelle écouter. Tu lèves tout de suite les bras au ciel, ça te rase, vieux machins tout ça, avant le déluge, archiconnus, et voilà, je n’ai plus personne devant moi. Ton attitude n’a d’ailleurs rien d’original. Quand nous sommes rentrés de nos camps de prisonniers, en 45, c’est bien simple : nous n’avons pas pu placer un mot. « Vous avez beaucoup souffert ? » demandaient distraitement les gens les plus polis ; mais à peine commencions-nous à dire que ben oui, ben non, on ne nous écoutait plus. Cinq ans de notre vie nous ont été ainsi renfournés dans le gosier. Laisse-moi te dire que ce n’est pas très agréable, et je m’exprime par litote. Pourquoi ces rebuffades, pourquoi cet obstiné refus d’entendre ? » Ainsi, on constate que dans les bibliothèques et librairies françaises il n’y a aucune partie dédiée à la captivité quand un phénomène comme la résistance monopolise un rayon à lui seul.

La procrastination

Entre programmer son travail de manière euphorique, faire des calculs précis de division d’un nombre de pages par un nombre de jours, placer des créneaux réguliers dans un emploi du temps à long terme et la réalité, il y a un écart énorme. La procrastination représente le cœur du problème pour rédiger un mémoire. D’autant plus que nous sommes parasités par un ensemble d’unités d’enseignement (UE). En effet, il n’y a pas que le mémoire qui compte dans la validation du master. Il y a aussi toutes les petites UE. Cette année, pas de compensation possible, si nous soutenons et que nous obtenons 18 nous ne validerons pas si nous avons 9.8 en option. Il faut donc consacrer du temps aux UE. Et c’est là que débutent les problèmes, nous sommes complètement dispersés. Au premier semestre, le mémoire reste un peu en marge et la procrastination s’installe.

stop procrastinating youtube GIF

Crédit image à la Une : Claude-Joseph Vernet les quatre parties du jour – Nuit, CC, Wikimedia


Ewan Jouannic

Étudiant en Master 2 à l'université Jean-Jaurès Toulouse, je travaille sous la direction de Jacques Cantier sur les cinq années de captivité de l'écrivain Georges Hyvernaud pendant la Seconde Guerre mondiale.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.